« Prendre Corps » a un an !

Voilà un an que le carnet existe. Un anniversaire, c’est l’heure des bilans. Pour une fois, je voudrais revenir sur ce que ce carnet signifie pour moi, ce qu’il m’a apporté et changer un peu de ton. Je ne suis pas une adepte de ce genre de billets. Parler de « mes » auteurs, réfléchir sur leurs écrits, les décortiquer, tenter de comprendre, c’est ce que j’aime faire. En revanche, utiliser la première personne, réfléchir sur le pourquoi de mes recherches, sur ce que j’attends de leur diffusion, tout cela m’est plus difficile.

Néanmoins cela peut s’avérer parfois nécessaire, pour lever un peu la tête du guidon, pour définir où tout cela peut mener, ouvrir de nouveaux horizons, ce que la période estivale permet davantage. Et peut-être est-ce aussi l’occasion de partager mon expérience avec ceux qui voudraient ouvrir un carnet, ou qui n’osent pas encore.

  • Le projet et ce qu’il est devenu

« Prendre Corps » était au départ un carnet qui devait parler du corps, bien sûr, des questions de genre, des identités (surtout féminine et masculine) et de leurs représentations dans des sources historiques. Parfois, les billets ont un peu dérivé de la ligne du carnet, au gré de mes recherches et de mes communications. Cela reflète ma recherche en train de se faire : un certain fouillis et le contraire de la ligne droite.

Je n’avais pas donné de limites temporelles parce que je voulais me laisser libre de traiter également des sujets d’actualité et de faire des comptes-rendus d’ouvrage. Force est de constater que j’ai surtout abordé ma période de prédilection : les XVIe et XVIIe siècles.

Je ne voulais pas annoncer d’emblée que je ne parlerais que d’auteur(e)s germanophones parce que je me disais que peut-être j’aurais envie d’étudier des cas plus variés (et parce que je ne voulais pas qu’un excès de « germanité » fasse fuir de potentiels lecteurs, soyons honnêtes !). Là aussi, je suis finalement restée dans ce domaine que je connais bien, d’abord parce que j’aime ces auteurs, et aussi, parce que beaucoup sont malheureusement peu connus. Je me suis sentie une âme de missionnaire, à proclamer leur nom sur la toile et à diffuser leurs paroles.

  • Côté technique

Complètement ignorante de WordPress, je voyais l’ouverture du carnet comme un saut dans l’inconnu. En fait, ce fut une occasion de me former et d’acquérir des compétences dans un domaine qui me semble indispensable à la recherche et dans lequel, à l’issue de mon doctorat, je ne savais pourtant rien. La prise en main a été rapide, parfois un peu balbutiante (il y a encore quelques problèmes de mise en page). La liste des carnetiers est très réactive et bienveillante. Tenir un blog sur hypothèses n’a rien d’impossible même pour les débutants.

  • « Prendre corps » sur Twitter

Dès le début, le carnet a été indissociable de Twitter dans mon esprit. D’abord parce que c’est là que j’ai découvert des carnets passionnants (en lien ici) et c’est là qu’on m’a encouragée à me lancer (Merci à @Francois_Ronan, @mXli1 et @caro_ligne !). Ensuite parce que, même s’il arrive que le carnet se promène sur Facebook et que des visiteurs arrivent sur le carnet à la suite de requêtes plus ou moins farfelues via Google, mes lecteurs viennent presque tous de Twitter. C’est sur Twitter que les articles sont généralement commentés, soit par des réponses directes, soit par des retweets, soit par des diffusions assorties d’un nouveau titre ou d’un extrait. Cela ne veut pas dire que je ne souhaite pas de commentaires ici: sentez-vous libres de vous exprimer!

  • Une impulsion pour la recherche

Écrire pour le carnet m’a permis d’affiner certaines interprétations, de me poser de nouvelles questions, de voir mes sources autrement. Les billets ont lancé des pistes que j’ai approfondies lors de communications scientifiques dans l’année. Ils m’ont permis de construire des articles plus facilement. Grâce aux billets publiés sur le carnet, j’ai également été mise en contact avec d’autres chercheurs avec qui une collaboration s’est mise en place. En fait, le carnet permet de montrer en détail ce que l’on fait. Alors que ma thèse est terminée, que je n’ai pour l’instant qu’un poste temporaire et que j’habite loin de mon unité de recherche, cette mise en réseau m’est essentielle. Elle donne une souffle à mes recherches, me pousse à continuer, ouvre des perspectives alors que l’avenir est incertain.

  • Se réconcilier avec l’écriture après la thèse

Un de mes objectifs en ouvrant le carnet était de tenter d’avoir un rapport plus détendu à l’écriture après ma thèse. La rédaction de la thèse a été une véritable épreuve, longue, douloureuse. Comme beaucoup, je ne pensais jamais finir. Pire, je pensais qu’une fois finie, ce serait une catastrophe dont il faudrait avoir honte. Même si mon écriture me désolait, j’étais fascinée par mes sources. Une porte de sortie heureuse à la thèse me semblait, il y a un an, la création d’un carnet qui diffuserait mes sources d’une autre manière et me ferait oublier la difficulté à écrire.

Sur ce point, c’est un succès ! J’ai beaucoup moins peur d’écrire. Au fur et à mesure des billets, le carnet m’a donné une certaine confiance. Pour les premiers billets, j’ai constaté, terrifiée, que quelques personnes lisaient ce que j’écrivais. Je m’attendais à un cataclysme qui n’est pas arrivé. Je tremble toujours comme une feuille au moment de la publication, je crains les commentaires négatifs, j’ai parfois envie de me retirer dans une grotte juste après avoir diffusé un billet. Mais globalement, cela n’a rien à voir avec l’écriture de la thèse. J’ai retrouvé un petit plaisir d’écriture, une étincelle de joie à voir les mots s’aligner, à rechercher la bonne manière d’exprimer une pensée, tant de choses qui avaient disparu. À tel point que j’ai réussi à retravailler la thèse en vue d’une publication. Sans passer par le carnet, je crois que cela m’aurait été impossible. Rien que pour cela, je ne peux que conseiller à celles et ceux qui hésitent encore de se lancer et d’ouvrir un blog de recherche sur la plateforme hypothèses.

La tenue la plus confortable pour publier avec classe! (Pierre Carrier-Belleuse danseuse écrivant, fin du 19e siècle. @WikiCommons. www.AndreaFisherFineArt.com)

La tenue la plus confortable pour publier avec classe! (Pierre Carrier-Belleuse danseuse écrivant, fin du 19e siècle. @WikiCommons. www.AndreaFisherFineArt.com)

pour citer cet article: Stéphanie Chapuis-Després, "« Prendre Corps » a un an !", Prendre corps, 16/08/2015, http://corpsgir.hypotheses.org/223.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *