La princesse qui aimait ses enfants… à sa façon [1].

 

J’ai (re)lu avec délectation les lettres allemandes d’Elisabeth-Charlotte du Palatinat (Liselotte von der Pfalz) pour préparer une communication sur l’amour des parents pour leurs enfants à l’époque moderne parce qu’il me semblait que Liselotte parlait beaucoup des siens. En effet, au gré des quelques lettres que j’ai pu consulter[2], les questions de l’enfance, de l’éducation, de l’avenir et de la mort des enfants sont omniprésentes. Alors oui, Liselotte semble avoir aimé ses enfants issus d’un mariage désastreux. Mais que voulait dire « aimer ses enfants » à son époque ? Comment cet amour s’exprimait-il ? Il y a dans ses lettres quelques éléments de réponse.

Elisabeth-Charlotte et ses enfants, d'après Mignard, 1837 (d'après un original de s années 1670) @WikiCommons

Elisabeth-Charlotte et ses enfants, d’après Mignard, 1837 (d’après un original de s années 1670) @WikiCommons

 

  1. Liselotte von der Pfalz : un court portrait[3]

Née en 1652, Liselotte est issue d’un mariage malheureux entre le Prince Electeur Karl Ludwig du Palatinat et Charlotte de Hesse qui se sont séparés juste après sa naissance. A 7 ans, Liselotte est confiée à sa tante Sophie de Hannovre, la sœur de Karl Ludwig du Palatinat et épouse du duc de Brunswick-Lunebourg. Elle vit quatre ans à la Cour de Brunswick. Elle chérit profondément sa tante qui lui tient lieu de mère de substitution. Son séjour est marqué par une grande émulation intellectuelle dénuée de pédanterie. Liselotte en garde un souvenir ému et juge la Cour de France à l’aune des habitudes de la Cour de Brunswick. Autant dire que la Cour de France n’en sort par grandie…

En 1663, elle est rappelée chez son père pour y recevoir une éducation princière. On lui inculque les principes du calvinisme, elle suit des cours de maintien, de dessin, de calligraphie, de calcul, de danse, de guitare, de géographie et d’histoire. S’il lui est strictement interdit de lire des romans, elle est autorisée à se rendre au théâtre et joue même de petites pièces avec ses frères et sœurs.

Liselotte arrive du Palatinat à 19 ans pour épouser Philippe 1er d’Orléans, alors veuf, frère du roi, Louis XIV. . Elle est contrainte de se convertir au catholicisme, ce que son père ne considère pas comme un problème, mais qui dérange profondément Liselotte qui n’a aucune affinité avec les pratiques catholiques jugées hypocrites. Elle passe après ce mariage la plupart de son temps à Versailles. C’est un mauvais mariage, conclu, comme souvent dans les milieux princiers, pour des raisons purement politiques. Mais ce n’est pas ce qui en fait un mariage aussi catastrophique. Monsieur, le duc d’Orléans, est homosexuel. Il déteste son épouse, se désintéresse de sa famille pour préférer les favoris qui intriguent contre Liselotte. La duchesse d’Orléans tente dans un premier temps de s’accommoder des mœurs de son époux qui fréquentent assidument ses mignons, s’adonne à la boisson et au jeu. Elle s’en plaint régulièrement dans ses lettres tout en ne parvenant pas à le haïr. Elle a cependant deux fils (dont l’ainé est mort à 3 ans) et une fille.

Sa situation à la Cour de France est peu confortable: mal aimée de son mari, victime des intrigues des favoris de ce dernier, elle est de surcroît vue comme une dangereuse espionne allemande pendant la guerre contre le Palatinat. Ses (nombreux) courriers sont ouverts et lus, elle est constamment surveillée, objet de ragots et de méfiance.

La fin de sa vie est plus agréable. Elle est installée au château de Saint-Cloud. Avec un fils régent, sa position est beaucoup moins difficile.

Dans ses lettres, on peut lire le sentiment d’avoir vécu une vie inutile, d’avoir été déclassée, voire sacrifiée en épousant Monsieur. Elle est méprisée, mais ne cède pas toujours à la mélancolie. Ses lettres ont un ton incisif, un humour décapant. Les 5000 lettres conservées ont été écrites pendant son séjour en France. Liselotte écrit sans aucun tabou même si la censure veille. Grâce à elles, souffrant de ce qu’elle vit comme un exil, elle essaie de maintenir une conversation sur le ton de l’amitié avec ses proches.

  1. L’éducation et les soins aux enfants en France : à éviter.

La duchesse d’Orléans critique à plusieurs reprises les pratiques en matière d’éducation et de soin des enfants à la Cour de France. Elle écrit à son ancienne gouvernante qu’ils seraient bien mieux traités avec elle qu’avec des précepteurs qu’elle méprise. Elle envisage (probablement seulement dans ses lettres, puisqu’elle n’avait que peu de pouvoir de décision concernant ses propres enfants) de les faire envoyer en pension à Osnabrück pour qu’ils aient une chance de survivre aux diverses maladies infantiles ou à la maladresse des nourrices. Liselotte craint une éducation trop « délicate » de ses enfants en France. Cela fait écho aux stéréotypes sur la France qui circulaient en Allemagne à cette époque : on voyait les peuples welsch (français, italiens, en somme latins) comme des peuples efféminés dans leur manière de vivre (v. les discours sur le phénomène Alamode). Il faudrait comparer les traités d’éducation français et allemands pour voir si par exemple, les châtiments corporels et les punitions en général (si c’est bien de cela dont parle Liselotte) sont davantage pratiqués outre-Rhin, si l’on faisait davantage attention au confort des enfants en France.

Dans la lettre citée ci-dessous, son fils ainé est malade, ce qui lui donne l’occasion de se plaindre de la manière dont on s’occupe des enfants en France.

Ich muss bekennen, dass ich mich zu Fontainbleau überaus wohl divertiert, allein es ist mir diese freude unerhört sauer eingetrenkt worden, denn wie ich hier her bin kommen, hab ich mein elstes kind schier auf’m tod gefunden. Ich habe zu Monsieur gesagt, wann ich meister were, so wollte ich meine Kinde in pantion nach Osnabrück zu der Frau von Harling schicken, denn alsdann würde ich versichert sein, dass sie nicht sterben noch gar zu délicat würden erzogen werden, wie man hier im lande tut, womit sie mich aus der haut fahren machen[4]. Je dois avouer que je me divertis parfaitement bien à Fontainebleau, seulement ma joie a été gâchée car lorsque je suis arrivée ici, j’ai trouvé mon fils aux portes de la mort. J’ai dit à Monsieur que si j’en avais le pouvoir, j’enverrais mes enfants en pension à Osnabrück chez Mme de Harling car ainsi je serais assurée qu’ils ne mourront pas et ne seront pas élevés trop délicatement, comme on le fait dans ce pays ce qui me donne envie de m’arracher les cheveux.

Liselotte s’inquiète beaucoup de la santé de ses enfants en général. Ils sont pris en charge par des nourrices tandis qu’elle vaque à ses occupations à la Cour (chasse, dîner, soirée de jeux, conversations mondaines). Pourtant, elle semble les avoir constamment à l’esprit. Elle se plaint de ne pas pouvoir être auprès d’eux et de ne pas pouvoir les veiller lorsqu’ils sont malades, d’autant qu’elle est tenue éloignée de ses enfants à dessein par Monsieur.

Sambstags fuhren wir mit dem könig auf die schweinsjagd. Ich war aber in grossen sorgen auf dieser jagd, denn wir hatten Zeitung von paris bekommen, dass mein tochter wieder umbgeschlagen were. Ich habe Monsieur schon 4 mal gebeten, mich nach Paris zu lassen, umb ein wenig sorg für das arme kind zu haben ; er hat mir es aber bisher nicht erlauben wollen, und das wegen einer caballe, denn die Grançay, die sich in alles mischt, will mir einen doktor geben und den bin ich eben nicht willens von ihren händen zu nehmen ; damit dass dieser doktor noch möge von Monsieur genommen werden, tut man ihn zu meiner tochter, also wenn mein doktor weiss sagt, sagt dieser Schwarz und das arme kind muss drüber leyden.[5] Samedi nous sommes allés avec le roi à la chasse au sanglier. Mais j’étais très soucieuse pendant cette chasse, car nous avions reçu la nouvelle de Paris que ma fille était de nouveau malade. J’ai prié quatre fois Monsieur de me laisser aller à Paris pour prendre soin de la pauvre enfant ; jusqu’à maintenant il n’a pas voulu me donner l’autorisation et cela à cause d’une cabale car la Grançay qui se mêle de tout, veut me donner un médecin et je n’en veux pas justement parce qu’il vient d’elle ; afin que Monsieur veuille prendre ce médecin, on le donne à ma fille, donc lorsque mon médecin dit blanc, celui-là dit noir et la pauvre enfant doit en pâtir.

On voit bien dans cette lettre dans quelle situation compliquée Liselotte se trouve. Les enfants sont utilisés comme moyens de pression par son mari et l’entourage, tandis qu’elle essaie de reprendre la main sur les décisions qui les concernent. Elle se soucie sincèrement de leur bien-être et s’inquiète de voir leur santé mise en péril par des intrigues. Je vois donc un des premiers signes de cet amour maternel dans les inquiétudes de Liselotte dès qu’il s’agit de ses enfants.

  1. Qui craint bien, aime bien.

Liselotte trouve, on l’a vu, que l’éducation à la Française donne des enfants trop délicats. Dans l’extrait suivant, elle explique que ses enfants ne craignent qu’elle. La crainte envers les adultes est vue comme un phénomène extrêmement positif. Elle déplore d’être la seule à inspirer de la crainte. Elle en déduit que les enfants n’aiment qu’elle et méprise les autres adultes dont ils n’ont pas peur. On a ici affaire à une vision devenue traditionnelle de l’éducation qui passe par la répression et la peur. L’enfant est considéré comme un être inférieur aux adultes à qui il doit le respect et dont il doit avoir peur, dans une certaine mesure.

Selon Liselotte, ses enfants sont assez intelligents pour comprendre qu’elle agit pour leur bien (quand elle les punit). Elle n’affirme cependant pas que les enfants devraient avoir un respect inconditionnel pour tous les adultes. Si certains sont stupides, comme ici, leurs précepteurs, elle prend le parti de ses enfants qui leur mènent la vie dure, se moquant constamment d’eux. Il faut donc selon elle mériter la crainte que l’on inspire à ses enfants.

Il ne faudrait pas la voir comme un tyran : elle affirme que ses enfants l’aiment malgré tout parce qu’elle leur montre un certain intérêt en leur donnant des ordres précis. Par ailleurs, elle souligne qu’elle ne les réprimande que rarement. Quand elle le fait, elle s’arrange cependant pour marquer les esprits.

Dass meine kinder niemandes als mich fürchten, ist nur gar zu wahr, denn Monsieur will sich nie die mühe geben, ihnen ein einzig wort zu sagen ; ihre hofmeister und hofmeisterin seind beyde die albersten und sottesten leute, so in der welt mögen gefunden werden. Die kinder fehlen gottlob nicht von verstand und könnens nicht lassen, ihre vorgestellte auszulachen, also muss ich wohl ihnen sagen, was sie tun und lassen sollen ; sie fürchten mich also, allein sie haben mich doch lieb dabey, denn sie seind raisonabel genung, umb zu sehen, dass was ich ihnen sage vor ihr bestes ist ; ich filze selten, aber wenn es sein muss, geb ich’s dicht, das macht desto mehr impression. Wenn sie meinem rat folgen werden, werd ich nichts übles aus ihnen ziehen ohngeacht alle böse exempel, so die arme kinder stets vor sich sehen[6]. Que mes enfants ne craignent personne d’autre que moi n’est que trop vrai, car Monsieur ne veut jamais se donner la peine de leur dire un seul mot ; leur précepteur et leur préceptrice sont tous deux les personnes les plus bêtes et les plus idiotes que l’on puisse trouver au monde. Dieu soit loué les enfants ne manquent pas d’entendement et ne peuvent s’empêcher de se moquer de leurs supérieurs, donc je dois leur dire ce qu’ils doivent faire ; ils me craignent donc mais ils m’aiment quand même car ils sont assez raisonnables pour voir que ce que je leur dis est pour leur propre bien ; je ne réprimande pas souvent, mais quand je le fais, j’y mets de l’ardeur car cela fait plus grande impression. S’ils suivent mes conseils, je ne les élèverai pas mal enfin, si l’on excepte tous les mauvais exemples que les pauvres enfants ont constamment devant les yeux.

Liselotte a des principes éducatifs dans lesquels amour et crainte sont étroitement mêlés. Comment témoigner son amour à ses enfants selon elle ? Il faudrait d’abord leur parler (ce que Monsieur ne daigne pas faire), puis leur indiquer comment se conduire et enfin les réprimander, pas trop souvent mais de manière marquante. Jamais il n’est question dans les lettres de tendresse et d’embrassades. Interpréter cette distance comme un manque d’amour serait une erreur. L’amour maternel pour Liselotte, c’est le souci de l’éducation et de la correction.

  1. Une mère dépossédée

Liselotte s’intéresse de près à ses enfants et les aime, mais elle en est éloignée le plus possible par Monsieur et ses favoris. On a pu en voir un exemple avec la première citation. Elle ne peut pas les élever comme elle le souhaiterait du fait de ses fonctions mais aussi de la méfiance à son égard. On sait que ses lettres sont ouvertes, mais elle affirme de surcroît être surveillée à chaque fois qu’elle est en présence de ses propres enfants :

wenn ich zwey wort mit meinen kindern spreche, examniert man sie eine halbe stunde, was ich ihnen gesagt. Lorsque je dis deux mots à mes enfants, on examine pendant une demi-heure ce que je leur ai dit.

Elle déplore le fait que ses enfants ne soient que des sources d’inquiétude dans le contexte dans lequel ils se trouvent. Le fait que les intrigants de la Cour se servent de ses enfants pour lui nuire la désole profondément.

Wenn meine kinder in meiner macht stünden, würden sie mir grosse freude verursachen, aber wenn ich denke, dass meine tochter schon mit solchen leuten umbringet ist, dass ich kein wort vor ihr sagen darf, aus forcht, dass man mir Händel machen mögte, und ich sehe, dass Monsieur fest im sinne hat, den marquis Deffiat meinem sohn vor hofmeister zu geben, welcher mein ärgster feind ist und mir meinen sohn so sehr aufreizen wird, als er bisher schon Monsieur getan, muss ich gestehen, dass die kinder mir mehr chagrin als freuden geben[7]. Si mes enfants étaient sous ma direction, ils me causeraient une grande joie, mais quand je pense que ma fille est entourée de telles personnes, que je n’ai pas le droit de dire un mot en sa présence, qu’on veut me faire des histoires, et quand je vois que Monsieur est décidé à faire du marquis Deffiat le précepteur de mon fils, ce marquis qui est mon plus grand ennemi et qui va monter mon fils contre moi comme s’il l’a déjà fait avec Monsieur, je dois avouer que mes enfants me causent plus de chagrin que de joie.

L’avenir de sa fille lui cause également des soucis, car elle voudrait la marier au fils du Prince Electeur du Palatinat. Mais la récente guerre contre son ancienne patrie met fin à ses projets. Elle découvre que le roi prévoit de marier son enfant avec un de ses bâtards[8] (ce qui n’arrive pas finalement). Pour elle, il s’agit d’un affront supplémentaire. Si elle se plaint de ses enfants, ce n’est pas par désamour mais bien parce qu’à la Cour ces derniers ne sont pas considérés comme des êtres humains, mais uniquement comme sa progéniture, comme des moyens pour l’atteindre, comme des outils politiques.

  1. Humour et sarcasme

Malgré tous ces revers et ces déceptions, Liselotte ne se départit pas de son humour qui oscille entre sarcasmes et blagues de potache. Sa plume acérée n’épargne personne pour le plus grand plaisir de ses lecteurs. Même ses enfants sont l’objet de ses moqueries. Dans l’extrait suivant, elle commente leur physique d’une manière lucide, dénuée de tout aveuglement maternel.

Meine Tochter ist hesslich von gesicht, aber all possierlich von humor, und (ich) bin persuadiert, dass, wenn sie die ehre haben könnte, E(ure). L(iebden). aufzuwarten, würden sie durch ihre einfälle E. L. ein wenig divertieren. Mein Sohn ist zwar besser gestalt als sein schwestergen, fehlt eben nicht von verstand, allein ist er nicht so vif wie mein tochter, aber viel raisonabler und tut gerne wie die grossen leute, also ist ihm die cérémonie vom ordre gar wohl zu pass gekommen, bildte sich wohl damal ein, kein sau zu sein mit seinen reverenzen, welche gar gravitetisch abgingen[9]. Ma fille a un visage laid, mais elle est pleine d’humour et (je) suis persuadée que si mes très chers avaient l’honneur de la rencontrer, vous seriez un peu divertis par ses traits d’esprit. Mon fils est certes mieux fait de sa personne que sa sœur, il ne manque pas d’entendement, seulement il est moins vif que ma fille, mais bien plus raisonnable et il fait volontiers ce que font les grandes personnes. La cérémonie de l’ordre lui a donc bien convenu. Il s’imaginait alors ne pas être pas être mauvais avec ses révérences qu’il effectuait avec gravité.

Philippe II d’Orléans a alors 15 ans, tandis qu’Elisabeth Charlotte de Bourbon-Orléans (sa fille) a 13 ans. Liselotte n’a aucun scrupule à trouver sa fille assez laide et à se moquer des révérences de son fils. Là encore, il serait faux d’y voir des marques d’un manque d’amour. Liselotte dresse un bilan un peu angoissé de la situation de ses enfants afin d’évaluer leurs chances pour leur avenir. Elle a une vision assez pessimiste qui ne correspond pas toujours à la réalité des choses : Elisabeth-Charlotte de Bourbon-Orléans a certes contracté un mariage désastreux avec le duc de Lorraine Leopold-Joseph, mais le veuvage améliora son quotidien. Elle fut respectée comme la mère de l’empereur Franz I. Surtout, Liselotte ne se prend pas au sérieux. Elle rit volontiers de ses enfants comme elle rit de son visage devenu vieux et laid.

Ce rire est parfois sarcastique, mais il est aussi parfois un rire aux éclats qui retentit dans les appartements de Versailles. La lettre qui suit témoigne de l’humour scatologique de la duchesse d’Orléans, bien sûr, mais montre aussi que l’ambiance familiale n’était pas toujours aussi morose que le laissent penser les autres lettres.

Wir waren alle 4 abends allein hier im cabinet nach dem nachtessen, nemblich Monsieur, ich, mein sohn und mein tochter. Monsieur, so uns eben nicht vor eine gute compagnie genung hielte, mit uns zu reden, liess nach langem stillschweigen einen grossen lauten furz met verlöff met verlöff, drehte sich zu mir und sagte : « quetce que cela, Madame ? » ich drehte den hintern zu ihm, liess einen streichen in selbigen ton und sagte : « c’est cela, Monsieur ». mein sohn sagte : « s’il ne tient que cela j’en ay autant d’envie que Monsieur et Madame. » Und liess auch einen braven gehen. Damit fingen wir alle an zu lachen und gingen alle aus dem cabinet heraus. Das seind fürstliche conversationen, wie E. L. sehen, und sollte man curieux sein noch, meine briefe aufzubrechen, so offerierte ich zum neuen jahr dem, so der erste diesen brief vor E. L. aufbrechen und lesen sollte, diesen weihrauch[10]. Nous étions tous les quatre dans le cabinet après le dîner, c’est-à-dire Monsieur, moi, mon fils et ma fille. Monsieur, qui n’était pas d’assez bonne compagnie pour nous parler, laissa échapper, après un grand silence, un gros pet sonore et sauf votre respect, se tourna vers moi et dit : « qu’est ce que cela, Madame ? » je tournai alors mon derrière vers lui, en laissai un échapper sur le même ton et lui dit : « c’est cela, Monsieur ». Mon fils dit « Il ne tient que cela que j’en aie autant envie que Monsieur et Madame ». et il en laissa échapper un bon aussi. Alors nous nous mimes à rire et sortirent tous du cabinet. Ce sont des conversations princières, comme mes très chers le remarquent, et si on était assez curieux pour ouvrir mes lettres, et j’offrirais comme étrenne à celui qui ouvrirait cette première lettre devant mes très chers et la lirait cet encens.

On savait s’amuser chez la duchesse d’Orléans ! Cette anecdote hilarante a du sembler extrêmement grossière aux premiers éditeurs. Mais elle dit beaucoup de choses sur la famille et la vie familiale de Liselotte. On peut remarquer que sa fille qui a alors 17 ans ne semble pas participer à cette farce. Est-ce parce qu’elle en était choquée, par indifférence, parce qu’une jeune fille ne fait pas ce genre de choses ? Par ailleurs, les relations avec Monsieur semblent avoir parfois été sur un autre mode que celui du conflit.

Comme elle a fait rire son interlocutrice avec cette histoire, elle continue sur le même ton dans la lettre qui suit, dans le but de maintenir cette atmosphère de conversation amicale et de faire montre de son bel esprit.

Ich bin froh, dass unsere knallende conversation E. L. hat lachen machen. Mein sohn hat so viel winde, dass er deren auf allerhand ton hat, derowegen auch nun auf der flöten spielt ; ich glaube, dass wenn er die flöte so wohl an den hintern halten sollte als an das maul, würde es eben so musikalisch heraus kommen[11]. Je suis heureuse que notre conversation pétaradante ait fait rire mes très chers. Mon fils a tant de vents qu’il en fait sur tous les tons et de ce fait peut jouer de la flûte ; je crois que s’il pouvait tenir une flûte sur son derrière, comme on le fait sur sa bouche, cela serait tout à fait musical.

Aimer pour Liselotte, c’est aussi rire et passer de bons moments.

6. Mesurer l’amour à l’aune de la douleur

Dans la plupart des correspondances de l’époque moderne, le moment où l’amour des parents pour les enfants est le plus visible est lors du décès de ces derniers. Cela vaut aussi pour les lettres des époux Paumgartner, négociants en vin nurembergeois de la fin du XVIe siècle. La mort de l’enfant semble être le moment où on s’autorise à s’épancher sur la douleur du manque, où le lecteur/la lectrice mesure l’affection des parents pour l’enfant décédé. La lettre qui relate ce moment est à cet égard exemplaire. Le fils ainé de Liselotte est mort le 16 mars 1676 à l’âge de 3 ans.

Es ist mir unmöglich gewesen, Euch eher als nun zu antworten, denn ich gar zu bestürzt gewesen bin über den unversehnen Fall womit mich Gott der Allmächtige heimgesucht hat, kann mich als noch nicht davon erholen. Jetzt seht Ihr wohl, dasz ich nicht umsonst gewünscht, dass meine Kinder unter Eueren Händen sein möchten, denn ich hab mein Unglück von weitem her kommen sehen. Man hält hier eine wunderliche Anstalt mit den kindern und ich habe leider nur zu viel gesehen, dass es auf die Länge kein gut tun würde. Mein Unglück ist, dass ich gar nicht weisz, wie man mit Kindern umgehen musz und gar keine Experienz davon habe ; drum musz ich glauben, was man mir hier vorschwätzet. Aber genung hievon, denn je mehr ich es nachdenke, je trauriger macht es mich ; und jetzt habe ich keinen Trost, denn Monsieur ist vergangenen Donnerstag mit dem König nach der Armee verreiset. Dieses alles wird auf die Länge meiner Milz kein gut nicht tun, und so lustig ich auch von Natur sein mag, so hält es doch keinen Stich bei dergleichen abscheulichem Unglück ; glaube nicht, dass man aus übermäsziger Traurigkeit sterben kann, denn sonsten wäre ich ohne Zweifel drauf gangen ; denn was ich in mir empfunden, ist unmöglich zu beschreiben. Wann Gott der Allmächtige diesem kind nicht absonderlich hilft, womit ich jetzt schwanger gehe, so hab ich schlechte Opinion von diesem Leben und Gesundheit, denn es unmöglich ist, dass es nicht etwas mit von meinem innerlichen Schmerze empfunden. (…)[12] Il m’a été impossible de vous répondre plus tôt car j’ai été bien trop choquée par l’événement inattendu par lequel Dieu Tout-Puissant m’a frappée, je ne peux toujours pas m’en remettre. Maintenant vous voyez bien que je n’ai pas souhaité pour rien que mes enfants soient entre vos mains car j’ai vu arriver mon malheur de loin. Ici, on s’occupe bien étrangement des enfants et je n’ai malheureusement que trop vu que cela ne donne rien de bon sur la durée. Mon malheur est que je ne sais pas du tout comme on doit s’occuper des enfants et que je n’en ai aucune expérience ; c’est la raison pour laquelle je suis contrainte de croire ce qu’on me raconte ici. Mais cela suffit, car plus j’y réfléchis, plus cela me rend triste ; et maintenant je n’ai aucune consolation car Monsieur a suivi l’armée avec le roi jeudi dernier. Tout cela ne fera pas de bien à ma rate sur le long terme et j’ai beau avoir une nature assez drôle, cela n’empêche pas les coups lors d’un malheur aussi horrible ; je ne crois pas que l’on puisse mourir d’un excès de tristesse, sinon j’aurais sans doute trépassé, car ce que je ressens en moi est impossible à décrire. Si Dieu n’apporte pas son secours particulier à cet enfant que je porte en moi, alors j’aurai une bien mauvaise opinion de cette vie et de la santé car il est impossible qu’il (l’enfant) ne ressente pas quelque chose de ma douleur intérieure.

Cette lettre donne une image de Liselotte qui tranche avec les autres lettres. Elle est une mère désorientée qui culpabilise de la mort de son enfant. Elle avoue son impuissance et un manque de connaissances en matière de puériculture qu’elle considère comme à l’origine du décès. La tristesse qu’elle ressent est indicible. Liselotte sans mots, voilà qui a de quoi marquer. Elle semble douter de Dieu sans pouvoir le dire de manière explicite en raison de la surveillance dont elle est l’objet.

Les lettres des années suivantes où elle livre ses principes d’éducation montrent qu’elle a réussi à reprendre pied après le cataclysme.

La dernière question que je me pose après avoir lu et relu cette lettre est celle de l’expression normée de la douleur : les mots que Liselotte met sur son malheur me rappellent beaucoup ceux de Margaretha Paumgartner écrits avec un siècle d’écart, à ceci près que Margaretha ne doute pas de Dieu à qui elle s’en remet dans l’épreuve. Alors quoi ? une expression personnelle de la douleur n’est pas possible ? cela enlève-t-il à la douleur elle-même ?

[1] Je ferai bientôt un autre billet sur la vision du corps dans les lettres d’Elisabeth-Charlotte du Palatinat.

[2] Briefe der Liselotte von der Pfalz, Frankfurt am Main : Insel Taschenbuch 1981 et Carl Künzel, Die Briefe der Liselotte von der Pfalz, Nachdruck der Originalausgabe von 1914, Hamburg : Severus Verlag, 2013. Il existe d’autres éditions des lettres allemandes et des éditions des lettres françaises que je n’ai pas eu à disposition.

[3] Les informations de ce paragraphe proviennent de la préface d’Helmut Kiesel au recueil Briefe der Liselotte von der Pfalz, Frankfurt am Main : Insel Taschenbuch 1981.

[4] An die Herzogin Sophie, St Cloud, 14 sept. 1675, in : Briefe der Liselotte von der Pfalz, 1981, p. 39.

[5] An die Herzogin Sophie, Fontainebleau, 8. Okt. 1688, in : ibidem, p. 68.

[6] An die Herzogin Sophie, Fontainebleau, 8. Okt. 1688, in : ibidem, p. 69.

[7] An die Herzogin Sophie, St. Cloud, 20. Mai, 1689, in : ibidem, p. 74.

[8] An die Herzogin Sophie, St. Cloud, 20. Mai, 1689, in : ibidem, p. 75.

[9] An die Herzogin Sophie, St. Cloud, 4. Juli 1686, in : ibidem, p. 63.

[10] An die Herzogin Sophie, Versailles, 1. Januar 1693, in : ibidem, p. 95-96.

[11] An die Herzogin Sophie, Versailles, 18. Januar 1693, in : ibidem, p. 96.

[12] An Frau von Harling, St. Cloud, 20 Mars 1676, in : Carl Künzel, Die Briefe der Liselotte von der Pfalz, Nachdruck der Originalausgabe von 1914, Hamburg : Severus Verlag, 2013, p. 29-30.

pour citer cet article: Stéphanie Chapuis-Després, "La princesse qui aimait ses enfants… à sa façon [1].", Prendre corps, 05/05/2015, http://corpsgir.hypotheses.org/170.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/06/2015

    […] deux billets traitent de la question de l’amour parental à l’époque moderne: “La princesse qui aimait ses enfants… à sa façon” et “La parentalité brusque. Pratiques de l’éducation au XVIe […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *