L’amour en lettres : Magdalena et Balthasar Paumgartner (1582-1598) 1/4.

Pour inaugurer ce carnet, j’ai envie de vous présenter une de mes sources préférées : un échange de lettres des époux Paumgartner datant de la fin du XVIe siècle. Cette correspondance a été éditée pour la première fois dans son ensemble par Georg Steinhausen en 1895 et sont à nouveau disponibles depuis 2010 grâce à Nabu Print. Il s’agit de lettres que Magdalena et Balthasar ont échangé de 1582, début de leur relation, à 1598, deux ans avant le décès de Balthasar, c’est-à-dire tout au long de leur vie de couple. Par ces lettres, les époux tentaient de rester en contact alors que Balthasar devait parcourir l’Europe pour vendre son vin. On peut y lire les conditions de voyage de Balthasar, la vie quotidienne de Magdalena à Nuremberg, la piété (protestante) du couple, quelques détails de l’enfance de leur fils unique, son décès… Je propose une série de trois articles sur cette correspondance. Dans celui d’aujourd’hui, je veux interroger l’amour conjugal et des rôles distribués selon le sexe, selon le genre chez les Paumgartner. Dans un prochain billet, il sera question de la place du corps dans cette correspondance. Je vous parlerai un peu de ce qui est dit de la courte vie de Balthasar Junior, leur fils. Et je terminerai par une interrogation sur le caractère privé ou intime de ces lettres.

Une correspondance trop peu étudiée

Alors que ces lettres sont si riches, elles ont été peu étudiées. Pourquoi avoir quelque peu délaissé ainsi cette correspondance ? Les Paumgartner (liés par Magdalena à la famille des Behaim, grande famille nurembergeoise) sont pourtant connus de la recherche historique. Bettina Juliane Kruse a par exemple utilisé d’autres archives pour étudier la longue période de veuvage de Magdalena[1]. J’ai l’impression qu’il peut y avoir deux raisons à ce désintérêt : d’abord, la langue qui y est employée est difficile d’accès. Elle mêle un allemand qui tend à s’uniformiser et le dialecte de Souabe dont l’orthographe varie[2]. Ensuite, leur caractère unique, parce qu’elles sont si complètes et parce qu’elles sont publiées, empêche toute généralisation, « condamnant » à la micro-histoire. Cette source ne se prêterait pas à une investigation de grande ampleur.

Si ces lettres sont parfois citées au détour d’une étude sur des sujets variés liés à la vie quotidienne à Nuremberg au XVIe siècle, il n’existe, à ma connaissance, qu’une seule monographie qui leur soit consacrée : en 1989, l’historien Steven Ozment consacre un petit ouvrage aux Paumgartner[3] qui a certes le mérite de donner une vision d’ensemble de la correspondance en listant les différents thèmes abordés (le négoce, l’amour, être parent, le deuil, la foi), mais semble souvent survoler ces sujets. On peut encore poser beaucoup de questions à cette correspondance, comme les normes de communication entre époux, les rôles attribués à chacun des deux époux au sein du couple, la place de l’amour dans la vie conjugal à la fin du XVIe siècle. Par ailleurs, le fait que quasiment la moitié de ces lettres soit écrite par une femme de la fin du XVIe siècle, est assez rare pour être souligné et donne à entendre une voix peu présente dans les archives.

Chacun son rôle, même en amour.

Les lettres fournissent de nombreuses informations sur le fonctionnement quotidien du couple. Balthasar est toujours sur les routes pour se rendre à toutes sortes de foires dans le but de vendre son vin. Le contenu de ses lettres consiste principalement en des descriptions de ce qu’il voit, des anecdotes de voyage, des récits des conditions de transport, des rapports sur sa santé fragile ainsi que des comptes-rendus des ventes effectuées. Ses lettres visent surtout à rassurer et renseigner l’épouse restée à Nuremberg. Magdalena est sa correspondante sur place : elle ne fait pas que donner des conseils pour préserver sa santé, elle transmet des informations sur ce qu’il se passe en ville qu’il s’agisse d’événements mondains, politiques ou de commérages. Elle représente le couple dans les événements mondains auxquels ils sont invités. Qu’on n’imagine cependant pas que son rôle soit aussi limité : elle tient également la boutique nurembergeoise, remplit les livres de compte, encaisse les règlements et négocie certaines ventes, faits qui contredisent l’image que l’on pouvait avoir des femmes à la fin du XVIe siècle. Cela tend à corroborer une représentation toute en nuances des femmes urbaines assez lettrées pour correspondre régulièrement, tenir des comptes et mener leurs affaires. Le couple des Paumgartner fonctionne sur la base du partenariat  et de la complémentarité[4]. Les rôles se négocient ainsi avec un certain pragmatisme : il faut bien que la boutique « tourne » quand Balthasar est absent. En cela l’image que donne le couple est éloignée des stéréotypes de genre qui s’affirmeront à partir du XVIIIe siècle pour fleurir ensuite au XIXe siècle et qui cantonnent la femme au foyer et au soin à apporter aux enfants, et semble davantage correspondre à la vision qu’en ont les théologiens luthériens pour qui la femme est une compagne, un soutien et une aide indispensable à l’homme.

Cependant, le fonctionnement du couple pouvait être en contradiction avec les recommandations des autorités religieuses de l’époque qui y voyaient une organisation hiérarchique et patriarcale dans laquelle l’homme avait une position décisionnaire et la femme une fonction d’exécutante. Magdalena outrepasse de temps à autre son propre rôle d’épouse. Elle passe ainsi des commandes de tissus d’ameublement et d’habillement à Balthasar. Si ce dernier fait une mauvaise affaire ou se trompe d’étoffe, loin d’être soumise, tolérante et compréhensive, elle n’hésite pas à lui faire savoir. Magdalena ironise également dans ses lettres sur les lois interdisant aux invités de danser à des noces : elle affirme par exemple que, depuis que la danse est interdite[5], les invités boivent davantage, ce qui a donc eu pour effet de remplacer un péché par un autre.

Magdalena évoque à plusieurs reprises le fait d’avoir été invitée à des festivités (principalement des noces) et d’avoir pris du plaisir à danser. Son époux ne se plaint pas que sa femme aille danser pendant son absence, alors que les sources normatives interdisent aux femmes de se rendre à ce genre de manifestations sans surveillance. Au début de leur relation, Magdalena croit pourtant bon de se justifier et de devancer d’éventuels reproches.

War ein dontz zu nacht, komen 3 rot fasnacht, und werdt noch die wogen an andern orten. Aber ich kum nit mer darzu, so long war mir mein weil an dich. Unangesehen das ich mir recht genug getanztz het, so war doch stz meine gedancken bei, mein alerliebster schaz[6] ! Il y a eu un bal à la nuit tombée, trois carnavals rouges arrivent et les semaines suivantes, il aura lieu ailleurs. Mais je n’y vais plus, tant tu me manques. Mis à part le fait que j’ai assez dansé, mes pensées étaient toujours vers toi, mon très cher trésor!

Elle cherche probablement par là même à contrer d’éventuelles rumeurs à son sujet et se défend d’avoir dansé sans remords. Elle manifeste aussi son amour envers Balthasar, comme on l’attend d’elle, tout en respectant les codes de comportement concernant la danse. Elle demande également à Balthasar l’autorisation de sortir de la ville. Ce dernier semble dans tous les cas avoir une confiance absolue en son épouse, libre de ses mouvements et de ses décisions.

Qu’en est-il de l’amour conjugal chez les Paumgartner ? On a longtemps affirmé que les mariages d’amour étaient apparus au XVIIIe siècle[7]. Mais cela ne signifie pas que les mariages arrangés étaient dénués d’amour, ou du moins d’une certaine inclination, proche de l’amitié. Dans la plupart des ouvrages écrits par des théologiens catholiques et protestants, l’amour (l’affection, la charité et non pas la passion) est présenté comme un présupposé au mariage heureux. On trouve des indices signifiant l’importance de l’amour conjugal dès le XVIe siècle. Cela représente un tournant décisif dans les relations interpersonnelles[8]. D’ailleurs le manque d’amour était une raison de demander le divorce reconnue par les théologiens protestants et les juristes. On ne parle alors pas spécifiquement des sentiments mais des gestes qui sont censés le révéler : violences, fainéantise, ivrognerie sont alors interprétés comme des signes du manque d’amour, par les conjoints mais aussi par les juges. On assiste alors à l’élaboration d’une sémiotique de l’amour ou plutôt sémiotique du désamour dans ce cas.

Les premières lettres échangées sont empreintes d’une tendresse qui semble sincère qui ne disparaît pas complètement au fil des lettres mais devient secondaire face aux problèmes quotidiens à régler. Dans une lettre qui date d’avant le mariage (octobre 1582), Balthasar qualifie sa fiancée d’aimable, très chère à son cœur et intime (freundlich, hertzallerliebst, verthrautte). Magdalena use des mêmes adjectifs pour s’adresser à Balthasar dans ses lettres. Une phrase de la même lettre de 1582 me semble évoquer le sentiment amoureux de Balthasar, sentiment exprimé et lié à des gestes de tendresse entre les fiancés (bien que les contacts physiques avant le mariage soient répréhensibles à cette époque) :

Dastu mir inn deinem obern stüblin also untter den armen hinwegk sunckest, hab ich mir nymmermehr ausz dem sin schlagen müegenn, unnd sind seider ja wennig, wennig stund hingangen, inn welchen ich nichtt an dich gedacht hett[9]. Ce moment où tu es tombée dans mes bras dans la chambre de l’étage, je n’ai pas réussi à le chasser de mon esprit et depuis il n’y a que très, très peu de moments où je ne pense pas à toi.

L’amour conjugal est également prouvé par des gestes significatifs. Le fait de ne pas recevoir de lettres de façon régulière pouvait être perçu comme un désintérêt de la part de l’un des époux, désintérêt qu’il faudrait cacher aux autres pour ne pas perdre la face.

So vil ir die wogen an des Pfinzings hochzeit mit mir gedantzt haben, haben dein im besten gedacht und gefragt, wan schreiben von dir gehabt. So hab ich aber gedeutscht und gesagt, vor acht tagen, wan schön 3 wogen[10] ! Bien qu’ils aient beaucoup dansé avec moi la semaine dernière à la noce de Pfinzing, ils ont pensé à toi et ont demandé si j’avais reçu des lettres récemment. J’ai donc menti et dit „il y a huit jours“, alors que c’était il y a trois semaines.

Magdalena avoue ainsi avoir menti à ses interlocuteurs quant à la fréquence des lettres reçues de la part de son époux. Son silence aurait pu donner lieu à des rumeurs et la faire passer pour une femme abandonnée. Magdalena montre son amour à Balthasar en s’intéressant à sa santé et en lui prodiguant les remèdes nécessaires.

Le sentiment amoureux n’est pas formulé, comme on le ferait aujourd’hui, par des mots tendres. Il est sensible par des gestes et des comportements qui signalent que les époux prennent soin l’un de l’autre et pensent l’un à l’autre. Il semble qu’il s’exprime de façon un peu différente, sans être radicalement opposée, selon qu’il est exprimé par Magdalena (soins corporels, compassion) et par Balthasar (contact épistolier, attention prêtée aux commandes).

A travers les lettres de Magdalena et de Balthasar, on voit se dessiner une vie conjugale parfois conforme aux recommandations de l’époque, parfois un peu en marge. Il s’agit d’un couple fondé sur la complémentarité et dans lequel chacun a un rôle renégocié en fonction des besoins quotidiens, mais qui ne correspond pas nécessairement à ce que les autorités religieuses et civiles prévoyaient.


[1] Bettina Juliane Kruse, Witwen : Kulturgeschichte eines Standes im Mittelalter und Früher Neuzeit, Berlin : De Gruyter, 2007.

[2] langue qui a été étudiée en 1910 par Carl Koch dans Die Sprache der Magdalena und des Balthasar Paumgartner in ihrem Briefwechsel.

[3] Magdalena & Balthasar. Briefwechsel der Eheleute Paumgartner aus der Lebenswelt des 16. Jahrhunderts, Frankfurt am Main : Insel Verlag, 1989.

[4] Ozment, Magdalena & Balthasar, p. 49.

[5] la danse a été interdite à de nombreuses reprises au cours du XVIe siècle soit pour éviter la propagation de la peste, soit en signe de pénitence et pour éviter l’invasion turque.

[6] Georg Steinhausen, Briefwechsel Balthasar Parumgartners des jüngeren mit seiner Gattin Magdalena, Geb. Behaim (1582-1598), Lettre du 1er janvier 1583, p. 19.

[7] Richard van Dülmen, « Fest der Liebe. Heirat und Ehe in der Frühen Neuzeit », in : Idem (Hg.), Gesellschaft der frühen Neuzeit. Kulturelles Handeln und sozialer Prozess, Wien 1993, p. 194-235.

[8] Rüdiger Schnell, Sexualität und Emotionalität in der vormodernen Ehe, Kôln : Böhlau Verlag, 2002.

[9] Steinhausen, Briefwechsel, Lettre du 24 octobre 1582, p. 4.

[10] Ibidem, Lettre du 9 décembre 1591, p. 143.

pour citer cet article: Stéphanie Chapuis-Després, "L’amour en lettres : Magdalena et Balthasar Paumgartner (1582-1598) 1/4.", Prendre corps, 12/09/2014, http://corpsgir.hypotheses.org/20.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *