Publier ou ne pas publier sa thèse?

Il semblerait que la question de la publication de la thèse soit dans l’air du temps. Le début de correspondance entre Mélodie et Caroline a rencontré mes questionnements actuels. Alors, puisque Mélodie me l’a proposé, je viens ajouter mes interrogations aux leurs et évoquer mon cheminement.

J’ai soutenu ma thèse en 2014. J’ai l’impression que c’était dans un autre siècle, dans une autre vie. Et en effet depuis, j’ai commencé un nouveau morceau de vie avec une nouvelle région, un nouveau poste qui m’occupe beaucoup, une deuxième fille dans la famille.

Depuis la rédaction de la thèse, je me disais qu’il me faudrait un jour publier ce travail – j’avais même imaginé un plan qui se prêtait bien au format livre, selon mon point de vue de l’époque. Mais les obligations successives, le temps qui passe, les autres priorités qui s’accumulent ont fait que cela n’a pas abouti jusqu’à aujourd’hui.

Cette semaine, ce projet m’est revenu à l’esprit. Peut-être parce que, bizarrement, malgré les nombreux cours, j’ai quand même l’impression de sortir un peu la tête de l’eau. Pendant mon congé maternité, j’avais déjà refait le plan, rédigé de nouveau l’introduction, redonné une nouvelle perspective au manuscrit. Pourquoi ne pas en faire « mon livre » ? Un objet que j’aurais créé de toute pièce, dont je serais fière, peut-être plus fière que ma thèse. Il y a donc une motivation personnelle qui permettrait de clore une période et de donner l’occasion d’enfin passer à autre chose.

On m’a dit récemment « aujourd’hui, sans avoir publié une monographie, tu n’obtiendras pas de poste de MCF ». Or, à l’origine, c’est pour cela que j’ai « fait une thèse » : pour avoir un poste qui me permette – dans une configuration idéale qui existe de moins en moins, je sais – d’allier enseignement et recherche. La motivation se situe donc également sur le plan professionnel.

Le dernier argument est davantage d’ordre pratique : je fourmille de nouvelles idées de recherche. Chaque semaine, j’ai envie de monter de nouveaux projets. Mais il faut se rendre à l’évidence : mon quotidien est pour l’instant trop plein de cours, d’obligations familiales diverses pour repartir dans les archives et monter quelque chose de complètement nouveau dans le but d’en faire un ouvrage complet. Le mieux serait donc d’exploiter ce que j’ai déjà et d’en faire quelque chose de diffusable plus largement (tout en furetant un peu partout pour des projets plus restreints dans un premier temps… parce que, bon, on ne se refait pas).

Ma thèse est déjà en ligne sur HAL. Pourquoi vouloir en faire un ouvrage « papier » ? Il y a plusieurs raisons à cela. La première est que j’aime les livres. J’aimerais bien que ma thèse devienne un objet qu’on peut feuilleter, lire et relire, annoter et raturer. Un objet que je peux montrer à mes filles aussi. La deuxième raison est que je veux revoir de fond en comble le manuscrit de thèse. Celui qui est en ligne a évolué. Je ne suis plus en accord avec tout, j’ai déjà approfondi et développé certaines parties. Il a besoin d’une rénovation et je trouve qu’en changer la forme est une bonne occasion. Je pourrais simplement continuer à faire des articles à partir de la thèse. Elle peut être morcelée, le sujet, très vaste, s’y prête. C’est ce que j’ai fait en partie. Mais je voudrais diffuser une vue d’ensemble du travail avant de recommencer complètement autre chose.

Je ne sais pas encore vraiment la forme et le ton que je veux donner au livre. Mais j’ai un nouveau titre, un cadrage un peu différent, un plan plus clair. « Mais alors quel est le problème ? Vas-y ! »

Oui, oui, mais il y a quelques difficultés malgré tout… Il y a l’inertie face à un travail sur lequel on a sué sang et eau et qu’il faut reprendre en se plongeant parfois difficilement dans les émotions d’autrefois. Le quotidien bien rempli me semble un prétexte parfait pour éviter de faire face à cela.

Ensuite, il faut se sentir légitime à publier un travail dont je ne suis plus vraiment sûre de la valeur. L’hypothèse principale que j’ai choisi de mettre en avant est au cœur d’une controverse de la recherche historique actuelle. Je pense qu’il va falloir la défendre avec véhémence. Cela a un côté un peu décourageant – mais aussi un peu excitant, je l’avoue.

Puis, il y a les questions pratiques : où trouver de l’aide quand la thèse est terminée et qu’on est seul face à son texte ? Le monde des germanistes modernistes est tout petit… Difficile de trouver des référents…

Où publier ? Je n’ai pas encore de maison d’édition. Ce point avait bien sûr été évoqué lors de la soutenance. J’avais donc quelques pistes, mais elles ont maintenant plus ou moins disparues, avec les aides financières envisagées, en changeant de laboratoire de recherche. Me voilà donc un peu désemparée.

Je me lance néanmoins dans l’aventure de manière un peu officielle en espérant que le manuscrit trouvera une forme finale au fil du temps et que les réponses aux questions surgiront.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Merci Stéphanie pour la résonance ! Je pense que tes questions sont plus partagées que tu ne crois, dès lors que la soutenance s’enchaîne avec la vie, personnelle et professionnelle et que l’on perd le « cadre » de la thèse.
    Alors je trouve passionnant d’échanger sur ces questions, de formuler nos projets, nos difficultés, et peut-être d’autres viendront nourrir l’écho

    • Stéphanie Chapuis-Després dit :

      Et merci à toi d’avoir lu ce billet. Je serai ravie de lire vos billets, à Caroline et à toi. J’espère y trouver surtout de la motivation et peut-être quelques pistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *