Pharmacopées domestiques et pharmacie à l’époque moderne

Comme je l’avais annoncé dans le billet précédent, voici un compte-rendu assez libre du catalogue de l’exposition de la Bibliothèque de Wolfenbüttel sur La pharmacie et l’homme du commun (Pharmazie und der gemeine Mann) publié par Joachim Telle en 1988.

Couverture de "Pharmazie und der gemeine Mann"

Couverture de « Pharmazie und der gemeine Mann »

La bibliothèque de Wolfenbüttel était le lieu idéal pour organiser une exposition sur ce sujet puisqu’elle conserve plus de 20 000 titres sur la question pour la période qui va de 1472 à 1830. Les articles du catalogue concernent principalement les XVIe et XVIIe siècles. Cet ouvrage permet de poser d’importantes bases concernant l’histoire de la pharmacie et des remèdes et soulève de nombreuses questions.

 

  • Comportement de l’homme du commun face à la maladie[1]

Au début de l’époque moderne, il n’était pas rare de faire appel à l’intercession des saints dans les milieux catholiques pour faire face à toutes sortes de maladies. C’est souvent l’étymologie supposée du prénom du saint qui lui attribue des vertus particulières. On priait ainsi Saint Blaise pour les problèmes de gorge car le verbe « Blasen » signifie en allemand « souffler », on y voyait donc un lien avec la gorge, mais aussi avec la vessie (die Blase). Les prières, rituels et pèlerinages sont donc considérés comme des moyens courants de se soigner. Le système de santé du Saint-Empire qui comporte des médecins et des sages-femmes assermentés par les villes ne fonctionnait pas pour 90% de la population même s’il était assez bien développé dans les centres urbains. Les couches sociales inférieures urbaines ainsi que les ruraux n’avaient pas accès aux soins médicaux prodigués par les médecins (Stadtphysiki). Ils ne disposaient pas non plus des services d’un chirurgien, ni même d’un barbier. À leur place, ils avaient donc recours à toutes sortes de guérisseurs, plus ou moins magiciens qui allaient de la sorcière au saint. Dans les villes, malgré les possibilités plus nombreuses d’accéder au personnel médical, le parcours de soin relevait également d’une forme de bricolage orienté par l’expérience personnelle, même au sein des couches sociales les plus élevées de la population.

L’imprimerie a permis de diffuser les informations autrement que par le bouche-à-oreille. Les ouvrages médicaux, souvent en langue vernaculaire, s’adressent à des profanes lettrés issus des couches supérieures de la société : nobles et fonctionnaires, prêtres et nonnes, marchands et patriciens. Le lectorat supposé de ces ouvrages médicaux est surtout évoqué au masculin : « Laien » (profanes), « Liebhabern » (amateurs), « gemeine Mann » (homme du commun), « Hausvater » (père de famille), « Haushalter » (chef de famille), « jedermann » (tout un chacun). L’auteur de cet article explique que les ouvrages qu’il a recensés ne s’adressent pas explicitement à des femmes, sauf celui de Hörnigk, Politia medica (1638). Je reviendrai à la fin de ce billet sur les conclusions que l’on peut en tirer.

Si les ouvrages ne s’adressent pas directement aux femmes, il en existe, surtout au sein de la noblesse, qui traitent les maladies dans un cadre semi-professionnel : la duchesse Eleonora Marie Rosalia von Troppau und Jägerndorf (1647-1704), la comtesse Dorothea von Mansfeld (1493-1578) et la princesse Eleonore von Württemberg (1552-1618). Oswald Gäbelkover, médecin à la cour de Württemberg (1538-1616) cite par ailleurs de nombreuses femmes qui savaient soigner leur entourage : la comtesse de Hohenlohe, la comtesse de Castell, la comtesse Juliane von Nassau (1587-1643), et aussi Regina Imhoff (1465-1526), la femme de Georg Fugger, la célèbre famille de commerçants d’Augsbourg, qui, elle appartenait plutôt à la haute bourgeoisie urbaine. Ce n’est qu’en 1700, est publié l’ouvrage de Christoph von Hellwig Frauenzimmer-Apothekchen qui promet des recettes de remède si faciles qu’elles seront abordables à toutes les femmes.

Petit retour sur « l’homme du commun » évoqué dans les ouvrages étudiés : entre le XVe et XVIIe siècle, il ne s’agit pas du tout d’un homme de basse extraction, mais bien plutôt d’un paysan propriétaire, d’un bourgeois, d’un membre des classes moyennes urbaines[2], d’hommes qui savent lire (20 à 30% seulement de la population). L’auteur de cet article insiste sur le caractère masculin de cette expression. Les patients dont les cas sont cités dans ces livres proviennent tous du milieu des négociants et marchands (hommes, femmes, enfants, domestiques).

Pour résumer, on peut diviser la société en trois classes en ce qui concerne l’accès non seulement à des soins médicaux, mais également à l’information médicale :

  • Les nobles et les riches bourgeois qui pouvaient consulter des médecins. Ils représentaient 1/10e de la population totale.
  • Les propriétaires urbains et ruraux, 2/10e de la population, qui pouvaient voir des médecins de manière occasionnelle et avaient accès à la littérature médicale. C’est à eux que s’adresse la « médecine de l’homme du commun ».
  • Le reste de la population qui avait majoritairement recours à l’entourage, à l’expérience, à la magie, aux prières et aux herbes.

 

  • Les remèdes pharmaceutiques et domestiques[3]

Il existe des médicaments que l’on pouvait préparer dans sa cuisine : les décoctions par exemple et d’autres que l’on ne pouvait préparer que dans un laboratoire, comme les extraits de plantes. Au début de l’époque moderne, les cuisines étaient vraisemblablement équipées de matériel permettant de préparer des remèdes assez élaborés à domicile alors qu’on pourrait imaginer qu’ils ne pouvaient être confectionnés qu’en pharmacie. Toutes les pharmacies n’étaient par ailleurs pas équipées de laboratoire. Les remèdes qui sont fabriqués en pharmacie ne le sont pas à domicile, non pas en raison du manque d’équipement des foyers, mais plutôt parce qu’ils contiennent des ingrédients chers et quasi inaccessibles. Ce n’est que vers 1670 que les remèdes chimiques fabriqués dans des laboratoires commencent à se généraliser.

Dans certains cas exceptionnels, on trouve des témoignages de fabrication de remèdes ou de cosmétiques élaborés dans les cuisines, comme dans celui de Isabella Cortese, alchimiste italienne née en 1561 qui a publié Il secreti della signora Isabella Cortese.

Les remèdes dispensés au XVIe siècle proviennent de diverses traditions :

  • La pharmacie médiévale et arabe école de Salerne
  • La tradition préchimique issue de l’héritage alchimique
  • Les nouveautés iatrochimiques provenant de Paracelse et ses disciples et qui s’imposent au XVIIe

Les préparations galéniques

Ces produits sont le fruit des traditions médiévale, antique et arabe. Ils prennent en compte la théorie des humeurs de Galien. Il s’agit d’une médecine de lettrés, traduite en allemand pour permettre un accès à un public élargi.

Les remèdes principaux sont les suivants :

  • Les électuaires (médicaments solubles)
  • Les sucreries
  • Les pilules
  • les pastilles (Trochisci, Zeltchen) à faire fondre dans la bouches
  • les sirops
  • Les pansements ou cataplasmes
  • Les baumes
  • Les huiles

Certains remèdes sont difficiles à préparer à domicile comme les électuaires : en effet, les indications de la recette sont peu précises, les ingrédients difficiles à trouver. Les mêmes problèmes se posent pour les sirops. En revanche, les pilules, les sucreries et les huiles sont plus faciles à réaliser. On ne trouvait les pansements ou cataplasmes que dans les pharmacies car la fabrication des baumes associés était très compliquée.

 

Les produits distillés

H. Brunschwig, Liber de arte Distillandi, 1500

H. Brunschwig, Liber de arte Distillandi, 1500, @WikiCommons

Depuis le XVe siècle, les techniques de distillation et de sublimation sont connues. Elles sont d’abord pratiquées dans les laboratoires d’alchimie et dans les monastères. Un élément joue un rôle métaphysique, technique et curatif essentiel, l’esprit de vin (spiritus vini, Quinta essentia vini, aqua ardens) obtenu par la distillation du vin. De nombreux foyers possédaient des alambics simples nécessaires à la fabrication d’huiles essentielles ou encore d’« eaux fortes ». Il était simplement difficile d’avoir accès aux ingrédients mentionnés dans les manuels.

 

Les produits iatrochimiques

Ces produits n’étaient fabriqués que par des spécialistes : médecins, alchimistes, et plus tard des pharmaciens en raison de leur dangerosité. On fabriquait par exemple par ce procédé des Bezoardica, produits qui font suer, composé à partir d’antimoine, des Magisteria (précipités), des Flores (à partir de minéraux) et des élixirs. À la fin du XVIIe siècle, il y a de moins en moins de préparations à la maison.

 

  • Représentations qui président au choix des remèdes[4]

Les remèdes étaient présentés au début des pharmacopées domestiques comme étant d’origine divine et devant apaiser les souffrances des hommes. Au début de l’époque moderne, les catégories nourriture, plaisir, et remèdes sont assez fluctuantes. Le choix des remèdes était influencé par les théories néoplatoniciennes prenant en compte l’unité du cosmos, les forces spirituelles du monde, l’interpénétration entre cosmos et microcosmos, les liens entre tous les vivants. Dans les ouvrages, on retrouve la théorie des signatures (Signaturenlehre) qui stipule que l’allure ou la propriété d’une plante ou d’un animal indique l’organe ou la partie du corps qu’elle/ qu’il peut soigner. Ainsi, le corail de par sa couleur rouge pourrait arrêter les hémorragies.

Le choix des remèdes est également guidé par la théorie des humeurs qui affirme un lien direct entre les qualités primaires (chaud, froid, sec, humide), les humeurs cardinales (bile jaune – ou rouge, et noire, mucus, sang) et les lieux où elles sont produites (vésicule biliaire, rate, cerveau et cœur). Tout cela influe sur l’état du corps, de même que l’horoscope, les planètes, les phases de la lune et les saisons.

Déjà au XVIe siècle, les médecins s’interrogent sur les dangers de l’automédication et multiplient les avertissements.

 

  • Almanachs et calendriers[5]

Une autre catégorie d’ouvrages qui contiennent des conseils médicaux ainsi que des recettes de remèdes est constituée par les calendriers astrologiques comportant également des indications sur les planètes, des horoscopes. Les calendriers et les almanachs ont joué un rôle important dans la santé de la population de l’époque moderne.

Dès le XVe siècle, les chapitres sur la diététique et la médecine astrologique sont très importants dans ces almanachs. Ils décrivent les moments idéaux pour faire des saignées, bains et purgations et trouvent une grande utilité auprès des barbiers et dans les établissements de bain. Ils recommandent d’observer les phases de la lune pour effectuer des saignées à des moments opportuns, ainsi la Saint-Martin (11 novembre), la Saint-Blaise (3 février), la Saint-Philippe (1er mai) et la Saint-Barthélémy (24 août) sont présentés comme des jours favorables. Certains jours étaient par ailleurs fortement déconseillés. Les illustrations de ces almanachs permettent d’identifier les veines les plus importantes du corps humain ainsi que les liens entre ces dernières et les signes astrologiques. Les calendriers et les almanachs présentent les jours favorables et défavorables aux purgations et à la prise de remèdes, ainsi que les périodes les plus appropriées pour couper les cheveux, les ongles, pour faire des semailles.

Au début du XVIe siècle, la forme des almanachs change au début du XVIe siècle : ils se présentent comme un calendrier à afficher. Ils évoluent encore au milieu du XVIe siècle pour devenir de petits calendriers dans lesquels on peut écrire (Schreibkalender).

Il existait également des calendriers perpétuels avec des recettes comme celui de Johann Coler, Calendarium oeconomicum et perpetuum, das ist ein stetswährender Calender (1591-1602).

 

  • En allemand ou en latin ?[6]

La plupart des ouvrages publiés aux XVIe et XVIIe siècles l’étaient en latin. Les ouvrages en allemand existent depuis la fin du Moyen Âge. C’est seulement au tournant au XVIIe siècle que les ouvrages en allemand devinrent plus nombreux que les ouvrages en latin.

Aux XVIe et XVIIe siècles, les médecins tenants du latin et les médecins défenseurs de la langue vernaculaire s’opposèrent. Les questions qui sous-tendent la dispute étaient les suivantes : devait-on mettre à la disposition de chacun des informations médicales que tous ne sont pas en mesure de comprendre ? N’était-il pas dangereux de favoriser l’automédication ? Les médecins qui s’opposèrent à la diffusion des informations médicales en langue vernaculaire craignaient de favoriser les activités des charlatans, de faire courir aux lecteurs de grands risques par des erreurs de traduction. Ils critiquaient le style trop ampoulé de l’allemand qui ne conviendrait pas aux écrits médicaux. Maintenir le latin comme langue de la médecine aurait également permis de maintenir le statut économique d’un petit groupe.

La diffusion de la médecine en langue vernaculaire s’inscrit dans un mouvement européen. Elle est aussi influencée par un rapport nouveau à la langue allemande au XVIIe siècle alors que des auteurs comme Martin Opitz choisissaient l’allemand comme langue poétique s’inspirant des auteurs médiévaux comme Walther von der Vogelweide.

 

  • Bilan et questionnements
  • L’information médicale était diffusée en priorité dans les milieux de la bourgeoisie urbaine.
  • Le choix des remèdes était marqué par toutes sortes de considérations (horoscope, phases de la lune, théorie des humeurs, des signatures).
  • Beaucoup de remèdes étaient fabriqués à domicile, même ceux qui étaient distillés.
  • Et les femmes dans tout ça ?

Les femmes sont présentes dans ce catalogue mais de manière assez sporadique. Rudolf Schenda affirme que les livres qu’il a consultés (ceux dont le titre comporte l’expression « der gemeine Mann ») ne leur étaient pas adressés. Pourtant de nombreux éléments laissent penser que les femmes jouaient un rôle essentiel dans la fabrication et l’administration des remèdes au sein du foyer. Ainsi, le catalogue même de l’exposition, qui se trouve dans la seconde partie du livre, évoque le cas spécifique des ouvrages de gynécologie qui contenaient des recettes pharmaceutiques. Par ailleurs, les livres de cuisine n’ont pas été retenus dans le corpus de l’exposition.

Le catalogue de l’exposition affirme que, contrairement aux ouvrages étudiés par Schenda, les livres de remèdes (Arzneibücher) s’adressaient à la fois aux hommes et aux femmes. Selon les Oeconomica, des ouvrages qui délivrent des recommandations sur la bonne conduite de la maison, c’est à la mère de famille que revient la tâche de constituer la pharmacie domestique. Elles devaient donc savoir distiller et préparer des remèdes. Il faudra donc approfondir les recherches dans cette direction, ces quatre types d’ouvrages étant ceux qu’il faudra consulter en priorité.

Wolf Helmhardt von Hohberg (1612–1688), Georgica Curiosa, @WikiCommons

Wolf Helmhardt von Hohberg (1612–1688), Georgica Curiosa, @WikiCommons

[1] Chaque paragraphe correspond à un article du catalogue. Les références exactes sont en note. Réflexions tirées de l’article de Rudolf Schenda «  der gemeine Mann und sein medikales Verhalten im 16. und 17. Jahrhundert », p. 9-20.

[2] V. les travaux de Peter Blickle à ce sujet.

[3] Erika Hickel, « Arzneimittel in Apotheke und Haushalt des 16. und 17. Jahrhunderts », p. 21-26.

[4] Irmgard Müller, « Arznei für den gemeinen Mann. Zur Vorstellung materieller und immaterieller Wirkungen stofflicher Substrate in der Medizin des 16. Und 17. Jahrhunderts », p. 27-34.

[5] Wolf-Dieter Müller-Jahncke, « Medizin und Pharmazie in Almanachen und Kalendern der frühen Neuzeit », p. 35-42.

[6] Joachim Telle, « Arzneikunst und der gemeine Mann. Zum deutsch-lateinischen Sprachenstreit in der frühneuzeitlichen Medizin », p. 43-48.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *