« Alors on danse… » Le corps et ses plaisirs au cœur d’un conflit entre les générations

Le petit livre Gespraech von dem Dantzen, d’une cinquantaine de pages, a été écrit par Christoph Schorer sous le pseudonyme d’Otho Frischer (1618-1671). A la fois écrivain, médecin et astrologue originaire de Souabe, il est de confession luthérien. Il fut également membre de la société die Aufrichtige Tannengesellschaft fondée en 1633 à Strasbourg, société d’érudits qui avait pour objectif d’éliminer les mots étrangers de la langue allemande.

Ecrit sous la forme d’un dialogue, l’opuscule est dédicacé au Tout-Puissant « Niemand » (Personne) qui prendra soin de lire ce livre car la danse, ses pratiques inconvenantes et ses conséquences immorales ne concernent bien évidemment « personne ». Le petit livre de Frischer/Schorer se présente d’emblée sous le signe de l’humour. L’auteur ne vise « personne » mais il a tout de même quelques vérités à dire.

  1. Pour ou contre la danse ?
Pieter Brueghel le jeune, The Wedding Dance in a Barn, vers 1616, collection particulière (image: Web Gallery of Art @WikiCommons )

Pieter Brueghel le jeune, The Wedding Dance in a Barn, vers 1616, collection particulière (image: Web Gallery of Art @WikiCommons )

L’ouvrage polémique porte sur la danse : doit-on laisser la jeunesse danser ou non? Il met en scène deux personnages féminins : Barbara Ohnmuth, une femme de cinquante ans, qui s’exprime contre la pratique de la danse et Salomé Muthwill, jeune fille de quinze ans, passionnée par les bals et refusant de se laisser interdire ce plaisir.

Les noms choisis pour les personnages sont bien sûr très évocateurs. Barbara fait référence à une sainte dont la foi est exemplaire et qui n’a pas fait grand cas de sa beauté et en cela elle est la représentante de la sagesse et semble parfaitement légitime pour faire la leçon aux jeunes filles. Son nom de famille laisse supposer un esprit chagrin (Ohnmuth, Unmut : mauvaise humeur), trait de caractère qui se retrouve dans les lignes qui lui sont attribuées. Salomé est un personnage biblique qui n’est jamais évoqué par son prénom dans les Evangiles (Marc 6 :17-28 et Matthieu, 14 :3-11) et que l’on connaît par l’expression « la fille d’Herodiade ». C’est Flavius Josèphe qui, le premier, mentionne son nom. Salomé est le symbole de la séduction féminine, elle incarne la puissance des danses ensorceleuses : charmé par ses pas, le roi Hérode lui promet de lui accorder tout ce qu’elle souhaite. Suivant les conseils de sa mère qui cherche à se venger, elle demande la tête de Saint Jean-Baptiste qui est alors exécuté. La volonté de séduire de Salomé classe d’emblée le personnage de l’opuscule parmi les pécheresses, ce que confirme son nom de famille (Muthwill , Mutwille : malice).

Ein Leisptzische Matrone, Jost Amman, Im Frauwenzimmer Wirt vermeldt von allerley schönen Kleidungen vnnd Trachten der Weiber, 1586 @WikiCommons

Ein Leisptzische Matrone, Jost Amman, Im Frauwenzimmer Wirt vermeldt von allerley schönen Kleidungen vnnd Trachten der Weiber, 1586 @WikiCommons

Barbara est donc contre la pratique des danses « d’aujourd’hui » (comprendre, du XVIIe siècle). D’abord, elle souligne que c’est interdit par la loi, puis que c’est un péché (image 15). Elle s’appuie en cela sur les discours de pasteurs et les nombreux sermons contre la danse prononcés dans le Saint-Empire Romain germanique, mais aussi sur les décrets interdisant à la fois certaines pratiques dansées (comme la volte ou la gaillarde qui consistaient à soulever les femmes de telle sorte que leur jupe laissait voir les cuisses et qui autorisaient les hommes à attraper leur corset au niveau de l’aine), réglementaient les tenues des danseurs (interdiction de danser torse-nu pour les hommes) et les jours de bals (fêtes religieuses, décret d’une longue période sans danse en expiation des péchés, pour contrer l’invasion turque…).

L’argumentation de Barbara suit successivement différentes stratégies. Après avoir énoncé des faits (c’est interdit par la loi et l’Eglise), elle tente de culpabiliser Salomé en incriminant sa joie de vivre en des temps de souffrance collective (doit-on rappeler que l’on se trouve à la fin de la Guerre de Trente Ans ?) : « qui pourrait vouloir danser quand d’autres crient, se lamentent et pleurent, quand d’autres meurent de faim, et se trouvent dans la misère avec leurs enfants » (image 16). Puisque cet argument reste sans effet, elle tente d’en appeler à la raison de Salomé : il lui semble logique qu’on ne danse pas pour célébrer une punition divine (image 19). Par ailleurs, Salomé ayant toujours réponse à tout (v. paragraphe suivant), Barbara, qui suit les préceptes luthériens, affirme que certes toutes les danses ne devraient pas être condamnées mais uniquement les danses à la mode parce qu’elles sont particulièrement inconvenantes. Elle évoque un Ancien Testament exemplaire où les hommes et les femmes dansaient séparément évitant ainsi les contacts inappropriés. Cette séparation des sexes que Barbara situe dans le judaïsme sans le nommer serait aussi souhaitable dans les églises devenues des lieux de perdition. Barbara, fine connaisseuse des sermons, mais aussi des textes de loi, reprend enfin l’argumentaire des lois somptuaires qui dénoncent le coût exorbitant des parures, féminines notamment. Elle s’élève contre le soin que prend Salomé à s’apprêter avant de se rendre au bal, mettant en évidence non seulement une volonté critiquable de séduire mais également des conséquences néfastes pour l’économie du pays (image 27).

eine gemeinen Burgers Tochter zu Nürnberg, Jost Ammann, Im Frauwenzimmer Wirt vermeldt von allerley schönen Kleidungen vnnd Trachten der Weiber, 1586 @Wikicommons

Salomé est une jeune fille qui se défend sur tous les points de désaccord avec une grande agilité. Insouciante, elle refuse de sacrifier sa vie à cause des malheurs du monde (image 17). Elle tente un raisonnement par l’absurde qui est malgré tout peu convaincant : puisque la danse qui procure tant de plaisir est interdite, interdisons alors les noces qui traditionnellement sont accompagnées d’un bal. Pourquoi ne pas supprimer toutes les occasions de faire la fête ? (image 21). Elle aussi est prompte à citer la Bible qui loin d’interdire la danse la dépeint comme célébration de la grandeur de Dieu. Puisque Barbara est trop fine interprète des Ecritures, elle décide d’essayer l’argument de la bonne santé du corps par l’exercice (image 33). C’est sa bonne condition physique davantage que la séduction qui lui importerait dans la danse (la suite du texte montre qu’en réalité Salomé avoue rechercher un mari à tout prix en fréquentant les bals). Là aussi Barbara répond dans un sarcasme qu’elle n’a qu’à faire le ménage, ce qui entretiendra aussi bien son corps en mal de mouvement. Selon Salomé, l’interdiction de la danse conduirait à des vices bien plus graves puisque les convives au lieu de danser ne feraient que boire et se livrer à des jeux de hasard. C’est un argument que l’on retrouve chez Magdalena Paumgartner qui signale qu’elle s’est rendue à une noce où en raison de l’absence de bal, tout le monde avait bu plus que de raison.

L’argumentaire de Salomé est l’occasion de revenir sur un enjeu confessionnel majeur des XVIe et XVIIe siècles : la condition des religieuses. Salomé refuse que sa mère fasse d’elle une nonne lisant des psaumes au coin du feu toute la journée. Elle affirme que cette activité stérile conduirait son corps à la décrépitude, allant ainsi dans les sens des Luthériens qui considèrent la vie conventuelle comme contraire à la nature humaine et à la volonté divine.

Enfin Salomé finit par se lamenter sur la difficulté à trouver un mari en temps de guerre. Elle voit, comme Luther, le bal comme un moyen de socialisation et le lieu où il reste possible de contracter des alliances honnêtes. A la fin de l’opuscule, Salomé, sans renoncer à la danse, finit par se ranger à l’avis sage de Barbara.

 

Les arguments de Barbara sont davantage d’ordre intellectuel tandis que Salomé met en jeu le corps, ses plaisirs et son bien-être.

  1. Trouver un mari à petits pas : sémiotique de la séduction

Le grand problème de la danse semble être qu’elle est considérée comme un moyen pour accéder à d’autres plaisirs. Elle s’inscrit dans un processus de séduction dont Barbara décrit précisément les différentes étapes.

Barbara voit la danse comme une occasion de séduire.

Dann, mein warumb geht ihr junge Meidlein so gern zum Dantz ? warumb schmucket unnd butzet ihr euch also ? dasz ihr den Jungen gesellen gefallet, ihre gemuether anzündet unnd sie zu boesen begirden reitzet. (image 23-24) Car pense à la raison pour laquelle vous, les filles, vous aimez vous rendre au bal ? pourquoi est-ce que vous vous parez et vous apprêtez ainsi ? afin de plaire aux jeunes hommes, d’allumer leur âme et de provoquer chez eux de mauvais désirs.

La préparation attentive de l’apparence constitue la première étape du processus de séduction. On notera qu’elle est vue comme le fait du sexe féminin uniquement. Cette séduction est exclusivement féminine et c’est par leur aspect extérieur que les femmes suscitent un désir pêcheur chez les hommes.

Barbara décrit l’apparence des jeunes filles qui se rendent au bal avec une grande précision, fournissant ainsi des détails précieux pour l’étude de la mode du XVIIe siècle. Elle liste une ribambelle d’accessoires et de soins en tout genre, à tel point qu’on peut la soupçonner de faire dans l’hyperbole pour servir son argumentation.

Elle évoque ainsi les bandeaux ou les couronnes, accessoires propres aux jeunes filles au moins depuis le XVIe siècle – les femmes mariées ont tendance à se couvrir la tête d’un chapeau ou d’un voile). Selon elle, les jeunes filles prennent un soin particulier de leur peau, appliquant du blanc d’œuf et de l’eau de camphre pour en éclaircir le teint. Elles s’épileraient consciencieusement le front car un front haut était à la mode. Comble du luxe, elles se laveraient tous les jours les mains au savon. Elles déposeraient délicatement une chainette en or sur leur cou aussi blanc que l’albatre, une comparaison stéréotype que l’on retrouve dans la poésie de la même époque.

Des vêtements hors-de-prix viendraient compléter la panoplie : des cols ouvragés, des manteaux, des ceintures, des biais, et surtout des chaussures et des bas insolents. Barbara s’attarde sur la mode des chaussures et des bas. Elle dénonce les chaussures ajourées et les hauts talons très fins qui visiblement n’ont aucun côté pratique et doivent donc servir uniquement la séduction. Aux bas de couleur rouge est consacré un paragraphe entier. Signe de luxure et de volupté mais aussi de l’ambition et des tabous, mais aussi couleur des vêtements des cardinaux, le rouge est une couleur proscrite sur les vêtements quotidiens des protestants depuis le XVIe siècle. Elle est cependant la couleur de la robe de mariée jusqu’au XIXe siècle. Chargée d’une dualité symbolique, elle est aussi portée obligatoirement par les prostituées qui doivent ainsi se rendre reconnaissables aux yeux de tous (dans certaines villes comme Francfort-sur-le-Main, c’est le jaune qui détient cette fonction)[1].

 

Seconde étape. Une fois apprêtées, les jeunes filles emploieraient tout un langage du corps qui signalerait la séduction. Ainsi, les mouvements des yeux, les clins d’œil, les sourires, faire du pied et toucher la main de son partenaire, se pencher pour ramasser quelque chose à terre, faire la bouche en cul de poule sont autant de signaux que les interlocuteurs masculins seraient à même de comprendre comme une volonté de séduire. Au langage du corps s’ajoute la parole, les jeunes filles prononceraient des mots capables d’allumer le désir des hommes (mots que Barbara se garde de répéter), appelleraient des compliments en utilisant des antiphrases et en se rabaissant. La manipulation par le corps et le langage semble l’apanage des filles.

 

Troisième étape. Arrive le contact à proprement parler entre les corps. C’est là que la danse joue un rôle de déclencheur. En l’absence d’adultes chargés de les chaperonner, les jeunes se livreraient à des danses inconvenants qui laisseraient les corps se rapprocher et montreraient des parties du corps qui devraient rester cachées comme les cuisses.

 

Quatrième étape. La séduction est achevée. Le contact se prononce au-delà de la danse. Le couple se cache pour échanger des baisers et des caresses et devient donc coupable. Babara ne fait qu’évoquer cela de manière bien évasive mais les intentions du couple sont claires.

Elle continue en signalant que ce comportement entraine un désordre social puisque disputes et bagarres entre rivaux suivent généralement et que contrairement aux attentes de Salomé, rien de tout cela ne mène au mariage.

  1. Un conflit entre les générations

Au-delà du thème de la danse, c’est aussi un conflit de générations qui est ici mis en scène. Les deux femmes appartenant à deux classes d’âge différentes s’appellent « cousines » mais aucun lien de parenté n’est explicité. Il est possible qu’il s’agisse d’un terme affectueux entre des femmes issues de familles proches.

L’ouvrage fait appel à des stéréotypes sur la jeunesse et sur la vieillesse (oui, à cinquante ans, Barbara est considérée dans l’ouvrage comme « vieille »…) pour définir des points de conflits spécifiques.

Est donc dépeint ici une jeunesse rebelle qui refuse de prendre en compte les règlements. Malgré l’interdiction de la danse, Salomé et ses amis continuent à danser en cachette des adultes.

Ob schon dasz Danzen verbotten, so haben wir doch heimlich in einer grossen stuben (dasz es niemand hoeren kunte, dieseil selbiges hinden auszgehet, und wir die schuhe abgezogen) gedantzet. Wie sein offt an selbigem ort lustig gewesen, haben die Laeden zu gemacht, unnd jederman(…) nichts davon zu sagen. (Image 13) Bien que la danse soit interdite, nous avons dansé secrètement dans une grande pièce (afin que personne ne nous entende, nous sommes sortis par derrière et nous avons enlevé nos chaussures). Nous nous sommes souvent amusés dans ce lieu, avons fermé les volets et rien dit à personne (…).

La jeunesse est aussi présentée comme une période de débauche. Si Salomé se défend de vouloir séduire tous les hommes présents, elle fait malgré tout un récit savoureux de la manière dont elle a dansé avec un jeune homme qui l’a « balancée » (« geschwungen »), un pas de danse expressément interdit dans les décrets contre la danse (à Nuremberg par exemple). Elle raconte également qu’elle a dansé avec son cousin Fritz de manière particulièrement sensuelle en précisant que le lien de parenté qui l’unit à lui est assez lointain et qu’elle pourrait bien l’épouser s’il devenait riche. L’obstacle à un mariage avec Fritz ne résiderait donc pas dans un risque de mésalliance mais dans un manque de liquidités, ce qui donne d’elle une image de fille vénale (image 14).

Salomé, en représentante de la jeunesse est impertinente, manque de respect pour ses ainés et se moque impitoyablement de leur déchéance physique

Allein so ist ein grosser Spott vber vnser alt Baesel Ursel (du kennst sie wol) gegangen : dann, als einer mit ihr Dantzen wolte, konte sie kaum vber ein Strohalm springen : du glaubts nicht, wie man sie auszgelacht, ich hab mich selber vor sie geschaemet. (image 14) Il y a eut alors de telles moqueries à l’encontre de notre vieille cousine Ursel (tu la connais bien), car lorsqu’un homme voulut danser avec elle, elle fut à peine capable de sauter au-dessus d’un fétu de paille : tu n’imagines pas comme on a pu rire, même moi j’ai eu honte pour elle.

Salomé donne l’image d’une jeunesse peu respectueuse des églises dans lesquelles elle flirte sans vergogne (image 38). Elle ne supporte pas que Barbara la sermonne « comme si (elle) se (trouvait) à l’église » (image 17). Elle donne aussi l’image d’une jeunesse fainéante, répondant en cela à un topos de l’époque (image 35).

Finalement avec Salomé, on a affaire à une jeunesse hédoniste, qui veut jouir de son corps et de ses possibilités, et qui a une vision de l’âge adulte assez déprimante

Junge Leute muessen lustig sein, und nit schon im ledigen stand das melancholisiren anfangen, ist fruehe genug wann sie der Mann schlaegt, dasz sie alsdann trawren und das Maul hencken (image 49). Les jeunes doivent s’amuser et ne pas commencer à être mélancoliques alors qu’ils sont célibataires, le deuil et l’allure triste arriveront assez tôt lorsqu’elles seront battues par leur mari.

Quant à la vieillesse, elle est présentée comme ayant connu les plaisirs et étant maintenant aigrie. Elle projetterait sur la jeunesse ses propres fantasmes et ses pensées impures.

Ich glaube mein Baesel Baerbel, du meinest es seye mir unnd meines gleichen wie es dir gewesen, da du noch juenger waerest : O nein, wir sein nicht also gesinnet, wir gehen nicht zum Dantz den Jungen Gesellen zu gefallen, sondern nur vmb der frewde vnnd spasz willen, den wir bey dem Dantzen haben (image 25) Je crois, ma cousine Barbel (ndlt : diminutif de Barbara) que tu as été comme moi et mes amies quand tu étais plus jeune. O non, nous ne pensons pas ce que tu crois, nous n’allons pas au bal pour plaire aux jeunes hommes mais par plaisir et pour nous amuser.

Salomé généralise ce point de vue en évoquant sa mère qui lui adresse les mêmes reproches que Barbara et qui aurait avoué s’être comportée de manière inappropriée dans sa jeunesse.

Ja meine Mutter hats selbsten einmal erzehlet (vermeinte ich hoere es nicht) wie sie in jhrer jugend so viel spasz gehabt, alle Tag da vnnd dort hin spatziren gangen, gedantzet, gesprungen, zu Abendzehret, unnd dergleichen (image 48). Oui, ma mère a raconté autrefois (elle croyait que je ne l’entendais pas) la manière dont elle s’amusait étant jeune, où elle allait se promener, danser, sauter et dîner et des choses de ce genre.

Cependant, les propos envers la vieillesse, s’ils prêtent à sourire ne sont pas aussi virulents que ceux qui concerne la jeunesse. Une forme de sagesse est attribuée aux aînés qui disposent du recul nécessaire pour juger de la situation.

Voici donc deux générations que tout oppose. Barbara en représentante de l’ancienne génération n’est pas exempte de défauts qu’elle a du mal à reconnaître mais elle détient la sagesse. Salomé, intelligente mais trop impétueuse, a du mal à se laisser dicter une conduite. La victoire de Barbara est attendue puisqu’elle démontre la supériorité de l’esprit sur le corps.

 

Enfin l’auteur fait à travers les propos de Barbara au sujet de Salomé un portrait à charge de la jeune femme séductrice. Certes, on y lit quelques tentatives masculines de séduction auxquelles les jeunes filles devraient prendre garde. Il reste qu’elles sont tenues pour les seules responsables d’une séduction interdite en prenant la décision de se rendre aux bals. C’est Barbara qui gagne le débat à la fin de l’ouvrage. Salomé ne dit pas qu’elle va cesser de se rendre à ces fêtes (Schorer ne veut pas faire d’elle une nonne comme il le répète à plusieurs reprises) mais elle promet de plus faire si grand cas de la danse. L’ouvrage se termine par un poème à la Ronsart comparant le corps des jeunes filles à des roses. Mais tandis que le poète encourageait à cueillir la rose pour un plaisir immédiat, Schorer déclare qu’il est inutile de gâcher ses plus belles années à séduire sans résultat et engage les jeunes filles à trouver rapidement un mari. Barbara a commis l’erreur de ne pas se marier avec le premier candidat qui se présentait, trop hautaine et orgueilleuse, elle est restée vieille fille. Profitant de la sagesse de son aînée, Salomé, elle, promet de se satisfaire du premier qui la courtisera…

[1] V. Michel Pastoureau, http://expositions.bnf.fr/rouge/rencontres/02.htm

Pour consulter tout le livre de costume de Jost Amman, cliquez ici.

pour citer cet article: Stéphanie Chapuis-Després, "« Alors on danse… » Le corps et ses plaisirs au cœur d’un conflit entre les générations", Prendre corps, 11/12/2015, http://corpsgir.hypotheses.org/303.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *