Difficultés et ruses face à un sujet « atypique »

Ce billet fait suite à une discussion sur Twitter avec @Abdelkader sur la difficulté d’accéder à la documentation concernant certains sujets en France. Je vais commencer par un retour d’expérience, puis je terminerai par quelques conseils qui ne demandent qu’à être enrichis par vos contributions.

 

  • Travailler sur l’Allemagne en Allemagne, le rêve

Mes débuts dans la recherche sur les femmes allemandes de l’époque moderne ont été faciles : mon année de master 1 a coïncidé avec un séjour Erasmus d’un an à l’université de la Sarre. J’avais alors accès à des cours de méthodologie essentiels indiquant toutes les méthodes possibles pour trouver « le » livre nécessaire à l’élaboration de mon mémoire. Et surtout, j’avais devant les yeux plusieurs bibliothèques admirablement fournies. Certes, elles n’étaient pas ouvertes le dimanche comme j’ai pu en faire l’heureuse expérience à Munich et à Wolfenbüttel. Mais je réussissais à m’organiser. La partie « époque moderne » de la bibliothèque d’histoire avait été composée par Richard van Dülmen, puis par son successeur Wolfgang Behringer, devenu quelques années plus tard mon deuxième directeur de thèse. Autant dire qu’en histoire culturelle, j’avais tout ce dont j’avais besoin. Il a fallu évidemment me rendre dans les archives d’Augsbourg plusieurs semaines, mais depuis Sarrebruck, tout était facile. L’aspect financier n’était pas un problème grâce à des bourses de l’IFHA.

 

Un des premiers conseils de mon directeur allemand avait été de ne pas hésiter à contacter des auteurs d’articles introuvables pour leur parler de mes recherches et leur demander de l’aide. Je l’ai fait pendant mon master. Généralement, je recevais des réponses courtoises et quelques indications bibliographiques supplémentaires. Aujourd’hui, je ne le ferais plus parce que j’ai davantage conscience du quotidien de mes collègues et que je sais quelle quantité de travail supplémentaire engendre ce type de mails.

 

En Master 2 (un en études germaniques en 2005-2006 et un en histoire moderne 2006-2007), je travaillais dans les mêmes conditions : j’habitais et travaillais à Sarrebruck. Ayant épuisé une partie des livres des BU, j’ai découvert que les Prêts Entre Bibliothèques ne coûtaient qu’1,5 € par livre s’ils venaient d’Allemagne. Encore une manière de faciliter la recherche !

 

Après un an en France, je suis revenue pour être chargée de TD à Sarrebruck. Pendant cette année, j’ai préparé mon projet de thèse dans des conditions enviables, avec tous ces livres sous les yeux et entourée de personnes qui non seulement connaissaient mon sujet, mais aussi ses enjeux et ses écueils potentiels. Pouvoir en discuter autour d’un café ou entre deux portes m’aidait considérablement. Mon sujet n’avait rien d’étrange en Allemagne.  Cette année-là, j’ai aussi littéralement dévalisé la bibliothèque universitaire de Göttingen lors d’un séjour d’une dizaine de jours.

Carl Spitzweg, Der Bücherwurm, ca. 1850, Georg Schäfer Museum @WikiCommons

Carl Spitzweg, Der Bücherwurm, ca. 1850, Georg Schäfer Museum @WikiCommons

  • Retour en France : désillusions et contraintes

Un an après mon retour définitif en France, j’ai commencé mes recherches de thèse dans le cadre d’un contrat doctoral à Paris Sorbonne. On pourrait imaginer que les bibliothèques parisiennes sont bien achalandées sur tous les sujets du monde.

En fait, non. Les femmes allemandes de l’époque moderne ne sont apparemment pas un sujet très courant en France. On trouve quelques ouvrages de référence à la BNF, au DHI ou à la BU de Malesherbes. Mais ce n’est pas suffisant. Femmes/ Genre + Aire germanique + XVIe-XVIIe siècle, la combinaison gagnante… Voilà donc que je découvre le caractère atypique de mon sujet… en France !

J’étais alors déjà turboprof. Je ne passais que deux jours par semaine à Paris. J’y ai fait quelques sessions de travail plus longues. J’ai également emprunté des livres à Malesherbes (où j’enseignais). Mais je n’avais pas le temps de me poser un peu et de fouiner. Et très vite, je me suis retrouvée à court de munitions.

 

Le contenu des bibliothèques de Lyon est assez désespérant quand on travaille sur l’Allemagne à l’époque moderne. Trouver des dictionnaires ou des encyclopédies de référence en langue allemande se révèle un parcours du combattant. En fait, je devrais même dire trouver un ouvrage de référence en langue allemande est très compliqué, alors ne parlons pas d’un ouvrage sur l’époque moderne… Le sujet du Saint-Empire romain Germanique et de l’avènement de la Réforme est heureusement présent dans les rayonnages, mais souvent on trouve des ouvrages anglophones ou francophones, d’ailleurs assez anciens à quelques exceptions près.

On retiendra tout de même le fonds Aspasie de la bibliothèque de la Croix-Rousse. J’y ai emprunté des livres sur la sorcellerie que je pensais devoir faire venir d’Allemagne. Un vrai miracle. D’après la bibliothécaire, ces livres n’avaient pas été empruntés depuis une dizaine d’années… Voilà le fond du problème quand on a un sujet « atypique » : des ouvrages existent puisque malgré tout, on n’est pas les premiers à s’y intéresser, ni les seuls à l’échelle mondiale ou même simplement européenne, mais ils restent inaccessibles parce que personne ne les lit ou parce qu’on suppose que personne ne les lira.

 

Et le PEB ? Pour faire venir un livre d’une autre bibliothèque française, il m’en coûte 4,5 € par ouvrage, 9 € si (comme c’est le cas pour pratiquement tous mes livres) il vient de l’étranger. Je travaille actuellement sur un projet plus vaste que ma thèse et ma bibliographie est composée d’ouvrages qui ne sont pratiquement disponibles nulle part ailleurs qu’en Allemagne. Ma bibliographie ne fait actuellement que 5 pages… Mais imaginez un peu combien va me coûter tout cela… Et non, ce n’est pas mon labo qui financera les PEB. Et non, ce n’est pas un projet où je serai payée en plus de mon contrat d’ATER.

 

Pendant ma thèse, les séjours de recherche en bibliothèque et en archives ont donc été indispensables, et je pense que cela va continuer ainsi,. Même en prenant l’avion et en logeant jusqu’à trois mois sur place, c’était plus rentable que de faire venir tous les livres de ma bibliographie. Et puis de toute façon, j’avais besoin de travailler sur des ouvrages des XVIe et XVIIe siècles qu’on n’emprunte évidemment pas et qui n’étaient en grande partie pas encore numérisés (entretemps, la bibliothèque de Wolfenbüttel, celle de Munich et de Berlin ont fait quelques miracles qui facilitent grandement ma recherche de post-doc, elle-même assez influencée par la politique de numérisation, d’ailleurs).

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe plein de moyens de financer des voyages à l’étranger lorsque l’on est doctorant : pour les germanistes, il y a le DAAD, le CIERA, l’IFHA. Mon école doctorale et mon labo m’ont aidée aussi. Sans tous ces moyens financiers supplémentaires, jamais je n’aurais pu me rendre dans ces bibliothèques. Je me demande d’ailleurs comment je vais faire à partir de l’année prochaine si je veux continuer la recherche sans avoir de poste dans le supérieur (et donc des possibilités d’aide financière de mon labo)…

J’ai donc trimballé mari, fille encore bébé et parfois belle-sœur et belle-mère à Wolfenbüttel, à Mayence et à Sarrebruck (qu’on se rassure, les aides financières ne concernaient que mes frais de transport et parfois de logement, jamais les frais de ma famille). Le but de ces voyages était l’accumulation de sources et de documents : je n’ai pas passé mes journées à lire mais à photocopier, mieux à scanner (dans certaines bibliothèques, on peut scanner gratuitement tous les livres d’après 1900 ou 1910, je crois, le rêve absolu). Pour les archives, j’étais bien obligée de les lire et de les trier sur place, la copie d’une seule page étant déjà un investissement conséquent. Le dépouillement de tout cela se faisait en général pendant les mois où j’étais en France. Aujourd’hui, je suis contente d’avoir encore tous ces documents que je peux consulter quand je le souhaite. Je ne redirai jamais assez la nécessité d’avoir un système de classement efficace. Il m’est arrivé de « perdre » des scans et de les retrouver trois ans plus tard, par hasard, dans un mauvais dossier.

 

Pour ce qui est du travail à distance, j’ai aussi pu télécharger des articles depuis les plateformes des bibliothèques auxquelles j’étais inscrite en France ou en Allemagne. C’est évidemment très pratique ! Dommage que les articles d’actes de colloque ou les monographies ne soient pas disponibles de la même façon. Et enfin, en désespoir de cause et surtout pendant la phase finale de la rédaction, j’ai consulté maintes fois GoogleBooks. J’ai pu retrouver des références précises, revérifier des citations, relire des chapitres oubliés. Cependant, il m’a semblé que je n’avais pas accès tous les jours aux mêmes pages… On dirait que GoogleBooks limite l’usage quotidien de la base de données.

 

Au-delà de la simple question de la bibliographie, je me suis sentie subitement isolée à mon retour en France : plus de collègues avec qui discuter au quotidien et de manière légère de mon sujet, de mes trouvailles et de mes doutes. Bien sûr à Lyon, j’avais de nombreux ami(e)s doctorant(e)s et il est clair que sans eux et leur présence encourageante à la BU, je n’aurais pas fini ma thèse. Mais personne ne travaillait sur la même époque que moi ou sur un sujet analogue. Ma directrice de thèse était tout à fait disponible pour répondre à mes questions, toujours prête à relire mes productions écrites ou à recadrer mes recherches qui partaient parfois dans tous les sens. Mais je ne travaillais pas dans le bureau d’à côté. Du fait de la distance, toute rencontre prenait un tour formel. Je crois qu’il me manquait en général une forme de sociabilité et de communauté favorable à la recherche.

Alors oui, il aurait été plus simple d’habiter à Paris. Mais j’avais déjà une vie personnelle et une famille sur le point de s’agrandir. Ce n’était pas possible.

 

  • Série de conseils à l’usage du jeune chercheur qui travaille sur un sujet « atypique »

Voir aussi dans les commentaires pour des astuces supplémentaires!

  1.  Vérifie dans le Sudoc si le livre recherché ne serait pas disponible dans une autre bibliothèque de la ville.
  2. Effectue des suggestions d’achat régulièrement dans ta BU. Peut-être que ton sujet a le vent en poupe et que tu ne le sais pas encore et que grâce à toi, les bibliothécaires vont constituer un fonds spécial.
  3. Prévois des voyages de recherche dans des pays qui disposent de bibliothèques mieux fournies. Prévois aussi du temps pour faire les demandes de bourse, c’est souvent plusieurs mois, voire un an, avant le départ.
  4. Lors des voyages à l’étranger, lis un peu, mais accumule beaucoup. Tu ne seras ainsi pas dépourvu(e) quand l’hiver sera venu.
  5. Pense à bien noter les références des livres scannés, photocopiés ou photographiés et trie-les avant ton retour.
  6. Pense à te former à l’accès aux revues en ligne dans ta bibliothèque de prédilection.
  7. Vérifie la disponibilité de certains livres d’occasion et donc bon marchés mais indispensables sur des sites d’achat étrangers (parfois ça vaut le coup même avec les frais de port)
  8. N’oublie pas de jeter un œil sur GoogleBooks si une référence précise te manque. Mais n’espère pas lire un livre entier de cette manière.
  9. Tente le hashtag « ICanHazPdf» sur Twitter, sait-on jamais…
  10. Essaie de rejoindre une communauté de chercheurs qui travaillent sur des sujets analogues. Si ce n’est pas possible, assomme tes amis avec tes trouvailles originales. La sociabilité est un élément important de la recherche.

 

Wilhelm Amberg, Vorlesung aus Goethes Werther, 1870, Alte Nationalgalerie Berlin #WikiCommons

Wilhelm Amberg, Vorlesung aus Goethes Werther, 1870, Alte Nationalgalerie Berlin #WikiCommons

 

PS : merci pour les magnifiques illustrations trouvées ici : http://hypotheses.org/19462

pour citer cet article: Stéphanie Chapuis-Després, "Difficultés et ruses face à un sujet « atypique »", Prendre corps, 02/11/2015, http://corpsgir.hypotheses.org/274.

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Gaëlle Debeaux dit :

    De même, merci beaucoup pour ce billet !

    Pour ma part, une suggestion pour celles et ceux qui comme moi travaillent sur des corpus en ligne, donc instables : ne pas oublier d' »aspirer » les sites qui constituent la source de travail… J’étudie, entre autres, les hypertextes de fiction et j’ai eu la désagréable surprise de découvrir, par un petit matin de septembre, qu’une de mes œuvres n’était plus disponible (http://www.ryman-novel.com/home.htm). Je savais que c’était une possibilité mais je ne me suis pas méfiée, bilan une partie de la thèse est déjà rédigée avec des analyses précises que je ne peux plus poursuivre…

    Solution : l’aspirateur de sites web (j’ai utilisé HTTrack website copier), qui effectue une sauvegarde de l’ensemble du site et qui a, en plus, l’avantage de rendre la source disponible y compris hors ligne (pour les séjours de rédaction à la campagne/la montagne/chez papy-mamy).

    Sinon, je suis tout à fait d’accord avec tous les conseils donnés, en particulier avec le dernier point concernant la sociabilité : c’est vraiment très enrichissant de pouvoir partager ses recherches avec d’autres, travaillant sur des sujets proches, dans une même discipline ou même dans des disciplines un peu plus éloignées. S’investir dans des labos juniors ou des projets de recherche accueillants, s’il y en a près de chez soi, ça permet de confronter les pratiques et de prendre du recul sur sa propre façon de faire !

    Merci encore Stéphanie pour tes articles, la pratique du carnet de recherche semble aussi être une façon utile et intéressante d’aborder par un autre biais son propre sujet, qui est tentante !

    • Stéphanie Chapuis-Després dit :

      Merci beaucoup pour cette indication, Gaëlle!
      Oui, le carnet de recherche aide à rendre accessible un sujet peu connu et à prendre confiance en son sujet.
      En effet, s’intégrer à une structure déjà existante ou en créer une, voilà une bonne manière de faire de la recherche. Peut-être qu’on trouve aussi des ouvrages inaccessibles de cette manière, qui sait!

  2. Laura dit :

    Merci pour ce billet!
    Je me permets de rajouter 2 astuces qui peuvent permettre d’accéder à des bouquins de manière ponctuelle (mais il ne faut pas être pressé.e):
    -le faire commander par sa fac (on ne le sait pas toujours, mais parfois, personne ne fait de suggestions, du coup ça peut valoir le coup)
    -accepter de faire un compte-rendu en échange (j’avais besoin d’un livre anglais, chez ashgate, toujours pas dispo dans une bibliothèque française) et TRES cher, du coup j’en ai suggéré l’achat en vue d’un CR sur le site lectures.revues.org, et je devrais le recevoir bientôt.

    • Stéphanie Chapuis-Després dit :

      Merci pour les deux astuces supplémentaires!
      On peut toujours suggérer l’achat des bouquins aux BU. Mais comme tu dis, ne pas être très pressé. ça peut prendre un an…
      Et sinon la proposition de comptes-rendus, OUI! ça entraîne aussi à l’écriture scientifique, très bonne idée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *