La sage-femme aux petites mains

Fille d’un pasteur, Elias Dittrich originaire de Silésie, une région qui se trouve dans l’actuelle Pologne, Justina Siegemund (1636-1705) est surtout connue pour avoir publié un ouvrage d’obstétrique en 1690[1], Die chur-Brandeburgische Hoff-Wehe-Mutter, das ist : ein Hoechst-noethiger Unterricht, von schweren und unrecht-stehenden Geburten, in einem Gespraech vorgestellet, (..), Cölln an der Spree (= une Sage-femme à la cour de Brandebourg, c’est-à-dire une leçon de première nécessité sur les naissances difficiles et qui se présentent mal, sous forme de dialogue).

Justina Siegemund, 1690, Wikicommons

Justina Siegemund, 1690, Wikicommons

C’est une autodidacte particulièrement douée qui a exercé sa profession à la cour de Brandebourg en 1683. Très appréciée et protégée par les puissants comme le montrent les nombreuses dédicaces au début de son ouvrage, elle fut appelée partout en Europe à assister une vingtaine d’accouchements princiers.

Son ouvrage est connu dans le monde anglophone par l’imposant travail de recherche et d’édition scientifique de Lynne Tatlock (The Court Midwife, 2005). Pour ce billet, je me réfèrerai cependant à l’ouvrage original, disponible sur le site de la bibliothèque de Wolfenbüttel (v. lien ci-dessus).

L’œuvre de Justina Siegmund se compose d’environ 300 pages et se présente sous la forme d’un dialogue entre l’apprentie sage-femme Christina et l’auteure. Cette dernière utilise ainsi un format très en vogue, le dialogus, dans un but clairement pédagogique, puisqu’elle désire avant tout former les sages-femmes « ignorantes ». Le livre contient de nombreux exemples tirés de son expérience et n’évite pas les répétitions. La pédagogie n’est cependant visiblement pas le seul objectif de cet ouvrage. Frau Justina – comme elle est nommée – y publie des comptes-rendus de procès, des témoignages (indubitablement en sa faveur) de personnes ayant assisté à des naissances problématiques. Ce faisant, elle semble vouloir se justifier et faire taire les médisants.

Ce document ne donne pas seulement des informations sur la manière dont l’obstétrique évolue vers la fin du XVIIe siècle, mais également sur la catégorie socioprofessionnelle des sages-femmes, sur les pratiques et les normes autour de la naissance, sur la représentation que certaines sages-femmes pouvaient avoir des parturientes.

  • Autodidacte et à l’origine de nouvelles techniques

Dans son ouvrage, Justina raconte comment elle en est venue à exercer le métier de sage-femme. Elle s’est mariée à 19 ans. A 21 ans, des sages-femmes la déclarent enceinte. Alors qu’elle ressent de fortes douleurs, elles supposent que la naissance est proche. Les sages-femmes jugent que l’enfant se présente bien. Pendant trois jours, elle souffre le martyr sans aucun résultat jusqu’à ce que l’une des sages-femmes affirme que Justina et son enfant ne s’en sortiront pas et qu’elle ne pourra rien faire pour eux.

Heureusement une femme de soldat qui passait par là déclare que la jeune femme n’est visiblement pas enceinte mais qu’un caillot ou une tumeur dans son utérus (« eine Verstopffung des Gebluets ») est à origine de ses douleurs. Suite à cela les sages-femmes consentent à appeler un médecin qui la soigne avec succès.

C’est de cet épisode douloureux que naît l’envie de s’informer sur l’obstétrique. Elle commence alors à lire tout ce qu’elle peut trouver sur la question. Ce passage du livre est révélateur du haut niveau d’éducation des filles de pasteur. Cette catégorie de la population présente en effet un taux d’alphabétisation au dessus de la moyenne. Si elles (et leurs mères[2]) possèdent un savoir si étendu, c’est parce qu’on attend d’elles qu’elles montrent l’exemple aux autres femmes de la population. Il ne s’agit pas de faire preuve d’une vaine érudition mais de détenir un savoir directement utile non seulement pour la conduite du ménage mais aussi pour la profession du mari qu’elles peuvent alors seconder. Justina apparaît ici comme une femme indépendante et bienfaisante qui utilise ses connaissances pour apprendre un métier et aider d’autres femmes.

Les représentations picturales lui ont permis de se faire une première idée précise de l’anatomie féminine et des problèmes que peut poser la position du fœtus. C’est probablement la raison pour laquelle elle tient à en inclure dans son propre ouvrage. Elle les a voulues de grande qualité et les plus précises possibles. Si on les compare avec ceux du livre d’Eucharius Röslin, on peut se rendre compte des progrès des techniques de gravure en un siècle.

Eucharius Rösslin, De partu hominis foetuses, 1532, WikiCommons

 

Eucharius Röslin, De partu hominis foetus, 1532, @WikiCommons

extrait du livre de Justina Siegemund, 1690, WikiCommons

 

Extrait du livre de Justina Siegemund, 1690, @WikiCommons

On y voit cependant toujours les fœtus flotter dans l’utérus même lorsque la grossesse arrive à son terme. Le caractère peu réaliste des représentations ne signifie pas pour autant que les sages-femmes, ou les médecins, considéraient que les fœtus pouvaient ainsi flotter dans des utérus disproportionnés. Du fait de sa grande expérience, Justina sait parfaitement que le fœtus finit par se retrouver à l’étroit dans le ventre de sa mère. Même si les représentations picturales ne sont pas très réalistes.

Das Kind lieget in der Mutter wie in einem nassen Tuche, das dem Kinde an dem Leibe anklebet.(52 – image 00164[3]) L’enfant se trouve dans sa mère comme dans un drap mouillé qui lui colle au corps.

Elle a ensuite suivi une formation pratique aux côtés d’une autre sage-femme pendant douze ans. Elle affirme avoir œuvré auprès des plus pauvres sans espérer de salaire. Cet argument souligné plusieurs fois lui permet de mettre en valeur son abnégation tandis qu’elle officie auprès des puissants à la publication de son ouvrage.

Dans son ouvrage, Justina fait état des pratiques de son temps. Ainsi, on y apprend que les sages-femmes s’enduisaient les mains de bières ou de beurre avant d’examiner le col de l’utérus des parturientes (37, image 00101), et que les sages-femmes étaient souvent plusieurs pour assister une femme en couches. Leur nombre n’allait pas sans poser quelques problèmes puisqu’il arrivait fréquemment qu’elles se querellent au sujet de la conduite à tenir en cas de problème (79, image 00191).

A la fin du XVIIe siècle, les sages-femmes comme Justina ne voulaient surtout pas s’attirer les foudres des médecins mécontents qui pourraient les priver de leur gagne-pain. Ainsi Justina soutient qu’elle n’est pas en mesure de distribuer des remèdes, la prescription de traitements étant une prérogative des médecins. Elle admet qu’elle pourrait,, à la rigueur administrer quelques médicaments mais seulement si une urgence se déclare ou pour éviter des déplacements inutiles aux médecins débordés (184, image 00310). Elle espère probablement qu’on lui pardonnera d’avoir outrepassé ses droits si c’est pour rendre service aux médecins qu’elle semble simplement seconder.

Les destinataires de son ouvrage sont les sages-femmes. Elle refuse de jeter la pierre aux sages-femmes ignorantes et entreprend de les informer sur la manière de diagnostiquer les complications potentielles d’un accouchement et de remédier à la situation. Elle s’insurge en revanche contre les sages-femmes qui persistent dans leur ignorance alors qu’elles ont un outil d’apprentissage à disposition.

Proposant des procédés qui ne font pas partie du savoir traditionnel des sages-femmes, elle craint que ces dernières n’aient une réaction de rejet vis-à-vis de son ouvrage qu’elle juge pourtant salvateur. Cette autodidacte a ainsi inventé une technique pour retirer les tumeurs de l’utérus sans ouvrir le ventre des patientes leur offrant ainsi plus de chances de survie. Elle procède à l’ablation de la grosseur en l’entourant avec un ruban puis la sectionne. Elle utilise un ruban semblable pour faire tourner le fœtus dans l’utérus si la naissance se présente mal : il faudrait attacher un ruban à un pied et le faire bouger ainsi avec douceur. Elle a par ailleurs inventé une manipulation apparemment encore utilisée aujourd’hui en cas de placenta prævia (lorsque le placenta n’est pas placé vers le haut de l’utérus comme il le devrait, mettant ainsi la vie de la mère et de l’enfant en grand danger). C’est une position nouvelle à une époque où s’en remettre à Dieu dans des situations apparemment désespérées est une attitude répandue et recommandée par les autorités religieuses.

  • Le corps de la sage-femme et son métier

 La tradition voulait que les sages-femmes aient connu un ou plusieurs accouchements avant d’exercer leur métier. Ce n’est pas le cas de Justina, devenue sage-femme très jeune et n’ayant jamais conçu d’enfants pour des raisons qu’elle ne mentionne pas. Elle est donc contrainte de justifier cet état de fait. Elle se juge parfaitement capable d’assister des accouchements et de mener à bien des naissances particulièrement difficile. Son « palmarès » de naissances réussies le montre.

Elle raisonne par l’absurde en soulignant que l’on n’exige pas d’un médecin qu’il ait connu toutes les maladies qu’il soigne. Comment donc exiger d’une sage-femme qu’elle ait elle-même accouché pour exercer correctement son métier ?

Wie unvenuennftig wuerde man schliessen von einem Medico : dasz er nicht koenne in gefaherlichen Kranckheiten gute Artzney und Rath geben ; darum, weil er selbst an dergleichen nie kranck gewesen, als wann er nicht durch unverdroszenen Fleisz, langwierige Erfahrung an vielen Krancken, und vielfaeltigen Ubung durch Gottes Gnade und Segen, (ob er nie gleich gegen Schwind= Wassersucht/ Fieber/ oder andere Kranckheiten ausgestanden) gluecklich curiren koente. Comme il serait déraisonnable de dire qu’un médecin ne pourrait pas donner de bons remèdes et de bons conseils en cas de maladies graves simplement parce qu’il n’a jamais été malade, comme s’il ne pourrait pas soigner par un zèle sans limite et une grande expérience sur de nombreux malades et une pratique diversifiée par la grâce et la bénédiction de Dieu (même si il n’a jamais été atteint d’épilepsie, de phtysie de fièvre ou d’autres maladies).

Son second argument est fondé sur le fait que chaque naissance est différente. Une femme qui aurait vécu dix naissances faciles n’aurait pas une meilleure représentation des accouchements qui se présentent mal qu’elle qui en a vus beaucoup. Elle pose ainsi la question du vécu dans le propre corps du soignant pour comprendre les phénomènes physiologiques, dissociant le savoir de l’expérience.

Néanmoins l’ouvrage de Justina montre que le métier de sage-femme était inscrit dans son corps. Pour être une bonne sage-femme, il faudrait alors avoir les mains habiles, mais pas seulement. Selon Justina, elle obtient de bons résultats auprès de ses patientes parce qu’elle est dotée de petites mains. Grâce à cette caractéristique physique, elle est capable d’effectuer des manipulations complexes, comme le fait de repousser le bras d’un fœtus dans l’utérus afin de le faire pivoter dans le but de favoriser la naissance. Une sage-femme avec de grandes mains ne pourrait selon elle pas pratiquer cela et serait contrainte de pratiquer à l’amputation du bras, un moindre mal par comparaison au danger de mort que court l’enfant et la mère. Cette qualité physique serait donc vitale pour la vie du futur enfant, comme pour celle de la mère.

  • L’obstétrique sans superstitions

Justina apparaît dans son livre comme une représentante de la confession luthérienne. Face aux méfiances des autorités religieuses et civiles vis-à-vis des sages-femmes dont on pense qu’elles pourraient se livrer à quelque pratique magique, Justina affirme en préambule qu’elle a été appelée par Dieu à exercer ce métier. (« Dasz Gott sie durch sonderbahre Schickung darzu hat beruffen »), même si ensuite toute sa formation autodidacte a davantage été guidée par l’amour de son prochain. En cela, elle se conforme à la doctrine luthérienne puisqu’elle occuperait la place que Dieu lui aurait réservée sur terre.

Elle remplit les devoirs que les autorités civiles et religieuses assignent aux sages-femmes en se prononçant contre les superstitions. Elle prend ainsi l’exemple d’une croyance qui consiste à défaire tous les nœuds qui se trouvent près de la parturiente pour faciliter l’accouchement vu comme une délivrance, un dénouement. Elle affirme clairement que cette croyance n’a aucun fondement ni aucune conséquence sur le déroulement des accouchements.

Diese Meinung wegen des Stürzens koemmet mir eben vor, als die Aberglaeubische Meinung vieller Leute, die alle Knoten, welche eine gebaerende frau um sich hat : als die haar=baender ausflechten : die Schuzrt=Baender, Streumpf=Baender und was sie verknüpffetes um sich, aufknuepffen, und in dieser irrigen Meinung seyn, so lange diese Knoten an der frauen nicht alle aufgeknuepffet wuerden, so lange koente die gebaerende frau nicht genesen (208, image 00334). Cette opinion sur les chutes* me rappelle cette superstition qu’ont de nombreuses personnes qui défont tous les nœuds qui se trouvent près d’une femme en couche que ce soit le ruban dans ses cheveux, le ruban de son tablier, le ruban de ses bas, ou quoi que ce soit de noué et qui sont d’avis (ce qui est faux) que tant que tous les nœuds ne seront pas dénoués, la parturiente n’accouchera pas.

(* dans le paragraphe précédent, Justina parle de pratiques qui me sont inconnues et qui consistent à faire tomber (sic!) les femmes enceintes pour accélérer le travail)

Si elle se présente comme une bonne croyante, elle refuse cependant le fatalisme de certaines sages-femmes qui considèrent que si l’enfant et la mère venaient à mourir, ce serait par la volonté de Dieu. Pour Justina, si un tel malheur arrivait, ce serait davantage en raison de l’ignorance des sages-femmes.

Also geschieht es auch offters, dasz todte Kinder, und zwey- und drey –taegiges Kreisten folget aus Unwissenheit der Wehe-Muetter, und doch zwinget es die Natur, dasz die Wehe-Muetter nicht wissen, wie es zugehet, und heisset dann : wenn nur die rechte Stunde kommet, so gehet es bald. (67, image 00179) Donc il arrive souvent que la mort d’enfants arrivent après deux ou trois jours de travail à cause de l’ignorance des sages-femmes et pourtant la nature fait que les sages-femmes ne savent pas ce qu’il se passe et on dit alors : lorsque l’heure est arrivée, on est bientôt parti.

Justina reconnaît ne pas faire appel à Dieu lors des accouchements difficiles mais préférer se concentrer sur le problème afin de tenter l’impossible.

Justina cite dans son livre le passage de la Genèse sur l’accouchement des femmes dans la douleur comme tous les ouvrages d’obstétrique de son époque. Elle constate que certaines femmes souffrent cependant davantage que d’autres (ce qu’elle analyse comme une plus grande épreuve divine). Elle propose de soulager le plus possible les femmes dans les limites de ses connaissances : si elle n’est pas capable de faire disparaître complètement la douleur (rappelons que les analgésiques comme l’alcool et certaines plantes, couramment utilisés à l’époque moderne, n’ont pas l’efficacité actuelle), elle considère qu’elle peut en limiter la durée par des actions rapides. En citant la Bible et en reconnaissant que les souffrances de l’accouchement existent par la volonté divine, elle devance ses détracteurs qui voudraient la dépeindre comme agissant contre les commandements divins.

  • La relation avec les parturientes

Si l’ouvrage a pour sujet principal la formation des sages-femmes et se concentre donc sur leurs actions et sur ce qu’il se passe dans l’utérus des femmes, Justina n’en oublie pas pour autant la relation avec les parturientes. Le comportement de la sage-femme avec sa patiente aurait selon elle des répercussions sur la manière dont la naissance se déroulera.

Justina se refuse à examiner les femmes inutilement. Les femmes souffrent déjà suffisamment pour ne pas avoir à supporter de touchers vaginaux inutiles avant le véritable début du travail.

Vor der Zeit die Frau zu quaelen ist unnoethig.  Tourmenter les femmes de manière précoce est inutile.

En revanche, dès que le travail a commencé, elle recommande d’examiner les femmes régulièrement. Elle peut se montrer très dure envers les femmes qui refuseraient l’examen des sages-femmes. Même si elles ont peur, elles devront alors assumer les conséquences de leur refus. Cette argumentation a valeur de menace.

Solte es aber eine wunderliche Frau treffen, die sich bey ankommender Angst nit wolte anruehren lassen, so stehet es bey ihr, auff Gleuck und Unglueck zu warten, und darff hernach nicht schreyen ueber die Wehe-Mutter, wenn was unglueckliches folget  Mais s’il devait se trouver une femme étrange qui ne voudrait pas se laisser toucher par peur, alors il lui revient d’attendre le bonheur ou le malheur et elle ne pourra ensuite pas se plaindre de la sage-femme si un malheur devait s’ensuivre.

A ce sujet, elle conseille même à l’apprentie sage-femme de contraindre les femmes à se laisser examiner, pour leur bien.

darum lasz dir den Angriff nicht abschwatzen. Triffst du frauen an, die es nicht zulassen wollen, so zeige ihnen die Gefahr, was dabey zu bedencken ist. Wollen sie denn nicht, so lasz es auf ihre Gefahr ankommen, so bist du in deinem Gewissen frey, und gehe gar von der frauen weg, so kan dir keine Schuld zugemessen werden, weder von Gott, noch vor der Welt. Denn wem nicht zu rathen, dem ist auch nicht zu helffen. (98 – image 00224) Pour cette raison ne te laisse pas distraire de ton examen. Si tu rencontres des femmes qui ne l’acceptent pas, alors montre-leur le danger qu’il faut alors envisager. Si elles ne veulent toujours pas, laisse les à leur propre péril, tu auras alors bonne conscience et éloigne-toi de ces femmes, on ne pourra alors pas te rendre coupable, ni devant Dieu, ni devant les hommes. Car qui n’accepte pas de conseil, ne peut pas être aidé.

Afin de convaincre tout à fait son apprentie, elle fait référence à son expérience personnelle, jugeant cette manière de faire positive.

ich habe dergleichen auch vor mir gehabt, die ich mit harten Worten zwingen muessen, da es zwar vor die frauen noch gluecklich abgegangen, dasz die bey Leben und Gesundheit geblieben, aber der Kinder etliche sind doch darvon todt gebohren worden (même page) J’en ai eu aussi devant moi que j’ai du convaincre par de dures paroles, et ces femmes s’en sont bien sorties, elles qui sont restées en vie et en bonne santé, mais quelques enfants sont pourtant morts-nés.

Si Justina encourage à user de menaces, puis à abandonner les femmes à leur sort en cas de refus d’examen, c’est en raison des nombreux procès intentés aux sages-femmes à cette époque. Elles sont rendues responsables de nombreux décès et handicaps à la suite d’accouchements. En témoignent les comptes-rendus de procès publiés dans son ouvrage. Par ailleurs, il faut garder en mémoire que les touches vaginaux étaient à cette époque le seul moyen de déterminer si l’accouchement prenait un tour favorable ou défavorable.

Justina refuse de mentir à ses patientes. Ce n’est pas parce qu’elle a mené de très nombreux accouchements à bien qu’elle leur garantit un accouchement sans douleur, ou même la vie sauve. Ses qualités de sages-femmes ne changeront rien à l’imprévisible. L’honnêteté est pour elle une valeur essentielle.

Si elle peut se montrer dure, Justina semble tout de même prendre en compte de l’état psychologique de la parturiente. Elle conseille ainsi à la jeune sage-femme de la laisser parfois un peu seule afin qu’elle ne finisse pas par lui être déplaisante. Et une patiente qui ne supporterait plus sa sage-femme ne pourrait pas avoir un accouchement qui se termine bien. Si la patiente venait à paniquer, à ne pas supporter la douleur ou si elle devait faire face à une situation traumatisante (Justina décrit l’extraction d’un foetus mort du corps de la mère), Justina propose de lui délivrer des paroles de réconfort ou de consolation dont elle donne un exemple à son apprentie.

Mein liebes Kind, fuerchtet euch nur nicht vor den Wehen, und erschrecket nicht, haltet euch so harte und getrost als ihr immer koennet, und laszet den Muth und die gute Hoffnung nur nicht Fallen, ich versichere euch, es wir mit Gottes Huelffe besser gehen, als ihr gedencket ! haltet euch mit den haenden nur feste an, dasz ihr nicht so zittern duerfft, es gehet gleich wieder ueber. (136, image 00262) Ma chère enfant, n’ayez pas peur des contractions, et ne vous effrayez pas, soyez la plus courageuse et soyez consolée si tant est que cela est possible et ne perdez ni courage ni espoir. Je vous assure qu’avec l’aide de Dieu, cela se passera mieux que ce que vous pensez ! Tenez vous bien pour ne pas trop trembler, ce sera bientôt terminé.

Ces quelques phrases viennent contrebalancer l’image d’une sage-femme intransigeante et parfois intrusive.

L’état psychologique des parturientes est donc loin d’être totalement négligé par Justina. Elle se préoccupe également de leur confort physique, garant, selon elle, d’un accouchement qui se passera le mieux possible. Elle conseille donc à l’apprentie de laisser les femmes se lever et marcher si elles en ont besoin car elle a constaté que la position allongée dès le début du travail ralentissait le processus. Admettant que chaque naissance est différente, elle encourage son apprentie à proposer diverses positions en fonction des besoins. Elle signale tout de même que la station debout fatiguerait les femmes et qu’en général elles préfèrent prendre place sur le lit ou la chaise d’accouchement au moment des plus fortes douleurs.

Justina consacre le chapitre IX à la description d’un lit d’accouchement « confortable » qui est agrémentée de gravures très précises (210, image 00336).

Lit d'accouchement de Justina Siegemund, @Flickr, National Museum of Health and Medicine

Lit d’accouchement de Justina Siegemund, @Flickr, National Museum of Health and Medicine

Ce lit semble être l’ancêtre du lit médicalisé ou de la table d’examen. Présentant de grandes similitudes avec la chaise d’accouchement, le lit est en bois et comporte des éléments mobiles (dossier, sortes d’étrier) ainsi qu’une barre transversale à laquelle les parturientes pouvaient se tenir. Pour Justina, ce lit est idéal et participe au confort des femmes dans un moment difficile. On peut s’interroger sur le confort qui est évoqué ici. Il me semble que c’est davantage celui des sages-femmes que celui des parturientes qui est en réalité pris en compte. Il est par ailleurs probable que peu de personnes aient été en mesure de se procurer ce genre de mobilier médical. On peut imaginer que seules les cours princières où elle a travaillé possédaient ce genre de matériel.

En présentant ce lit, Justina cherche peut-être à en répandre l’usage (car il semble permettre une meilleure visibilité que la chaise et le lit « normal »), mais elle se positionne surtout comme une figure de la modernité, comme une pionnière en matière d’accouchement, ce qui correspond finalement à toute la logique argumentative de son ouvrage.

 

[1] Sur la page wikipedia allemande, cet ouvrage est présenté comme le premier livre destiné aux sages-femmes. En réalité, c’est loin d’être le premier. On peut simplement supposer qu’en raison de l’alphabétisation croissante de la population, ce livre était davantage consulté par les sages-femmes que ceux qui furent publiés au XVIe siècle.

[2] Luise Schorn-Schütte, « Gefährtin » und « Mitregentin ». Zur Sozialgeschichte der evangelischen Pfarrfrau in der Frühen Neuzeit, in : in : Heide Wunder/ Christina Vanja, Wandel der Geschlechterbeziehungen zu Beginn der Neuzeit, Suhrkamp, Frankfurt am Main, 1991, 109-153.

[3] Le premier nombre correspond à la page indiquée sur l’ouvrage, le second à l’image du document numérique dont le lien est en introduction.

pour citer cet article: Stéphanie Chapuis-Després, "La sage-femme aux petites mains", Prendre corps, 12/03/2015, http://corpsgir.hypotheses.org/146.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *