Balthasar Junior, enfant et petit homme. 3/4

Balthasar est probablement né en novembre ou en décembre 1584. Ce n’est qu’à partir de janvier 1585 que Magdalena donne régulièrement des nouvelles de son fils dans les lettres à son époux. Aucune mention de l’accouchement dans la correspondance. A partir de mars 1588 Balthasar écrit lui-même quelques mots à son père qui sont envoyés avec les lettres maternelles. Ces lettres contiennent surtout des commandes de mets spéciaux, de vêtements, d’accessoires ou de jouets, des comptes-rendus des progrès de l’enfant.

L’enfance heureuse d’un petit garçon.

Balthasar est au cœur des préoccupations de ses parents, principalement de sa mère dès ses premiers mois. Dans chacune des lettres que Magdalena envoie à son mari,  se trouvent des informations sur son état de santé, informations succinctes si Balthasar va bien, plus détaillées s’il est malade.

Dès son plus jeune âge, Balthasar Junior semble très tôt se soucier de ses vêtements et de son apparence. Il réclame ainsi à plusieurs reprises un béret de velours ainsi que des chausses  « comme en portent les étudiants de Altdorf », c’est-à-dire des chausses couleur safran. C’est un enfant très coquet !

Balthasar Jr. grandit dans une famille aisée qui peut lui acheter une Bible, des jouets, des sucreries, lui payer des cours de musique quotidiens. Il semble avoir les mêmes idées fixes que les enfants d’aujourd’hui : à plusieurs reprises, il réclame avec insistance un cheval miniature recouvert de peau de chien ou de veau à son père, souhait qui évolue vers un véritable poney.

Sa mère a plaisir à citer ces progrès et ses mots d’enfant. Balthasar Jr. est aimé, au centre de l’attention de ses parents qui fondent de grands espoirs en lui. La relation entre les parents et l’enfant apparaît assez moderne à bien des égards.

 Principes d’éducation

Magdalena est celle qui tient les rênes de l’éducation de son fils. Elle se soucie beaucoup de l’instruction de son fils. Dès ses six ans, elle souhaite que son époux se renseigne sur la possibilité de le faire entrer dans la Lateinschule, école primaire de qualité qui prépare à une fonction religieuse ainsi qu’à l’entrée à l’université.  Scolarisé à partir de 1590, il suit également des cours de musique quotidiens qui semblent beaucoup lui plaire. L’enfant très fier de ses progrès demande à sa mère d’en informer son père[1]. Pour montrer les progrès de Balthasar Junior à son époux (et lui rappeler ses dernières commandes), Magdalena joint parfois une lettre écrite de la main même de l’enfant :

Lieber vadter. Ich hors gern, das du gesundt bist na kumen vnd bitt dich, du wolst mir ein kleins pferla mitbringen. Freg nur den meringer, wu las kaufft, mitt kalbshautt uberzugen, und 2 bar stimpf, ein leibfarbs und ein Schwarz bar. Ich will gar frum sein und flucks lernen und nim mitt dem schreibn vergutt ; ich wils bald busser lernen. (…)Vatter, sag zum Hansen, das er mir ettwas mittbring und der guttena Anala zusaa(m ?), dauitt und das ers nit verges.Paltasla Paumgartner[2] Cher père, j’entends avec plaisir que tu es arrivé sain et sauf et je te demande de me ramener un petit cheval. Demande simplement à Meringer où on peut en acheter un qui serait recouvert de veau (je voudrais aussi) deux paires de chausses, une marron et une noire. Je serai bien sage et j’apprendrai mes leçons avec zèle et ne m’en veux pas pour mon écriture ; je vais bientôt faire des progrès.Père, dis à Hans  qu’il me rapporte quelque chose et à la bonne Anna aussi et qu’il n’oublie pas.Balthasar Jr. Paumgartner.

Dans cette lettre, Balthasar réclame le fameux jouet en forme de cheval qu’il souhaitera jusqu’à sa mort. Outre sa coquetterie, transparaît également sa volonté de bien faire vis-à-vis de son père dont il semble craindre ses reproches. Dans une autre lettre, il devance les exigences de son père en promettant d’être sage et pieux. Cette fois, il demande un accessoire de mode qu’il souhaite ardemment.

Lieber VaterIch bit dich, du welest mir ein welsche cruna zum neien yar rausschicken, ich wil gar frum sein und Got fleisig vir dich biten.Balthasla Baumgartner d(ein) l(ieber) s(ohn). Cher pèreJe te demande de m’envoyer une couronne italienne pour la nouvelle année. Je serai bien sage et je prierai Dieu avec ferveur pour toi.Balthasar Jr. Paumgartner, ton cher fils.

 

Magdalena ne rapporte pas seulement les progrès scolaires de l’enfant, elle joue en quelques sortes le rôle d’interprète des écrits et comportements de Balthasar pour son père. Elle souligne que l’enfant a besoin de se sentir entendu et aimé par son père, d’être encouragé. Ainsi elle explique à son époux que l’enfant lui réclame un béret de velours depuis plusieurs mois, qu’il en parle tous les jours et qu’il ne vaudrait mieux pas les oublier sous peine de l’attrister.

Balthasar Père semble être un peu plus strict avec son fils. Il arrive qu’il menace son fils de châtiments corporels, quand bien même aucune lettre de la mère ne mentionne de comportement justifiant de telles menaces[3]. Cependant, il lui fait régulièrement quelques présents, comme un chapeau de feutre pour ses 5 ans. Tous les cadeaux que le père envoie sont offerts sous condition d’un comportement convenable :

Sag allein dem Balthasle, das er ein weil fromb seye, ihme sonst nichtts mittbringen werde, werde, wann böesz ist, den schöen sammatten beüttl, 2 bar schuch unnd rott gestricktt bar stimpf, einem andern frömmern büeble gebenn[4]. Dis seulement au petit Balthasar d’être sage quelques temps, sinon je ne lui rapporterai rien, s’il est méchant je donnerai la jolie bourse de velours, les deux paires de chaussures et la paire de chausse rouge à un autre garçon plus sage.

Magdalena n’accepte pas le chantage de son époux vis-à-vis de son fils. Elle déplore que Balthasar Senior oublie régulièrement les présents qu’il a promis à son fils et décrit d’une manière poignante les espoirs déçus de l’enfant et le fait que Balthasar se comporte ainsi avec leur fils est à l’origine de la dispute la plus violente qui se trouve dans toute la correspondance.

Alein der Balthasla hat eine vergebene freut gehabt, den wir in imer vertröstett haben, du werst im auf den neienyarstag, da den die brieff kumen, ein welchse crona schicken zum neien yar. Da aber nit war, er in sein sin gar kleinlaut wur ; den ichs vermeinet selbst, du solt seins neien yar nit vergesen haben : den du eine grose freidt mit gemachet hetest. Kon aber noch sein mit erstem prieffen. Bit aber, herzeter Paumgartner, wolst sunst in meinem prifen sehen, das du nichts vergesest[5]. » Il n’y a que Balthasar qui a eu une fausse joie ce dont nous avons du le consoler car il croyait que tu allais lui envoyer une couronne italienne pour la nouvelle année en même temps que les lettres qui sont arrivée. Mais elle n’y était pas. Il était alors tout penaud. Et je pense personnellement que tu ne dois pas oublier son présent de la nouvelle année. Tu lui aurais ainsi procuré une telle joie ! Cela pourrait encore arriver avec la prochaine lettre. Je te demande, mon cher Paumgartner, comme dans ma dernière lettre, de ne rien oublier.

De cette couronne italienne tant espérée par Balthasar Junior, nous ne lirons plus rien dans les lettres qui suivent. Impossible de savoir si elle a finalement été envoyée à Nuremberg ou si l’enfant s’est fait une raison.

Balthasar, le père, achète néanmoins parfois des vêtements trop luxueux pour son fils, comme un pourpoint d’atlas blanc. Magdalena exprime alors son désaccord. Elle connaît bien les lois somptuaires de Nuremberg et ne veut probablement pas attirer les foudres du Sénat[6]. Balthasar père semble accorder plus d’importance à l’habillement de son fils qu’à ce que ce dernier souhaite réellement.

Maladie et mort

Balthasar Jr. a souffert de nombreuses petites maladies comme des conjonctivites, une raideur du cou qui serait survenue à cause d’un emmaillotement maladroit de l’enfant par sa nourrice[7], rhume, vers[8], rougeole. Pour tous ces maux, le médecin de la famille fut consulté et des remèdes (baumes, potions) prescrits. Magdalena donne des détails sur l’évolution de la maladie du fils à son époux, l’informe quand il ne peut pas se rendre à l’école en raison de son état de santé[9].

Mais en 1592, l’enfant commence à souffrir d’hydropisie, terme qui désigne un œdème causé par la concentration anormale d’un liquide organique dans une cavité. Balthasar Jr. souffre énormément et ne peut plus uriner. La prise de divers remèdes cause l’évacuation de près de 500 vers. Le médecin étant perplexe, Magdalena espère une guérison par intervention divine. Aucun clystère, aucune herbe médicinale et aucun cataplasme ne soulage le garçon.

Son état empire de semaine en semaine et Magdalena prie son époux de rentrer à Nuremberg. Balthasar Jr. décède en 1592 des suites de cette maladie mystérieuse sans que son père n’ait pu le voir.

Erberer, freundlicher, herzliebster Paumgarttner. Dein schreiben ist mir vor einem halben viertel wol zukomen heut mitwogs, wiewol ich desen mit verlangen am montag gewartett hab in meiner grosen triebsol, da es Got so balt geendet hat. Nachdem ich dir am donerstag geschriben, hat er dieselbig nacht ein ser böse nacht gehabt, da ich nit von im bin, aug die ander nicht, da sich das raseln bey (im) hat angefangen und gewert bis samstag mitdag, und doch imer  geredt, aber nit wol verstien. (…) Als wir aber gesehen, er zu schlag gewesen, haben wir in nor naufgeruckt, alsbalt ist er in die ziglein gefaln, bei eim viertel gewert und schien verschieden. Das in Got trost, bis wir aug zu im kumen ! Hab in hernach lasen schneiden. So hat sein lebern den leib ausgefiltt ; so gros ist sy gewesen, das sy ale gewundert haben das ers so lang hat leben kinen. Und habens von wunder wegen gewogen, hat sy 4 h. (pfund) wol gewegen. Und seine Lendniern so gros, als kein mon nimer gehabt, den mon geschniden, das docktor und palbierer sagen, unmiglich gewesen, das er lenger leben het kinen[10]. Cher, aimable, très aimé Paumgartner. Ta lettre m’est parvenue il y a quelques minutes ce mercredi, alors que je l’attendais beaucoup lundi dans mon immense chagrin, dont Dieu a si rapidement changé l’objet. Après t’avoir écrit jeudi, il a passé une très mauvaise nuit où je ne l’ai pas quitté, comme la précédente, alors qu’il a commencé à très mal respirer et cela a duré jusqu’au samedi midi, il parlait alors toujours mais on ne pouvait plus le comprendre. (…) quand nous avons vu qu’il était devenu trop faible, nous l’avons redressé et aussitôt il a sombré dans l’agonie, au bout d’un quart d’heure il est décédé. Dans la confiance de Dieu jusqu’à ce que nous le rejoignions ! je l’ai fait ouvrir ensuite. Son foie emplissait quasiment tout son corps ; il était si gros que tout le monde s’est étonné qu’il ait été encore aussi longtemps en vie. Et parce que c’était étonnant, ils l’ont pesé : il faisait 4 livres ; et ses reins étaient si gros qu’on n’avait jamais rien vu de tel, comme l’ont dit le docteur et le chirurgien, c’était donc impossible qu’il vive davantage.

 

Le chirurgien qui procède à l’autopsie demandée par Magdalena découvre un foie et des reins ayant une taille démesurée. Cet examen exigé par Magdalena illustre bien une évolution dans la manière de considérer la maladie et la mort à la fin du XVIe siècle : tout en remettant l’âme de son fils et sa souffrance entre les mains de Dieu et en reconnaissant que Balthasar est retourné trop rapidement auprès de son créateur, Magdalena est à la recherche d’une cause rationnelle à son décès. Pour cela, elle fait confiance à la science du médecin et à la pratique du chirurgien.

Le désespoir de Magdalena est immense. Elle cherche une consolation dans la prière mais avoue que cette activité ne produit que peu d’effets sur son mal-être. Sa tristesse se manifeste par une grande lassitude et un besoin urgent d’avoir son époux auprès d’elle.

Mus also gedencken, so balt in gehabt, nit unser gewesen ist und leider ein vergebliche freutt gehabtt haben. Mus mich demnach nor mit Got zufriden geben, dan ich leider sich, nit mer davon pring, dan schbegung, bösen kopf und böse augen. Mus mirs ausschlagen, so vil mir nor miglich. Desgleichen wolst du aug thon, herzliebster schaz, und dirs aus dem sin schlagen und gedultig sein. Villeicht sych Got unser wider erbarmet und ergezt uns wider, nachdem er uns heimgesuget hat. Deucht mich nun, wan du hie, all meins leids desto eh vergesen wolt ! Ist mir iezt ein tag so long, als vor 3, wil mich des zu dir versehen, (…)[11]. Je dois alors penser au fait que tant que nous l’avions, il n’était pas à nous et que nous avons eu une vaine joie. Je dois me satisfaire de Dieu, car je vois malheureusement que je n’en retire rien si ce n’est une faiblesse, des maux de tête et des yeux douloureux.  Je dois le sortir de mon esprit si cela m’est encore possible. Tu devrais faire de même, mon très cher trésor et te le sortir de l’esprit et est patient. Peut-être que Dieu aura pitié de nous et nous réjouira à nouveau après nous avoir tentés. Il me semble maintenant que je pourrais oublier ma souffrance si tu étais là ! Maintenant un jour est pour moi aussi long que trois.(…)

Balthasar Père apprend avec tristesse la mort de son fils. Il tente de consoler son épouse en évoquant un Dieu médecin qui aurait alors sous sa protection l’enfant décédé. La lettre est courte et ne laisse pas transparaître le même désespoir que Magdalena. Il endosse en cela le rôle du mari fort qui ne montre pas ses larmes et tente de soutenir son épouse.

Après le décès de Balthasar Jr., le rôle parental des époux Paumgartner continue sous une autre forme à travers les soins et l’attention qu’ils prodiguent régulièrement à leurs deux filleuls, Jörg Imhoff et Madela Behaim avec qui ils entretiennent un lien très étroit.

 

En conclusion, les parents tiennent dans l’éducation de l’enfant des rôles genres qui correspondent à ce que recommandent les manuels d’éducation de l’époque. Magdalena semble cependant davantage prendre en compte les réactions de son enfant que les principes d’éducation que Balthasar Père suit scrupuleusement.

A la mort de l’enfant, au-delà des lieux communs, on peut lire la véritable tristesse de la mère et sa quête de vérité. Ce genre de sources permet de déceler un véritable amour parental. La perte d’un enfant, même si elle est un événement courant au XVIe siècle, est considéré comme un véritable drame.


[1] Steinhausen, Briefwechsel, lettre du 11 novembre 1591, p. 133.

[2] Ibidem, Lettre de mars 1591, p. 110-111.

[3] Ibidem, lettre du 20 mars 1591, p. 108.

[4] Ibidem, Lettre du 21 septembre 1591, p. 103.

[5] Ibidem, Lettre du 6 janvier 1592, p. 154.

[6] Ozment, Magdalena & Balthasar, p. 87 ; Steinhausen, Briefwechsel, lettre de décembre 1591, p. 149.

[7] Ibidem, Lettre du 23 mars 1588.

[8] Ibidem, lettre du 7 avril 1590, p. 104.

[9] Ibidem, lettre du 30 décembre 1591, p. 151.

[10] Ibidem, lettre du 15 mars 1592, p. 168-169.

[11] Ibidem, p. 169.

pour citer cet article: Stéphanie Chapuis-Després, "Balthasar Junior, enfant et petit homme. 3/4", Prendre corps, 24/10/2014, http://corpsgir.hypotheses.org/36.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *