Barbara Kremers, prophétesse trompeuse

Je travaille actuellement sur deux feuilles volantes qui évoquent le cas de jeunes filles pratiquant un jeûne prolongé1. Le premier est celui de Margaretha Weiss dont j’ai déjà parlé ici. Il s’agit d’une jeune fille de la région de Spire qui ne s’est pas nourrie pendant une longue période. Elle avait subi un exorcisme et divers tests pratiqués par des médecins sans que personne ne puisse la soigner, ni conclure à une tromperie. Le cas de Barbara Kremers est tout autre.

L’histoire de Barbara

Je l’étudie grâce à une feuille volante (46×32 cm) de 1574 conservée à la Bibliothèque centrale de Zurich. Elle a été imprimée à Dortmund, probablement chez Albert Sator. Cette jeune fille de dix ans, habitant dans le petite ville de Unna située dans le duché de Kleve, affirme ne plus se nourrir depuis une quinzaine de jours, après une grave maladie qui l’a rendue un temps muette. Mis à part le fait qu’elle se déplace avec des béquilles, son état général est relativement bon. Elle est décrite par ses parents et sa sœur comme une jeune fille pieuse et intelligente : capable d’écrire et de lire, fréquentant assidûment l’école et l’église. Une de ses occupations favorites est la lecture de la Bible, elle connaît donc particulièrement bien les Saintes Écritures pour son âge. Barbara affirme qu’une colombe, incarnant le Saint-Esprit, lui apporte quotidiennement la ration de nourriture dont elle aurait besoin pour se maintenir en vie.

Johann Weier, le célèbre médecin qui a argumenté contre l’existence des sorcières et de la superstition en général, entend parler de Barbara lors d’un de ses voyages dans la région. Il se propose d’étudier son cas qu’il relate ensuite dans un opuscule en latin De commentitiis jejuniis2. Après quelques examens et après avoir soumis Barbara à une surveillance constante, il s’avère que la jeune fille trompe son entourage avec l’aide de sa sœur qui lui fournit des repas conséquents et organise des sorties nocturnes pour lui permettre de faire ses besoins. Après quelques tergiversations, Barbara finit par avouer ses stratagèmes et se remet à manger. Elle renonce même à ses béquilles. Le duc Guillaume (Wilhelm) V., outré d’avoir été berné, souhaite dans un premier temps leur infliger une peine exemplaire. Pris de pitié, Johann Wier réclame la clémence pour le jeune fille et sa sœur. La seule sentence prononcée par le duc est l’autodafé des feuilles volantes et nouvelles publiées au sujet de Barbara.

Le contexte

Le duché de Jülich-Cleve-Berg est le théâtre d’une « recatholisation » de la vie religieuse dans les années 1570 alors que dans les années 1550 le duc Guillaume (Wilhelm) V. avait non seulement été relativement tolérant envers les luthériens et les calvinistes mais avait même reçu de nombreux pasteurs de ces confessions tout en adoptant un certain nombre de leurs idées3. Pourtant on ne trouve aucune mention, et donc aucune instrumentalisation de la confession de la jeune fille. Cependant, si la feuille volante a bien été publiée chez Albert Sator, peut-être qu’elle est issue d’un milieu protestant puisque ce dernier a également publié des imprimés pour les besoins du culte et de l’enseignement protestant4. Ce n’est qu’une supposition, les informations manquant sur ce sujet. Peut-être peut-on supposer que si la confession de Barbara est passée sous silence, c’est parce qu’un cas de « sainte protestante » poserait problème dans le contexte politique de cette décennie.

Image et texte : Portrait de Barbara en sainte

Dans le cadre de l’article que j’écris en ce moment, je m’interroge sur la relation entre le texte et l’image sur les deux feuilles volantes proposées à l’étude. Comment s’articulent les deux modes de communication ? A qui sont destinées les deux parties des feuilles volantes ? Véhiculent-elles les mêmes informations ? On affirme souvent que les images devaient transmettre les informations à un public souvent analphabète. Dans le cas des feuilles volantes, il est vrai que les images peuvent en partir se comprendre d’elles-mêmes, mais sans le texte, elles restent parfois obscures. En revanche, ce qui me semble essentiel, c’est que les images de ces feuilles volantes orientent la compréhension de l’événement dans un sens particulier. Les deux formes de communication sont donc parfaitement complémentaires.

Dans le cas de Barbara Kremers, on voit une jeune fille bien habillée qui se tient au milieu de sa chambre. Sur la table, un livre et du matériel d’écriture. Elle-même tient une feuille de papier dans sa main. À la fenêtre se trouve la colombe qui, selon elle, la nourrit. La jeune fille est en bonne santé et souriante. Ni l’image, ni le texte ne mentionnent la tromperie, découverte plus tard. L’image dépeint donc une jeune fille qui semble faire plus que son âge – caractéristique mentionnée par sa propre mère – dans un intérieur bourgeois. Elle met l’accent non seulement sur ses capacités intellectuelles, mais aussi et surtout sur sa piété. On voit donc d’abord une jeune fille montrant toutes les caractéristiques de la jeune fille idéale : bien mise, dans sa chambre, souriante, les yeux baissés et les mains croisées. Nulle trace de maladie dans son cas, contrairement à Margaretha Weiss qui était représentée amaigrie, avec un visage émaciée. L’ouvrage posé sur la table est la Bible (mentionnée dans le texte – on voit ici la complémentarité des deux médias). La colombe bien visible à gauche insiste sur le caractère miraculeux de l’événement.

Au-delà de l’image d’une jeune fille parfaite, la feuille volante met donc en scène une sainte. Le texte renforce ce portrait en faisant d’elle à la fois une martyre : elle souffre d’une maladie qui atteint « son jeune cœur et son tendre corps », et une prophétesse puisqu’elle diffuse la parole divine par sa bouche et par son corps-même, qui, vivant sans nourriture, incarne la grâce divine.

Des usages politiques du jeûne

La fin du texte met en évidence une autre dimension de l’événement que l’image ne montre pas. En effet, il est écrit :

Dies lasz mir (Christlicher Leser) ein gross Gottes wunder und werck sein, welches eigentlich anders nicht zu achten ist, dann ein klarer vnd warer beweis, damit Gott der Herr sein wort unn verheissungen jetzung vor dem Juengsten Tage : Confirmiert und bestetiget, da der heilige Geist : Psalm 36 saget : die fromen werden nicht zu schanden werden in der boesen Zeit, und in der thewrung werden sie genung haben.

Item, dem S. Matth. 4 der Mensch lebet nicht von Brodt alleine, sondern von einem jeglichen wort das druch den mund Gottes gehet. Item psalm : 8 aus dem munde der jungen Kinder, und seuglingen hastu eine macht zugerichtet.

Cela me semble (lecteur chrétien) un grand miracle de Dieu qui n’est autre qu’une preuve claire et authentique par laquelle le Seigneur Dieu confirme et affirme sa parole et ses promesses ici bas avant le jugement dernier, à savoir que le Saint-Esprit dit, dans le psaume 36 : les pieux n’auront pas de honte aux mauvais jours et aux temps de famine, il sera rassasié.

De même chez Matthieu, 4, l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de chaque mois qui passe par la bouche de Dieu. De même dans le psaume 8. par la bouche des jeunes enfants et des tout-petits ta splendeur est chantée

La référence biblique et le portrait en prophétesse ici permettent de faire passer en outre un message politique : la feuille volante affirme qu’avec l’aide de Dieu, les sujets peuvent survivre à des épisodes de famine et de hausse des prix, récurrents au XVIe siècle. En renforçant la foi des sujets, il s’agit donc de rétablir la confiance des sujets et de maintenir l’ordre social.

La feuille volante raconte donc un événement qui passionnait les foules au XVIe siècle : une jeune fille qui ne se nourrit plus et qui contrairement aux nombreuses victimes de famine, semble en parfaite santé. Elle transmet des normes de comportement encourageant les jeunes filles à la piété, tout en visant la fortification de la foi des sujets.

 

 

1Ces cas sont souvent requalifiés en anorexie aujourd’hui bien que le terme médical n’existe pas à cette époque. C’est d’ailleurs seulement à cette époque que l’on commence à y voir une possible pathologie et non pas uniquement un miracle.

2Johannes Wier, De lamiis liber : item de commentitiis jejuniis, in : ders. Opera omnia. Editio nova, Amstelodami 1660, 667-769.

3http://www.uni-muenster.de/Staedtegeschichte/reformation-in-westfalen/Reformation_in_Westfalen/territorienderreformation/hzgtmjuelich-kleve-berg.html

4Waltraud Pulz, Nüchternes Kalkül – verzehrende Leidenschaft. Nahrunsabstinenz im 16. Jahrhundert, Böhlau 2007, p. 72.

pour citer cet article: {author}, « {title} », <em>{sitename}</em>, {publication_date}, {permalink}.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12/10/2017

    […] Barbara Kremers, prophétesse trompeuse Stéphanie Chapuis-Després, Prendre corps, 30 septembre 2017 > http://corpsgir.hypotheses.org/356 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *