Le corps épistolaire : Balthasar et Magdalena Paumgartner 2/4

Au XVIe siècle, on ne parle pas de ses expériences corporelles, de la physiologie, des effets des sentiments sur le corps comme on le fait au XVIIIe siècle. Dans la correspondance des époux Paumgartner, le corps est néanmoins évoqué assez explicitement à travers la maladie, puis de manière plus implicite aux travers de ses plaisirs (danse, parure). Le lecteur contemporain peut s’étonner de ne pas trouver de récits concernant directement la grossesse de Magdalena. Il semblerait en effet que le sujet soit soigneusement évité par les époux ; peut-être pour ne pas se porter malheur, parce qu’on ne parle pas de ce phénomène féminin à un homme ou encore parce que les lettres étaient lues à un public d’amis et de parents.

 Etre en bonne santé : une affaire d’homme

Le corps évoqué dans les lettres est d’abord celui de Balthasar. Ce dernier profite de ses voyages pour bénéficier de cures thermales à Lucca, non loin de Pise. Ces cures – il en a fait quatre pendant la durée de la correspondance – sont censées soigner ses calculs rénaux. Il donne à Magdalena des informations très précises sur son état l’informant non seulement des l’évolution de ses symptômes mais également des traitements qu’il subit.

Und trinck all morgen früe nüchttern 2 1.3 masz. Ehr aber vom bett aufstehe, so ist schon der mehrer thail, ia mehr als die 7/8 alles hindurch, in ainstails durch den harm oder Brunnen, wiewol vor dreyen tagen schon angefangen zu prugirn. Im Leib ein gerümpel machtt, machtt mich aber im wennigsten gar nichtt matt, als sonst die purgatzen zu thon pflegen[1]. Et je bois tous les matins à jeun 2 pintes trois quarts (d’eau thermale, NDLT). Avant même que je sorte de mon lit, j’ai déjà bu la plus grande partie, c’est à dire environ 7 huitième au robinet ou à la fontaine, et ce depuis 3 jours que la purgation a commencé. Mon corps en est chamboulé, mais cela ne me rend pas aussi fatigué que lors de mes purgations habituelles.

La purgation est le principe de base des cures que Balthasar suit. Elle doit permettre au corps d’éliminer les substances qui le rendent malade. Les cures de Balthasar ne sont pas sans rappeler le récit qu’en fait Montaigne à la même époque dans son Journal de voyage. Elles sont généralement assez éprouvantes pour le corps et particulièrement ennuyeuses, mais également accompagnées de quelques rencontres mondaines autour de jeux de hasard. Balthasar ne semble pas avoir connu une grande amélioration de son état grâce aux cures et avoir perdu peu à peu l’espoir de guérir. Lors de la dernière en 1596, il s’en remet davantage à Dieu qu’aux médecins qui l’accompagnent[2].

Magdalena écrit également au sujet des problèmes de santé de son mari, s’efforçant de donner des conseils (porter des pommes de senteur en cas d’épidémie, pratiquer régulièrement des saignées) et d’envoyer des remèdes pour le soigner que de sa propre santé. Elle s’inquiète des habitudes de son mari, qui travaille trop et se fait trop de souci tout en mangeant avec trop de parcimonie. Elle l’encourage ainsi à bien respecter les prescriptions des médecins lors des cures tout en le recommandant à Dieu, la religion étant alors un remède sûr mais aussi « la thérapie du dernier espoir » (die Therapie der letzten Hoffung[3]).

Hab ja gehofft, Got der Almechtige werde mein herzlichs gebedt erhörn und deine Gesundheit dorg christliche mitel beschern, weil es ja hie nit hat sein weln. Got wele dich dabey ale zeit erhalten und mit freuten wider zu mir pringen, damitt wir uns nach langem scheiden widerum ergetzen und erfreuen[4]. J’ai bien espéré que Dieu tout puissant entendrait ma prière sincère et que par des remèdes chrétiens, tu recouvrerais la santé mais ce n’est pas arrivé. Que Dieu te protège constamment et que te ramène à moi dans la joie et que nous puissions nous réjouir après une longue séparation.

Cependant, on peut trouver dans les lettres quelques informations sur des saignées qu’elle aurait subies régulièrement. Avec les saignées, c’est là aussi le principe de la purgation qui préside. Il s’agit de nettoyer le corps de ses impuretés et donc d’éviter des maladies graves qui seraient dues à la rétention de substances empoisonnées. Magdalena semble, comme ses contemporains, être passionnée par les saignées. Elle subit une saignée quatre fois par an, ce qui correspond au double de ce que recommandait le célèbre médecin Hippolyt Guarinoni. C’est seulement à l’occasion d’un accident que cette habitude la concernant est évoquée. Le haut de son corps se serait ainsi retrouvé complètement paralysé pendant quelques minutes. Selon elle, l’accident serait survenu suite à une négligence de sa part. Elle promet à Balthasar de faire usage de la plus grande prudence dorénavant et d’espacer raisonnablement les saignées avant d’éviter tout nouvel incident. Elle passe rapidement sur cet événement qu’elle et Balthasar considèrent comme peu grave.

Quelques bribes de la grossesse de Magdalena

Dans ces lettres, l’amour charnel n’est évidemment pas évoqué. C’est un sujet tabou, même entre époux, même dans des lettres qui n’ont pas vocation à être publiées. Il faut savoir que certaines d’entre elles étaient lues à voix haute aux proches et aux amis. L’existence de relations sexuelles entre les époux ne pourrait être suggérée que par l’apparition d’une grossesse. Magdalena n’en a vécu qu’une à notre connaissance.  Un petit Balthasar est né en 1585. Il n’aura vécu que 7 ans mais il tient une place essentielle dans la correspondance. Cependant, la grossesse n’est évoquée qu’à demi-mots par le biais de vêtements rendus trop étroits par un ventre proéminent ;

Herzalerliebster schazer, ich bit dich, wan du etwa ein drimla domasck bekumen konst, nor ein schlechten ein 4 eln, welst mirn herausschicken zum afenreckla. Hab sy doch nie gedragen gern ; iez mus ichs thun. Wan ich ausgehe, kon ich nimer meine pristla einthun ; habs herausgelasen, so weit ich kind. Wan ich nur ein wenig dicker wier, mus ichs erstucken, welgs ich nit gern thue. Wolte miche in weil mit eim reckla zudecken[5]. Très cher trésor, je te prie de m’envoyer, si tu le peux, un morceau de damas, même un simple de 4 aunes afin que je fasse un jupon[6]. Je n’ai jamais aimé en porter mais maintenant, je suis obligée de le faire. Lorsque je sors, je ne peux plus fermer mon corsage ; je l’ai laissé aussi ouvert que je pouvais. Si je grossis encore, ne serait-ce qu’un peu, je vais devoir l’agrandir, et je n’en ai pas envie. Je vais me couvrir avec un jupon quelques temps.

mais aussi à travers la modification des habitudes alimentaires qu’induit l’état de Magdalena.

Ist mir Gott lob wol heraus ; schmeckt mir esen und trincken. Der wein aug wider recht wol. Hab nit umb geneistigkeit wiln pier gedruncken. (…) stedt aber Got lob ales besser umb mich, so es lebet in mir, das was dein und mein ist, von got gegeben. Hab nun Got lob die halbe zeit uberwunden ! Dieu soit loué, je m’en sors bien ; la nourriture et la boisson me conviennent. Je supporte de nouveau le vin. Ce n’est pas par économie que je n’ai pas bu de bière (…) mais je vais mieux et en moi vit ce qui est à la fois toi et moi,  un don de Dieu. Et Dieu soit loué, j’ai déjà réussi à faire la moitié de la grossesse !

Comme la plupart des ouvrages de prières destinés aux femmes enceintes et les traités d’obstétrique le conseillent à la fin du XVIe siècle, Magdalena se recommande régulièrement à Dieu, tout en se réjouissant que tout se passe bien :

Stedt aber Got lob ales beser umb mich, so es lebet in mir, das was dein und mein ist, von Got gegeben. Hab nun Got lob die halb zeit uberwunden : Got las mich die ander halbe zeit aug mit gesundheit uberwinden[7] ! Dieu soit loué, tout va bien pour moi, car ce qui est à la fois toi et moi vit en moi et a été donné par Dieu. J’ai déjà surmonté la moitié du temps, Dieu soit loué : que Dieu me laisse vivre aussi la seconde moitié en bonne santé !

Les époux semblent en général peu au fait des grossesses de leurs épouses et de ce qu’elles vivent concrètement. Balthasar et Magdalena en ont peut-être parlé en détail ensemble, mais on n’en trouve pas de trace écrite. Balthasar se garde bien de donner d’autres conseils que celui de consulter régulièrement des femmes plus âgées. Il ne demande pas de détails autres que ceux que son épouse veut bien lui donner. La grossesse reste un sujet que l’on aborde qu’entre femmes et qui ne concerne les maris qu’en cas de problème.

Le corps et ses plaisirs 

Les plaisirs du corps que sont la danse, la bonne nourriture et la parure ne sont pas absents de ces lettres.

  • la danse.

Magdalena évoque à plusieurs reprises le plaisir qu’elle a pris à danser lors de festivités auxquelles elle s’est nécessairement rendue sans Balthasar qui était alors sur les routes d’Italie. Son époux, bien conscient de l’importance des mondanités pour sa réputation et son commerce, ne fait aucune remarque négative sur le fait que Magdalena se soit rendue à des noces sans lui. Au début de leur relation Magdalena se justifie pourtant sur une sortie afin de devancer d’éventuels reproches.

War ein dontz zu nacht, komen 3 rot fasnacht und werdt noch die wogen an andern orten. Aber ich kum nit mer darzu, so long war mir mein weil an dich. Unangesehen das ich mir recht genug getantzt het, so war doch stz meine gedancken bei dri, mein alerliebster Schaz[8] ! Il y a eu un bal à la nuit tombée, trois carnavals rouges arrivent et les semaines suivantes, il aura lieu ailleurs. Mais je n’y vais plus, tant tu me manques. Mis à part le fait que j’ai assez dansé, mes pensées étaient toujours vers toi, mon très cher trésor !

Certaines personnes de l’entourage de Balthasar en contact régulier avec lui aurait pu lui faire part du plaisir visible que sa femme avait pris à danser sans lui. Magdalena a donc cherché à devancer les rumeurs. Elle cherche à montrer la mesure dont elle serait spontanément capable, à prouver son amour conjugal et son respect des codes de comportement.

Le caractère positif de la danse, sa fonction de rituel social qui sert à la communication et à la préservation de l’harmonie est un argument que Magdalena reprend quelques années plus tard pour justifier sa participation à un bal.

Les lettres montrent enfin la réalité des pratiques dansées à Nuremberg à la fin du XVIe siècle, puisque Magdalena souligne à plusieurs reprises des interdictions de danser lors des fêtes familiales et municipales en signe de pénitence face à la progression de l’invasion turque par la Hongrie. Elle fait preuve d’une certaine ironie en expliquant qu’à vouloir empêcher des péchés, le Sénat en a aggravé d’autres.

Sunst weis dir, herzlieber schaz, nicht neis, dan das mon am sundtag ales tanzen verpoten hat hie, wegens das sou bel in Ungern steht, das das krichfolck so dahinstribt und der törck sich sterckt desto mer (…) bing ester erigtag auf des schmitmzers hondschlags gewesen, von hertzen langweilig, das mon so lang gedichst nd s oser gedruncken die mender, das mich teucht, nit so sund wer, mon davir gedanzt hete[9]. Cher trésor, je ne sais pas quoi te dire de nouveau, si ce n’est qu’on a interdit toutes les danses le dimanche à cause des dangers qui règnent en Hongrie, des soldats qui meurent et des Turcs qui se renforcent (…) Hier à la Saint Eric, je suis allée aux fiançailles de Schmitmer qui ont été vraiment ennuyeuses car les hommes ont tant parlé et bu que j’ai l’impression que si l’on avait dansé, cela n’aurait pas été un si grand péché.
  • Les vêtements

Magdalena fait régulièrement des commandes à son mari qui traverse des régions réputées pour leurs étoffes. Jamais Balthasar ne lui reproche d’être coquette ou dépensière. C’est plutôt qu’elle qui lui fait des remarques sur son piètre sens des affaires en cette matière.

Parce qu’elle a vu des connaissances en porter un, elle demande à Balthasar de se renseigner sur un manteau à la mode de Venise, orné de fourrure, puis de lui en acheter un et de le lui faire parvenir[10]. Magdalena porte la plupart du temps avec plaisir les vêtements que son mari lui envoie, car ils constituent pour elle des souvenirs de lui[11].

Ni l’un ni l’autre ne semblent attirer par le luxe : Balthasar demande à son épouse de ne pas se fatiguer à coudre une chemise trop riche décorée pour lui. Le trousseau de Magdalena pour la période des relevailles – période pendant laquelle elle reçoit sa famille et ses amis et se doit d’être présentable – est simple et sans fioritures[12]. Le petit Balthasar est élevé selon cette même valeur de modestie. Non seulement ils évitent ainsi de contrevenir aux lois vestimentaires, nombreuses et très précises à Nuremberg, bien qu’assez rarement appliquées, mais ils pratiquent aussi une économie modérée, comme l’exigent les normes conjugales de l’époque.

 

Dans les lettres des Paumgartner, le corps est un corps genré, social et souffrant. En effet, le corps de Balthasar est clairement différencié de celui de Magdalena par ses besoins (médicaux, alimentaires) et par sa fragilité apparente. Ainsi, le présupposé de faiblesse du corps féminin que l’on peut lire dans la plupart des ouvrages médicaux et théologiques de la même époque ne semble pas trouver d’écho dans cette correspondance.

C’est un corps social, répondant à des normes d’apparence et de comportement très précises. Ce corps ne danse que s’il est autorisé, uniquement si le plaisir est justifié par des considérations mondaines. Il est modeste et discipliné. Pas d’extravagance dans ses mouvements ou dans sa manière d’apparaître en public.

Enfin, le corps des époux Paumgartner apparaît dans les lettres lorsqu’il pose problème, lorsqu’il est souffrant ou en danger. C’est vrai pour Balthasar qui décrit les douleurs des calculs rénaux, pour Magdalena qui évoque sa paralysie temporaire lors d’une saignée, mais c’est encore plus visible pour le petit Balthasar. L’enfant décède à 7 ans des suites d’une horrible maladie qui a causé une hypertrophie des reins (comme le montrera l’autopsie demandée par Magdalena). Sa maladie et son agonie sont décrites dans les moindres détails par une mère impuissante et pleine de compassion. Le corps devient alors le support de l’indicible, la perte d’un enfant.


[1] Ibidem, lettre du 25 juin 1584, p. 46.

[2] Ozment, Magdalena & Balthasar, p. 127.

[3] Ibidem, p. 108.

[4] Steinhausen, Briefwechsel, lettre du 7 juillet 1584, p. 50.

[5] Ibidem, Lettre du 24 juin 1584, p. 211. Les archivistes auraient daté cette lettre de 1594 mais Steinhausen estime que ce n’est pas possible sans mentionner le rapport de ce passage avec la grossesse de Magdalena qui semble pourtant clairement évoquée ici.

[6] Un « Affenröcklein » est une sorte de jupon d’après le Schwäbisches Wörterbuch mit etymologischen und historischen Anmerkungen édité par Johann Christoph von Schmid (Stuttgart 1831, p. 11)

[7] Steinhausen, Briefwechsel, Lettre du 7 juillet 1584, p. 51.

[8] Ibidem, Lettre du 1er janvier 1583, p. 19.

[9] Ibidem, lettre du 10 juillet 1594, p. 219-220.

[10] Ibidem, lettre du 9 décembre 1591, p. 142.

[11] Ibidem, lettre du 25 décembre 1582, p. 14.

[12] Ibidem, lettre du 27 août 1584, p. 65.

pour citer cet article: Stéphanie Chapuis-Després, "Le corps épistolaire : Balthasar et Magdalena Paumgartner 2/4", Prendre corps, 15/10/2014, https://corpsgir.hypotheses.org/26.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *