Quand les femmes avaient l’utérus imaginatif

Suite à une discussion sur Twitter avec Béatrice Kammerer qui me citait cet article, j’ai eu envie de développer un peu le sujet de la grossesse à l’époque moderne. Les croyances autour de la femme enceinte et du développement du fœtus qui avaient court à l’époque moderne peuvent faire sourire aujourd’hui, surtout si elles sont présentées sans contexte, ni sources comme dans cet article. Mais une fois replacées dans leur contexte d’élaboration et dans le cadre des représentations mentales des XVIe et XVIIe siècles, elles font davantage sens.

  • La doctrine de l’imagination

Les femmes enceintes du début de l’époque moderne étaient l’objet d’une grande surveillance et de soins particuliers. Les malformations du fœtus, pire la mort, pouvaient survenir à tout moment pour des raisons alors difficiles à expliquer. Sans les moyens médicaux d’aujourd’hui, les raisons données aux problèmes que pouvaient rencontrer la mère et l’enfant étaient le résultat de la lecture des auteurs de l’Antiquité et de déductions tirées de leurs observations. Bon nombre des explications données à des malformations du fœtus mettaient en cause la mère[1]. Soit elle avait commis quelque péché et s’en trouvait logiquement punie, soit elle avait été la proie à des émotions violentes qui laissaient une empreinte sur le fœtus, ou elle avait rencontré des animaux ou des êtres difformes qui avaient alors marqué le corps de sa progéniture.

C’est ce qu’on appelle la « doctrine de l’imagination » (Imaginationslehre[2]). Cela n’a rien de farfelu ou d’original, cette doctrine fut reprise par tous les auteurs qui traitent de la grossesse au XVIe siècle et elle était encore citée au XVIIe siècle assortie d’explications qui se voulaient rationnelles.

L’imagination est un concept philosophique et physiologique. Dans la tradition aristotélicienne, la conception est un processus où l’imagination joue un rôle dans la mesure où la force immatérielle et formatrice de l’homme imprimerait sa marque sur la matière féminine. L’utérus était par conséquent considéré comme sensible à l’imagination également.

Manuel Simon cite l’ouvrage de Marcellus Donatus, Sechs Bücher über Wundermedizin (1586) dans lequel l’auteur explique que certains phénomènes physiques sont « contagieux », comme le bâillement. De la même manière, une femme ayant été considérablement effrayée à la vue d’un hydropisique pourra donner naissance à un enfant atteint de la même maladie. Autre exemple : une femme qui aurait menacé son mari de lui fendre le crâne en deux donnerait naissance à un enfant mort-né dont le crâne aurait été fendu. Ici, il semblerait qu’il y ait un élément de punition divine envers la femme qui en menaçant son mari aurait remis en cause la hiérarchie « naturelle » du mariage. Manuel Simon souligne à juste titre que dans ce dernier cas, la doctrine de l’imagination a probablement servi d’excuse à de mauvaises pratiques lors de l’accouchement[3].

Les ouvrages français ne manquent pas d’exemples non plus. Et les démons jouent un rôle dans cette doctrine de l’imagination. On peut ainsi citer Des monstres & prodiges (5e éd. 1598), d’Ambroise Paré. Dans le chapitre IX sont évoqués « les monstres qui se font par l’imagination ». Il évoque le cas d’un enfant à tête de grenouille :

L’an mil cinq cens dix-sept en la paroisse de Bois le Roy dans la forest de Biere, sur le chemin de Fontaine-Bleau, nasquit vn enfant ayant la face d’vne grenoüille , qui a esté veu & visité par Maistre Iean Bellanger, Chirurgien en la suite de l’Artillerie du Roy, es présences de messieurs de la iustice de Harmois. A sçavoir honorable homme Iacques Bribon, Procureur du Roy dudit lieu, & Estienne Lardot, Bourgeois de Meun & Iean de Vircy, Notaire Royal à Melun, & autres : le père s’appelle Esme Petit & la mère Magdaleine Sarboucat. Ledit Bellanger, homme de bon esprit, désirant sçavoir la cause de ce Monstre, s’enquit au père d’où cela pouuoit procéder, luy dist qu’il estimoit que la femme ayant la fieure, vne de ses voisines luy conseilla pour guarir sa fieure, qu’elle print vne grenoüille viue en sa main, & qu’elle la tint jusques à ce que ladite grenoüille fust morte ; la nuict elle s’en alla coucher avec son mary, ayant touiours ladite grenoüille en sa main ; son mary & elle s’embrasserent, & conceut, & par la vertu imaginatiue ce monstre auoit este ainsi produit, comme tu vois par cette figure[4].

enfant à tête de grenouille, Ambroise Paré, Des Monstres & Prodiges, 1598, p. 1022 (@Gallica)

enfant à tête de grenouille, Ambroise Paré, Des Monstres & Prodiges, 1598, p. 1022 (@Gallica)

Ainsi la malformation de l’enfant proviendrait de la présence d’une grenouille (un remède contre la fièvre) lors de sa conception, l’image du batracien s’étant imprimée sur l’enfant.

Ce concept semble avoir été compris et accepté par la population. Spontanément, les parents interrogés évoquaient un événement où l’imagination entrait en ligne de compte pour expliquer une imperfection sur le corps de leur enfant (comme on le voit dans le cas évoqué par Ambroise Paré ci-dessus)[5]. Manuel Simon donne un exemple de l’usage juridique de la doctrine de l’imagination[6]. Ainsi, si un enfant ne ressemblait ni à son père ni à sa mère, on pouvait argumenter en disant que la mère avait eu une image devant les yeux qui avait laissé sa marque sur le fœtus. En ce sens, la doctrine de l’imagination pouvait servir les intérêts de la mère dans certains cas.

  • La frayeur

Voici la liste des émotions qui provoqueraient des conséquences désastreuses pour les fœtus selon Jacob Rueff :

Boësse vnd grausame Schrecken, (…) Feuwersnot, Kriegsnot, Donner, Strahl, (…) scheuszliche Bildnisse vnd Gesichten, arme Leute, oder besondere Thieren, (…) viel Freude, Trawr, Vnmuth[7] De mauvaises et cruelles frayeurs, (…) un incendie, une guerre, le tonnerre, les éclairs (…), des portraits et des visages affreux, de pauvres gens ou certains animaux, (…) trop de joie, de tristesse, de mécontentement.

Parmi ces émotions, on remarque une prédominance de la frayeur. C’est la peur qui provoquerait des anomalies, des plus anodines aux plus graves.

Jacob Ruff affirme ainsi que les enfants « hermaphrodites » sont également le résultat d’une grande frayeur de la mère. L’auteur cite l’exemple d’une mère venue le consulter pour son enfant montrant une malformation génitale. Elle aurait elle-même interprété cette malformation par la vision d’un homme en train d’uriner contre un mur pendant sa grossesse, ce qui l’aurait profondément effrayée et choquée. Ruff aurait sauvé l’enfant par des moyens médicaux. Cet exemple sert principalement à avertir les femmes des dangers qu’elles peuvent rencontrer pendant la grossesse et de leurs conséquences pour leur enfant.

On retrouve cela dans les livres de prières de l’époque. Ainsi une prière à prononcer par une femme enceinte demande à Dieu de la préserver de rencontres et d’images choquantes.

Wende meine Augen ab, dasz ich mich nicht versehe an jrgend einer Vngestalt, dieselbige nur einzubilden, auff dasz nicht etwa die Frucht in meinem Leibe vnformlich werde, vnd ein Schandmal vberkommen moechte : Behuete mich, dasz ich nicht durch vnvorsichtigkeit mit fallen vnd stossen, mit Zorn oder Schrecken, oder sonst auff andere weisz vnd weg, meiner Frucht im Leibe wehe thun, oder Schaden zufuegen moege, auff dasz es mir nicht vbel vnd vnrichtig gehe[8]. Détourne mes yeux que je ne vois pas par mégarde une quelconque difformité, que je ne l’imagine même pas ce qui déformerait mon fruit dans mon corps et lui imprimerait une marque ; protège moi afin que je ne commette pas d’imprudences en tombant et trébuchant, en étant en colère ou effrayée ou d’une autre manière, ce qui pourrait faire du mal à mon fruit ou lui causer des dommages, afin que je n’aille pas mal et qu’il ne m’arrive rien.

Pour David Herlitz (1618), les émotions fortes (von grossen Zorn, Furcht, erschraeckung, Trawrigkeit schneller vnd ploetzlicher frewde[9]), même si elles sont positives pourraient être la cause de fausses couches. Par ailleurs, La compagnie de gens joyeux permettrait d’éviter les émotions dangereuses et de préserver la mère et le foetus.

  • Les envies

A l’époque moderne (et aujourd’hui), on attribue aux femmes enceintes des envies alimentaires parfois surprenantes. Paracelse affirme qu’elles voudraient manger de la laine, de la graisse, du charbon, des plantes toxiques ou encore de la chair humaine. Jacob Ruff affirme que les taches qui peuvent apparaître sur la peau des fœtus seraient dues à des frustrations issues de ces envies (taches que l’on appelle aujourd’hui encore des envies). Si on refuse tel ou tel aliment à une femme enceinte alors qu’elle le désire véritablement, l’enfant pourrait en pâtir considérablement. Manuel Simon souligne que les femmes enceintes arrêtées pour vol de nourriture qui faisaient référence à ces envies étaient exemptées de toute peine[10].

Néanmoins tous les auteurs ne conseillent pas aux femmes d’assouvir leurs envies à tout prix. Dans le livre de Georg Pictorius (1578), on peut lire :

Were sach, dasz die schwangere Fraw seltzsame schaedliche geluest hette, so ist gut dasz man ir dieselbige ding, deren sie geluestet wenig unter Augen stelle, auch auszrede wie man kann[11]. Il serait bon, si la femme enceinte a des envies étranges et dangereuses, que l’on ne mette pas devant elle ces choses qui lui font envie et qu’on l’en dissuade comme on peut.

À la suite de cela, il donne quelques recettes pour faire passer ces envies : l’ingestion de substances potentiellement toxiques lui semble donc plus dangereuse que les conséquences possibles pour le fœtus.

  • Une explication rationnelle

Les phénomènes paranormaux se trouvent en fait rationalisés par la doctrine de l’imagination. Alors qu’avant lui, on imaginait davantage que les démons étaient à l’œuvre, Paracelse tente d’explique par quel mécanisme biologique l’émotion ou l’objet contemplé peut s’imprimer sur le fœtus.

A la fin du XVIIe siècle, on retrouve les mêmes propos chez Christoph Voellter que nous connaissons déjà (lien). Par ailleurs, Johann Georg Sommer (1676) explique très précisément ce que provoquerait une violente colère dans le corps d’une femme enceinte :

Vor andern aber hat sich ein Schwanger Weib vor Zorn fleissig zuhueten, denn wenn ein Weib sich hefftig erzuernet, so fahret das mit Galle vermischte Gebluet mit der gantzen Natur krafft also von der Frucht hinweg in die andern Glieder, vnd verlaesset also die Natur ihr angefangnes Werck, gleich wie in einem Ey geschicht, das von der Kluckhennen verlassen, erkaltet vnd nicht voellig auszgebruetet wird, also wird die Frucht aus Mangel voerigen Zuganges vnd Waerme bald Band vnn krafftlosz, dasz also ihr Leben sehr fruehzeitig erleschen vnd die Geburt vor der rechten zeit geschehen musz[12]. Par ailleurs une femme enceinte doit se prémunir contre la colère car lorsqu’une femme entre dans une violente colère, le sang mêlé de bile quitte le fruit (=fœtus) avec toute la force de la nature pour aller dans les autres membres ; ainsi la nature délaisse l’œuvre qu’elle avait commencée et il lui arrive la même chose qu’à un œuf que la poule a abandonné, qui refroidit et qui n’a pas été assez couvé ; ainsi le fruit perd sa force par manque d’afflux et de chaleur, si bien que sa vie s’éteint très précocement et que la naissance arrive avant terme.

La doctrine de l’imagination qui semble aujourd’hui peu scientifique était au XVIIe siècle considérée comme parfaitement rationnelle et logique.

  • Un moyen de « domestiquer » les femmes ?

Tous, médecins, théologiens, pasteurs, représentants de l’autorité civile, s’appliquent à renforcer les peurs des femmes concernant la doctrine de l’imagination, à multiplier les exemples et les recommandations. Le but est dans un premier temps d’améliorer les chances de survie des nourrissons. À n’en pas douter, la plupart des auteurs croyaient fermement que les émotions avaient un effet sur le fœtus. Encourager les mères à se maîtriser ou à ne pas être en contacter avec ce qui provoque ces émotions était une manière d’agir en faveur de la santé publique.

Mais pas seulement. La thèse de Manuel Simon est que la doctrine de l’imagination renforçait le phénomène de « domestication » des femmes. C’est une hypothèse qui me semble parfaitement plausible.

Le terme de « domestication » n’est pas de moi[13]. Mais je le trouve bien commode. Il évoque ici à la fois une forme de disciplinarisation et un moyen de cantonner les femmes au foyer (domus). Aux XVIe et XVIIe siècles, dans le Saint-Empire Romain Germanique, on observe une limitation de l’espace social autorisé aux femmes à la maison. Il leur est de plus en plus difficile de trouver un travail salarié, notamment parce que les corporations limitent drastiquement les places d’apprenties, leur barrant l’accès à des carrières d’artisans. Les ouvrages d’édification, les écrits sur le mariage dessinent de plus en plus l’image d’un couple « complémentaire » composé d’un homme occupant l’espace public et d’une femme responsable du foyer.

La grossesse est une période assez paradoxale pour les femmes mariées : lorsqu’elle est enceinte, la femme peut apparaître comme privilégiée d’une certaine manière puisque les auteurs (médecins, théologiens et pasteurs) encouragent son mari à bien la traiter, à lui octroyer suffisamment de nourriture et à la décharger des tâches les plus lourdes. Cependant, la femme enceinte devient l’objet d’une attention accrue qui limite considérablement son champ d’action. Elle est observée par les femmes de son entourage afin d’éviter tout avortement ou infanticide. Elle est également surveillée par son mari, et par les autorités civiles et religieuses. Les sages-femmes et les médecins publient de nombreux ouvrages à son attention. Même s’il est évidemment que toutes les femmes enceintes ne se ruaient pas sur ces livres en raison de leur prix élevé, les normes de comportement (alimentaire, moral…) qu’ils édictaient se diffusèrent progressivement par le bouche-à-oreille tout au long du XVIIe siècle.

Parmi ces normes, donc, on retrouve cette doctrine de l’imagination. Manuel Simon explique dans sa monographie que cette doctrine permettait d’empêcher les femmes de sortir de la maison sans raison valable. En effet, puisque des rencontres fortuites avec des créatures difformes ou avec des animaux pouvaient nuire aux fœtus, il était recommandé aux femmes enceintes de rester le plus possible au sein du foyer, un lieu qui paraissait sûr.

Ferner vnd vors dritte sollen die schwangern Weibsbilder gewarnet seyn, dasz sie nicht alle Winckel auszlauffen, vnd gehen an die Oerter, da die Landstreicher vnd schreyende betler sitzen, welche jhres Leibes Gliedmassen grewlich zu verstellen wissen, damit sie mit ihrem Geschrey vnd vngestalt, den fuervebergehenden das geld abliegen vnd abkriegen moegen. noch an die Stellen, da man die zum Todt verurtheilte Vberlthaeter abthut, durchs Schwerdt, Strick, Rhad, oder in ander weise vmbringet. Denn wenn sie sich dahin verfuegen, vnd das Maul ueberall haben wollen, sol an sichs gar leicht zu tragen, dasz sich an solchen Personen versehen, vnd hernach gebrechliche vnd mangelhafftige Kinder auff die Welt gebaeren[14]. De plus et troisièmement les femmes enceintes doivent être averties qu’elles ne doivent pas courir en tous lieux et se rendre là où se trouvent des vagabonds et des mendiants hurlants qui savent déformer leurs membres d’une manière affreuse afin d’extorquer de l’argent aux passants par leurs cris et leur difformité, ni dans les lieux où l’on exécute les condamnés à mort par l’épée, la corde, la roue ou d’une autre façon. Car si elles se rendaient là, et voulaient mettre leur nez partout, elles pourraient poser les yeux sur de telles personnes et mettre au monde des enfants fragiles et plein de défauts.

L’auteur de ce passage, Adam Helm est un pasteur. Il encourage non seulement les femmes à ne pas fréquenter des lieux qui pourraient représenter un danger pour leur fœtus, mais également à ne pas croiser le chemin de vagabonds. L’espace des femmes se trouve donc réduit au foyer et la ségrégation sociale est encouragée. Pas de femme enceinte dans la cour des miracles, donc. Par ailleurs, il est probable que l’auteur nomme avec précision les lieux d’exécution en raison des nombreuses superstitions liées aux corps des criminels exécutés, dont certaines parties pouvaient entrer dans la composition de potions ou d’amulettes.

Les auteurs pensaient certainement œuvrer pour la protection des femmes enceintes et de leur progéniture en leur recommandant de rester chez elles et de se prémunir de toute sorte de mauvaises rencontres. Ce faisant, et peut-être sans le vouloir, ils contribuaient cependant à exclure les femmes de l’espace public et à les cantonner à la sphère privée, les rendant par ailleurs responsables de tous les maux dont pouvaient être atteints leurs enfants – maux dont on sait aujourd’hui qu’ils pouvaient être causés par la malnutrition, l’exposition à des substances toxiques ou avoir des origines génétiques.

 

 

[1] Mais pas seulement, les démons et mauvais esprits jouaient encore un rôle important également. Par ailleurs, certaines malformations sont attribuées à de la semence (masculine et féminine) de mauvaise qualité.

[2] Manuel Simon, Heilige, Hexe, Mutter. Der Wandel des Frauenbildes durch die Medizin im 16. Jahrhundert, Berlin, 1993, p. 110.

[3] Ibidem, p. 112.

[4] Ambroise Paré, Des monstres & prodiges, 1598, p. 1022.

[5] En fait, il est difficile de savoir si les auteurs de ces livres utilisaient des exemples qui semblaient authentiques pour convaincre leurs lecteurs ou s’il s’agissait de véritables témoignages.

[6] Simon, Heilige, p. 111.

[7] Jacob Rueff, Das Hebammenbuch, Francfort sur le Main 1563, p. 38.

[8] Bonifacius Stöltzlin, Geistlicher Adlerstein, Das ist, Christlicher Unterricht, Trost und Andaechtige, geistreiche, vnd Schrifftmaessige Gebett, fuer Schwangere und Gebaehrende Frawen, vor, in und nach der Geburt, so wol auch anderer Christen fuer sie, auff alle Faell gerichtet, deszgleichen auch fuer Christliche Eltern, wann jhnen jhre liebe Kinder kranck werden und sterben, Ulm 1652, p. 48. Prière 7. Stöltzlin est un auteur catholique.

[9] David Herlitz, De curationibus Gravidarum, puerperarum et infantum. New Frawenzimmer, vnd gruendliche Vnterrichtung, von den schwangeren Frawen, vnd Kindlebetterinnen, was jhnen vor, in vnd nach der Geburt, zu wissen noetig sey, Dabey auch von vielen Kranckheiten der jungen Kinder : jetzo auffs newe wiederumb vbersehen, vnd an vielen oertern verbessert, Stettin 1618, p. 46.

[10] Simon, Heilige, p. 116.

[11] Georg Pictorius, Frauwenzimmer, Ein nutzliches Buechlein, darausz die Schwangeren frauwen moegen erlernen, wie sie sich vor, in, und nach der Geburt halten sollen, vnd wie sie alle weibliche zufael besseren vnd ableiten moegen, mit anderen guten stuecken die ein frauwenzimmer gehoerig sind. Sampt einem kutzem angehenckten Tractat wie in zufaelligen Kranckheiten den jungen Kindern zuhellfen seye, Franckfurt am Mayn, 1578, p. 42sq.

[12] Johann Georg Sommer, Kurtzes vnd Nuetzliches Weiber vnn Kinder Pfleg-Buechlein, in gewisse Regeln eingetheilt : was nemoch schwangere eiber, Woechnerin vnd Ammen jederzeit in acht zu nehmen, vnd wie jedes der selben in sonderheit wie auch deren Kinderlein bey gesunden Zustande gepfleget vnd bey vorfallenden Kranckheiten, so wohl mit hierin beschriebenen guten artzneyen, als auch leicht verschafftlichen Hauszmitteln versorget werden koennen, Jena 1676, p. 15sq.

[13] Claudia Honegger, « Die Hexen der Neuzeit. Analysen zur anderen Seite der okzidentalen Rationalisierung », in : ibidem (Hrsg.), Die Hexen der Neuzeit. Studien zur Sozialgeschichte eines kulturellen Deutungsmusters , Frankfurt am Main 1978, p. 21-151.

[14] Adam Helm, Unterricht vnd Trost fuer Schwangere vnd gebaerende Frawen, vor, in und nach der geburt. Sampt vielen schoenen gebeten, fuer dreyssig vnd mehr Jahren durch Herrn M. Jacobum Zadern in fuenff Capiteln verfasset. Nun aber bisz auff siebenzehen Capitel aus Gottes Wort und reiner Scribenten Buechern vermehret. Allen Ehrbaren, Gottesfurcht vnd Tugend-liebenden Frawen zum besten an den Tag gegeben, Lübeck 1645, p. 101sq.

pour citer cet article: Stéphanie Chapuis-Després, "Quand les femmes avaient l’utérus imaginatif", Prendre corps, 01/09/2015, http://corpsgir.hypotheses.org/238.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *