Guerre de Trente Ans et Nudités de gorge

En 1646, Martin Caselius publie un petit livre d’une centaine de pages pour encourager les femmes à couvrir le haut de leur corps (Zucht-Spiegel, das ist nothwendige und sehr wolgemeinte Erinnerung an das Christ- und Ehrliebende Frawenzimmer in Deutschland/ aus Gottes Wort und der heiligen Vaeter, wie auch anderer vornehmer Lehrer Chrissten verfertiget und auff frommer Christen Begehren, ce qui signifie Miroir de la discipline, c’est-à-dire rappel utile et très bien intentionné aux femmes chrétiennes et honorables d’Allemagne, écrit à partir de la parole de Dieu et du Saint-Père et d’autres Enseignnats chrétiens très nobles, et en réponse au désir de pieux chrétiens). Ce théologien protestant vitupère contre la mode qui consiste à dévoiler les épaules et la poitrine. Il traite ce faisant un sujet en vogue dans la seconde moitié du XVIIe siècle[1]. Superintendant général et prédicateur à la cour d’Altenburg. Martin Caselius est un personnage influent, auteur d’autres ouvrages en latin portant sur des sujets politiques et éthiques (de bello – 1636 ; de tyrannide – 1636).

Qu’est-ce qui peut pousser un tel personnage à s’intéresser à la tenue vestimentaire des femmes de son époque ?

Le décolleté contre la loi de Dieu et contre-nature

Eminent théologien, Caselius se réfère d’abord à la parole de Dieu pour montrer que les tenues arborées par les femmes sont contre la loi divine, mais aussi, par extension, contre-nature. Il cite ainsi la première épitre de Saint Paul à Timothée (2, 9-10) qui stipule que les femmes devraient faire preuve de modestie dans leur apparence. Il ajoute citant Pierre (1, 3, 1) que les femmes devraient être soumises à leur mari et que cette soumission devrait être rendue visible à tous par une toilette modeste. En se couvrant les épaules et la poitrine, les femmes feraient montre de piété.

Il insiste en signalant que tout dévoilement du corps est signe de paganisme. On peut alors lire quelques descriptions caricaturales de peuples lointains que Caselius n’a jamais vus si ce n’est dans les livres de costumes à la mode depuis la seconde moitié du XVIe siècle.

 

Jost Amman, couple de Brésiliens, XVIe siècle @Gallica

Jost Amman, couple de Brésiliens, XVIe siècle @Gallica

Selon Caselius, peut-être inspiré par l’œuvre de Jost Amman, les Brésiliens et les Péruviens ne porteraient pas de vêtements, si ce n’est à la rigueur quelques plumes de perroquets. Les femmes allemandes ne devraient pas se dévêtir, puisqu’elles risqueraient donc de perdre leur âme.

Dans une gradation de l’argumentation, Caselius affirme même que le dévoilement de la poitrine serait l’œuvre du Diable. Il condamnerait plus sûrement l’âme que n’importe quel autre péché. Révélant son corps à son entourage, la femme éveillerait la concupiscence et entrainerait ceux qui la regardent et, par extension, une nation entière vers la damnation.

L’argumentation de Caselius prend ensuite un tour un peu étonnant pour les lecteurs d’aujourd’hui. La nature, œuvre divine selon le dogme chrétien, serait elle-même opposée à des pratiques de dévoilement. Caselius explique ainsi que les cheveux des femmes poussent davantage que ceux des hommes dans le but (évident) de dissimuler le haut de leur corps. Les longs cheveux seraient donc là pour cacher les seins des femmes (21 – image 00037).

Caselius fait ensuite référence à Pline pour confirmer cette « volonté » de la nature de dissimuler la poitrine des femmes aux regards[2]. Selon lui, l’auteur latin évoque le fait qu’un homme noyé flotterait sur le dos tandis qu’une femme décédée par noyade flotterait sur le ventre afin de ne pas révéler ses seins. Si on peut se demander si les lecteurs étaient en mesure de croire ce genre d’arguments qui semblent aujourd’hui assez absurdes, il n’en reste pas moins qu’ils témoignent des efforts déployés par Caselius pour gagner son lectorat à sa cause.

 

Les décolletés n’ont aucun sens…

Une fois qu’il a épuisé le versant théologique de son argumentation, Caselius tente de parler à la raison de ses lectrices et de ses lecteurs. Il souligne ainsi l’absence de logique qui guiderait les agissements des femmes qui se dévoilent sans pour autant s’en étonner outre-mesure. Ainsi, il explique que certaines femmes porteraient des voiles lors des assemblées religieuses, conformément aux préceptes de l’Ancien Testament, mais découvriraient le haut de leur corps dans le même temps. Caselius met l’accent sur l’incohérence de ce comportement.

So nun Weibes-Personen, sonderlich in der Christlichen Versamblung, umb der Engel willen ihre Haeupter bedecken sollen, ey wie vielmehr sollen sie uomb dieser himmlischen Frongeister willen ihre Haelse, Schuldtern und Brueste verwahren, damit sie nichts Unchristliches oder Unerbares an ihnen sehen, dadurch sie beleidiget und verjaget werden ? (30 – image 00046) Alors que les femmes, particulièrement dans les assemblées chrétiennes, par la volonté des anges, couvrent leur tête, est-ce qu’elles ne devraient pas plutôt pour l’amour de ces anges célestes conserver leur cou, leurs épaules et leur poitrine afin qu’ils ne voient rien de peu chrétien et de peu honorable chez elles, qui les vexent et les chassent ?

Le théologien protestant fait également référence aux événements récents qui ont agité le Saint-Empire. Il estime que les Allemandes devraient être humbles après les tourments de la Guerre de Trente Ans et non pas se pavaner ainsi (12 – image 00028). Il fait appel au vécu des lectrices et à leur raison pour leur prouver que leur comportement n’est pas le bon.

 

La dangerosité du dévoilement

Si l’appel à la piété et à la raison des lectrices ne fonctionne pas, il reste encore la menace. Caselius choisit de faire appel à des arguments médicaux. Il suit en cela l’exemple de Luther qui citait des cas de suffocation de la matrice pour dénigrer le célibat à vie. Selon les médecins hippocratiques invoqués par le Réformateur, l’absence de relation sexuelle pouvait causer un déséquilibre des humeurs entraînant toute sorte de maladies, dans le cas des femmes, une suffocation de la matrice qui pouvait être fatale. Ici Caselius affirme que le dévoilement de la gorge (cou, épaule, poitrine) faisait courir le risque d’un refroidissement qui pourrait avoir des conséquences graves

Darneben ist kein Zweiffel, dasz sie durch solche entbloessung der Gesundheit grossen abbruch thun, dieweil durch rawe auff die blose Haut streichende Lufft, kalte fluesse, Geschwulst, Kaude unn andere Beschwerungen des Leibes gar leicht erreget werden koennen  (28 – image 00044) En outre, il ne fait aucun doute qu’un tel dévoilement est à l’origine de grands dommages à la santé, car l’air qui souffle sur la peau nue peut aisément causer des flux, des ulcères, des malades et d’autres maux du corps.

Caselius ne développe pas vraiment le lien de cause à effet qui existerait entre les décolletés et les maladies citées. Il n’est pas un spécialiste de ce genre de sujets et semble nommer des maux un peu au hasard. Mais cet argument se retrouve dans de nombreux ouvrages du même type, la question de la préservation de la santé apparaît comme une préoccupation majeure de cette époque et semble donc incontournable. Il n’est pas possible de savoir s’il y croit vraiment. Il fait en sorte d’explorer toutes les pistes de l’argumentation, faisant également de son ouvrage un exercice de rhétorique.

 

Les nudités de gorge, un sujet hautement politique.

Le dévoilement inopiné de la poitrine et des épaules féminines est un sujet très sérieux pour Caselius. Si cela peut entrainer la ruine de l’âme, cela peut également conduire à la ruine de l’Etat. Les femmes qui s’adonnent à cette mode se feraient ainsi coudre des toilettes nouvelles pour lesquelles elles dépenseraient des fortunes. Non contentes de renouveler entièrement leur garde-robe, elles feraient mine de se couvrir légèrement les épaules avec des étoffes transparentes comme le crêpe (flor), dont la fabrication et l’importation sont hors de prix.

Exemple de crêpe couvrant les épaules et le décolletés. Jan Boeckhorst, Helene Fourment, vers 1630, @WikiCommons

Exemple de crêpe couvrant les épaules et le décolletés. Jan Boeckhorst, Helene Fourment, vers 1630, @WikiCommons

Ce faisant, elles conduiraient inévitablement leur mari à la ruine. Selon les théories caméralistes de l’époque qui considèrent que la richesse d’un Etat se fonde sur celle de ses habitants, elles seraient en mesure de ruiner parfaitement la nation en son entier. Caselius ne fait pas preuve d’originalité en faisant référence à ces théories économiques puisque cet argumentaire se retrouve dans la quasi totalité des lois somptuaires depuis la fin du Moyen Âge.

Caselius critique également l’importation des modes étrangères sur le territoire germanique. Ce dévoilement des épaules et de la poitrine trouverait son origine en Italie et en France. Les Allemandes qui emprunteraient ces tenues vestimentaires étrangères feraient courir un risque considérable à leur nation. Perdant son identité, la nation serait affaiblie. Caselius voit même dans la mode des décolletés une raison à la défaite allemande lors de la Guerre de Trente Ans. Envahie par les modes étrangères, la nation allemande était déjà conquise. Par ailleurs, le luxe déployé à cause de ces modes aurait éveillé la colère divine et provoqué la punition que représente cette guerre meurtrière. On assiste là à une illustration du phénomène bien connu de « Alamodewesen[3] » que l’on retrouve sur de nombreuses feuilles volantes et ouvrages de cette époque.

Enfin, les décolletés sont considérés comme des perturbateurs de l’ordre social. Cette mode fait disparaître la hiérarchie « naturelle » entre les différentes catégories sociales de l’époque moderne.

Denn ja nicht alleine etliche aus den vornembsten Weibern und Jungfrawen buergerlichen Standes, welche billich an Tugend, Gottesfurcht, und Erbarkeit, wie auch in der Kleidung andern mit guten Exempeln vorgehen solten, etlichen Edeln nachgefolget, und ihre Haelse, Schultern und Brueste mit gantz durchsichtigen weissen Flor bedecket, sondern es haben auch schon allbereit etliche Maegde und arme Bettelsaecke zweiffels ohne aus Leichtfertigkeit und Mann sucht angefangen, ihre Kleider auszuschneiden, sich selbsten zu entbloessen, und ihre Schand ware wie die Cramer auszulegen, damit sie junge Hertzen desto eher bethoeren und in ihre Netze bringen moegen (20 – image 00036) Car il n’y a pas que les femmes les plus nobles et les jeunes filles de la bourgeoisie qui devraient donner l’exemple en matière de vertu, de piété, d’honorabilité ainsi que de vêtement, et qui suivent les nobles en couvrant leur cou, leurs épaules et leur poitrine de flor blanc complètement transparent, il y a aussi toute sorte de servantes, et quelques mendiantes sans aucun doute qui ont commencé, par frivolité et parce qu’elles cherchent un homme, à déchirer leurs vêtements, à se découvrir et à faire étalage de leurs marchandises honteuses comme des épiciers, afin d’étourdir les jeunes cœurs et de les prendre dans leurs filets.

Cette citation est représentative de l’argumentation de Caselius : il fait preuve d’une certaine exagération en évoquant des mendiantes férues de mode qui déchireraient les seuls vêtements qu’elles possèdent. Les raisons mentionnées pour ces actions se trouvent dans un portrait à charge des femmes séductrices dévoilant leurs charmes à de pauvres cœurs innocents, métonymie qui désigne les hommes.

Plus grave encore, elles utiliseraient l’église, lieu de la présence divine, pour séduire les hommes, ici encore dépeints comme totalement passifs face aux attraits des femmes.

Wenn sie zur Kirche kommen, und fuer Gottes Angesicht treten, so ztolzieren sie mit ihren Kleidern, als wenn sie zum Tantze gehen, und entbloesen sich so schaendlich, als wenn sie aller Manns-Personen Hertzen auff einmal an sich ziehen, und mit Liebe aufuellen wolten (17 – image 00033) Lorsqu’elles se rendent à l’église, et qu’elles se présentent à la face de Dieu, elles se pavanent avec leurs parures comme si elles se rendaient au bal et se découvrent d’une manière tellement honteuse qu’on dirait qu’elles veulent accaparer le cœur des hommes et l’emplir d’amour.

Voilà donc planté le portrait de la femme séductrice et impie que bon nombre d’auteurs des XVIe et XVIIe siècles s’acharnent à combattre. Les femmes sont dépeintes dans cet ouvrage selon des caractéristiques peu originales : succombant aisément aux tentations de la mode, séductrices puisque faibles, elles sont vues comme ayant besoin d’un soutien de la part de leur entourage, des autorités civiles et d’un directeur de conscience pour rester vertueuses ou retrouver le droit chemin.

Cette femme séductrice est doublement dangereuse pour Caselius. D’une part, certes, elle risque de séduire de pauvres jeunes garçons éblouis par des poitrines exposées au grand jour. Mais d’autre part, elle serait en contraction avec l’idée que Caselius se fait de la femme allemande. En arborant ces décolletés, elle risque donc de ruiner la nation, de lui imposer un châtiment divin mais aussi de la pervertir tout à fait.

Les femmes et les jeunes filles allemandes sont présentées par Caselius comme des parangons de vertus : pieuses, modestes, disciplinées et honorables, elles seraient de meilleures chrétiennes que le reste de l’Europe. Les modes étrangères les pervertiraient, modifiant leur comportement et faisant disparaître ces qualités spécifiquement allemandes. Caselius tente peut-être de flatter ses lectrices pour les encourager à délaisser ces modes-là. N’oublions pas qu’il est également un prédicateur protestant : il se présente donc comme un défenseur de la vraie foi, née sur le sol germanique.

 

Un manuel à l’usage des pasteurs

Enfin, l’opuscule apparaît comme un manuel destiné aux pasteurs peu expérimentés. La dernière partie de l’ouvrage se présente comme un jeu de questions-réponses qui enseigne la manière de traiter les ouailles récalcitrantes. Caselius énumère donc les réactions possibles des femmes incriminées et fournit des exemples de réponses détaillées avec le ton à employer et des arguments qui se placent sur différents plans (théologique, logique…). On peut en citer ici quelques exemples : les femmes invoqueraient donc la tradition, la nécessité de plaire à leur mari, l’impossibilité pour elles de devenir des saintes, à l’instar de leurs interlocuteurs – on peut lire dans ce passage une certaine ironie de part des femmes… Parfois les réactions féminines semblent assez virulentes, comme ici :

Sol ich denn die Pfaffen erst fragen, wie ich mich bekleiden und geberden soll ? Oder wil man gar lauter Closter-Jungfrawen aus uns machen ? was frag ich nach den Pfaffen ? Was haben mir die Pfaffen oder (So sie gar vernuenfftig reden wil) der Superintendens, Pfarrer und Capellan zugebieten ?  (48 – Image 00064) Dois-je donc d’abord demander aux pasteurs comment je dois m’habiller et me comporter ? ou bien veut-on faire de nous des bonnes sœurs ? Qu’ai-je à demander aux pasteurs ? Qu’ont à m’ordonner les pasteurs (ou si elle veut s’exprimer de manière raisonnable) le superintendant ou le diacre ?

A cette fidèle visiblement excédée qui attaque ses interlocuteurs sur le sujet du dogme (la vie monacale étant rejetée dans le protestantisme), Caselius répond calmement qu’il n’est en aucun cas question de faire d’elles des « bonnes sœurs papistes » mais que ce n’est pas une raison pour enfreindre les commandements divins par leur comportement. Sa réponse correspond ainsi à la volonté des autorités religieuses (protestantes, mais aussi catholiques dans un second temps) d’importer l’ascèse religieuse dans la vie laïque. Le ton paternaliste de Caselius s’accorde avec le rôle qu’il octroie aux pasteurs qui est de guider la population, les femmes en particulier, sur le chemin de la piété. La plupart des interventions féminines (qui sont virtuelles, est-il besoin de le rappeler ?) les font passer pour très récalcitrantes, rebelles, tenant des propos virulents et agacés par l’ingérence des prêtres et des pasteurs dans leur vie quotidienne. Difficile de savoir si les femmes résistaient tant aux paroles des tenants de l’autorité ou si Caselius tente par ces portraits à charge de justifier le besoin d’encadrement des femmes.

 

L’ouvrage se termine par des appels solennels à tous les représentants de l’autorité de l’époque moderne, pasteurs, autorités civiles, maris et pères de familles, pour que cessent ces habitudes impies. Il revendique une sévérité exemplaire de leur part. Une de ses propositions pour empêcher les femmes de récidiver en matière de décolletés consiste à les ostraciser jusqu’à ce qu’elles retrouvent la raison, c’est-à-dire redeviennent pieuses et donc pudiques. La fin de l’ouvrage de Caselius est représentatif de la mise en œuvre des moyens de contrôle social connus, puisqu’il encourage le travail en commun de types d’autorité variés et qu’il argumente sur des plans différents, tout cela dans un but unique : faire des femmes de bonnes chrétiennes.

 

Cet ouvrage fait écho à des problématiques actuelles concernant le dévoilement du corps et remet en perspective la place du corps des femmes dans l’espace public. Pour Caselius, ce dévoilement d’une partie du corps traditionnellement caché est hautement problématique et soulève de nombreuses questions. Perturbateur de l’ordre social et géopolitique, le corps des femmes, leur poitrine plus précisément, semble devoir être dissimulé à tout prix. L’évolution de la mode vestimentaire et la médiatisation du corps féminin nu montre l’inefficacité de ce type d’ouvrage sur le long terme.

 

[1] Abbé Boileau, De l’abus des nudités de gorge, 1677 pour la France, ou encore les nombreuses feuilles volantes et sermons qui incriminent les femmes arborant des décolletés profonds.

[2] On retrouve le même exemple chez Agrippa von Nettesheim, De nobilitate et praecellentia foeminei sexus. 1509, bien que l’œuvre originale de Pline ne soit pas explicitement citée.

[3] Jean Schillinger, « Du Hosenteufel au Deutsch-Frantzösischer Alamode-Teuffel : le diable et la mode en Allemagne (XVIe-XVIIe siècles), in : Françoise Knopper / Wolfgang Fink (dir.), Diables et spectres. Croyances et jeux littéraires, Cahiers d’études germaniques 62 (2012), p.  59-80. V. également Teutsch-französicher Alamodeteufel, Dresden 1679, écrit par un anonyme « patriote ».

pour citer cet article: Stéphanie Chapuis-Després, "Guerre de Trente Ans et Nudités de gorge", Prendre corps, 01/04/2015, https://corpsgir.hypotheses.org/159.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Fab Huillet dit :

    Merci pour toutes ces infos, voici une bonne lecture. J’ai appris différentes choses en vous lisant, merci à vous. Fabienne Huillet http://www.neonmag.fr

  1. 23/04/2015

    […] religion rapplique. C’est un théologien protestant, et il est pas content, Martin Caselius. Un formidable article en parle très bien, c’est ici. Voici un grossier […]

  2. 11/09/2015

    […] Historique des relations entre l’Iran et l’Azerbaïdjan. Partie I : des origines à 1828. Guerre de Trente Ans et Nudités de gorge | Prendre corps. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *