Compte-rendu de la journée d’études « Le genre de la maladie. Textes, discours et représentations » 13.11.15

 

(le compte-rendu se veut concis dans la mesure où les actes seront publiés courant 2016 dans un numéro spécial de la revue en ligne de l’IETT « Transtext(e)s, transcultures. Journal of global cultural studies »)

  • Introduction par Sibylle Goepper

La journée était organisée par le groupe genre de l’université Lyon 3, GL3. Elle fait suite à une précédente journée d’études portant sur les thèmes « Genre et filiation » du même groupe de recherche, ainsi qu’à la journée « genre et santé » de l’université Paris-Diderot en juin dernier. La journée d’études propose de faire une large part à la littérature, aux langues et aux arts habituellement peu représentés dans ces champs d’étude et qui permettent pourtant une perception affinée des genres et des maladies. La journée propose de quitter la période contemporaine et le territoire français pour adopter une perspective transculturelle et transdisciplinaire. Un des objectifs est de favoriser les croisements, l’intersectionnalité pour lutter contre une essentialisation de la femme et de l’homme, ainsi que de leur représentation.

 

Conférence inaugurale

 

  • Nicole Edelman, Ce que le genre fait à la maladie

Le genre est un concept, concept entendu comme une manière de penser le monde et qui permet de poser des questions. Son introduction a permis d’inscrire dans la recherche historique, une démarche qui vise à dévoiler la construction sociale de la différence des sexes et ainsi de saisir toutes les formes de domination entre hommes et femmes et plus largement entre tous les êtres humains. Cette introduction du concept était possible dès la fin des années 1980[1] en France où elle a été très lente, pour différentes raisons, dont l’évocation de la question grammaticale[2] mais aussi la crainte justifiée pour des historiens et historiennes que l’usage du genre ne remette en question toute l’écriture de l’histoire. Pertinent et fécond pour étudier la maladie dont le sens évolue au court du temps et selon les lieux, le genre permet de mettre au jour les dispositifs normatifs qui construisent les dominations, de faire émerger des points de vue minoritaires, ceux des sans voix, des subalternes. Ce nouveau regard révèle des tensions, des conflits entre les sexes mais aussi entre les hommes qui jusqu’alors étaient restés invisibles, il met au jour des dissonances dans les discours, des contradictions entre parole et faits cliniques, en interrogeant les dominations cumulées (intersectionnalité) et fait apparaître des enjeux ignorés ou masqués qu’ils soient médicaux, politiques ou du sociaux. On s’aperçoit que, malgré quelques exceptions, la médecine a constamment participé à travers la représentation de la maladie au maintien d’une hiérarchisation des sexes et le genre permet d’interroger les modalités de ces transformations, de ces évolutions, d’analyser les apparitions de maladie, de questionner leur nosologie et leur étiologie en les liant à leur moment chronologique et leur lieu culturel d’émergence et éventuellement d’étudier leur disparition. Le genre aide aussi à questionner les malades, les soignants tout comme les médecins qui, ni les uns, ni les autres ne sont neutres et objectifs, pas plus que ne l’est la science médicale. Le genre est alors utile pour faire surgir les enjeux sous-jacents qu’ils soient politiques, économiques sociaux ou culturels. Enfin, ce travail de recherche implique une multi-disciplinarité, un indispensable croisement de disciplines.

 

 

Accès au soin et Care

 

  • Stéphanie Chapuis-Després, Quand les hommes soignent les femmes : l’évolution de l’obstétrique dans le Saint-Empire Romain Germanique

Dans l’aire germanique aux XVIe et XVIIe siècles, l’obstétrique s’est progressivement masculinisée ce qui n’est pas allé sans conséquence pour les patientes et les médecins eux-mêmes. Les sages-femmes sont de plus en plus dénigrées dans les manuels de gynécologie écrits par des médecins ainsi que dans les textes de loi qui règlementent leur activité. Les accoucheurs se présentent comme les détenteurs d’un savoir important et de nouvelles pratiques jugées salvatrices. Pourtant, certaines sages-femmes ont également contribué à l’évolution positive de l’obstétrique.

S’il en résulte une baisse progressive de la mortalité infantile et de la mortalité en couches, cette masculinisation de la grossesse et de la naissance assortie d’une médicalisation de l’accouchement posent problème dans un monde où masculin et féminin sont – du moins en théorie – strictement séparés. On peut citer l’exemple du médecin Christoph Voellter qui tente de préserver à la fois sa pudeur et celle des femmes en pratiquant des accouchements à l’aveugle.

 

  • Emmanuelle Romanet-Da Fonseca, Nourrices et maladies. Le cas de la « syphilis des innocents » en France dans la seconde moitié du XIXe siècle.

La mise en nourrice est une pratique courante au XIXe siècle. Médecins et parents portent une attention particulière à la santé des nourrices qui leur semble primordiale. Cependant nombreuses sont les nourrices malades, notamment de la syphilis. Il existe plusieurs cas de figure : soit elles ont été contaminées par les enfants dont elles ont la charge, soit il arrive qu’elles contaminent ces derniers.

Dans les deux cas, on parle de « syphilis des innocents », puisque les malades le sont devenus par d’autres biais que la sexualité. Ces cas disparaissent avec l’avènement du biberon.

On remarque que la syphilis est constamment mise en relation avec les femmes, qu’elles soient prostituées ou nourrices, deux activités hautement symboliques.

 

  • Virginie Chasles, Genre et logiques de recours au soin, l’exemple de l’Inde

Le genre est un concept pertinent en géographie puisqu’il influence la pratique spatiale et le ressenti de distance géographique, notamment lors d’une période fondamentale pour les femmes indiennes, la maternité.

Les normes culturelles influent considérablement sur le recours au soin. Les femmes indiennes ne sont pas complètement libres de leurs choix dans ce domaine. L’importance de leur maladie et donc la nécessité de les soigner est jugée en fonction de son impact sur la communauté.

 

  • Sylvie Imparato-Prieur, Les maladies féminines dans l’Espagne du XIXe siècle : spécificités et discours normatifs

Le chirurgien accoucheur Agustín Ginestá rédigé au début du XIXe siècle un traité dont le titre est Enfermedades de mujeres. Il est représentatif d’une médicalisation progressive de la société depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle. Le discours médical vient soutenir les points de vue sociétaux et juridiques sur la faiblesse féminine tout en favorisant la réflexion sur la gynécologie.

 

Diagnotics, pathologisations et leur détournement dans les arts

 

  • Pascal Luccioni, Plutarque, Galien et la maladie d’amour

Galien cite une anecdote mettant en avant ses grandes qualités de diagnosticien : il aurait décelé une passion amoureuse simplement en prenant le pouls d’une femme prétendument malade. Cette histoire se trouve au cœur d’une série de récits qui se prennent pour modèles les uns les autres. L’anecdote de Galien met en évidence des différences dans la manière de considérer le silence des femmes et des hommes dans le cadre d’un diagnostic. Ainsi le silence des femmes sera par exemple vu comme de la pudeur alors que celui des hommes sera considéré comme une marque de maîtrise de soi. Les symptômes eux-mêmes peuvent être réinterprétés en fonction du genre.

 

  • Sophie Coavoux, Cavafy homoérotique entre écriture et réception : du discours « médical » de la critique à la subversion poétique de la maladie

Cavafy fut le premier poète majeur des lettres grecques modernes à publier des poèmes d’inspiration homoérotique dans un contexte d’hétérosexualité triomphante où l’homosexualité est pathologisée, s’attirant ainsi les foudres de la critique littéraire. La maladie se mêle étroitement à l’homoérotisme sans pour autant que le poète intériorise une vision coupable de l’homosexualité. Au contraire, opposant à la scientia sexualis un ars erotica, il pose l’homosexualité en nature alors qu’elle est justement perçue comme anormale et pathologique.

 

Ecritures de la maladie et esthétiques de crise(s)

  • Jacqueline Estran, Ecriture vs. Maladie. Le combat pour la vie de Shi Pingmei et Lu Yin

Au début du XXe siècle, la maladie est un thème peu abordé par les écrivaines chinoises, bien qu’étant souvent au cœur de leur quotidien, parfois une condition même de l’écriture. Leur discours laisse transparaître leur rapport à la maladie, comme lieu exclusivement féminin, permettant d’échapper aux normes sociales et de jouir d’une forme de liberté et d’indépendance dans la continuité des poétesses qui les ont précédées sous les Ming et les Qing. Mais il dévoile aussi un nouveau rapport au corps, entre tradition et modernité, Chine et occident, fondateur de leur construction identitaire.

 

  • Thi Thuy Bui-Aurenche, La rage contre le Moi, l’Autre et Dieu dans la trilogie Les trois Parques, Voix : une crise et Lettre Morte de Linda Lê

L’auteure décrit un univers sombre où l’expérience de l’ exil côtoie la perte, la folie et la mort. La mort du père est révélatrice d’un conflit intérieur entre deux mondes, entre le passé et le présent. Les mots écrits apparaissent comme une thérapie, comme un moyen de retrouver sa voix/voie.

 

  • Catherine Delesalle-Nancey, Femmes aux petits soins : la fêlure d’un idéal dans deux nouvelles de F.S. Fitzgerald The Lees of Happiness et An Alcoholic Case.

Ces deux nouvelles présentent des artistes dont la maladie ou l’alcoolisme ont anéanti les facultés créatrices. Tous deux sont soignés par des femmes dévouées (une épouse ou une infirmière) qui se conforment à des normes de comportement bien connues. Cependant il s’agit moins ici d’un don gratuit de soi qu’une tentative de réalisation de soi dans l’acte de soin, car les fêlures qui s’observent chez les malades se reflètent également en elles. Il existe donc une forme de relation de réciprocité.

 

[1] En 1988, article de John Scott dans un numéro des Cahiers du GRIF, « Le genre de l’histoire. »

[2] Eleni Varikas, Penser le sexe et le genre, (PUF, 2006).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *