La parentalité brusque. Pratiques de l’éducation au XVIe siècle

Je continue mes recherches pour ma communication de juin sur l’amour parental. Cette fois, on remonte le temps et on part en Suisse pour lire les écrits de la famille Platter. Thomas Platter l’Ancien est un humaniste du XVIe siècle qui a laissé une autobiographie à destination de son fils Felix. Ce dernier est devenu médecin, un des praticiens les plus célèbres de son temps. Comme son père, il a écrit une autobiographie assez détaillée.

Ces mémoires sont connues en France notamment par l’imposante étude d’Emmanuel Le Roy Ladurie en trois volumes Le siècle des Platter publiés dans les années 1990.

  •  Thomas Platter, enfant et jeune adulte

Né en 1499, Thomas Platter a eu une enfance difficile faite d’errance et de maltraitances. Puis, il rencontre un maître d’école, Myconius qui le prend en charge, rencontre le réformateur Zwingli à Zürich. Après avoir épousé Anna, la servante de son maître, il exerce divers métiers de cordier à maître d’école en passant par imprimeur pour finir par devenir le recteur d’un lycée de Bâle, poste qu’il occupera pendant quarante ans. Une sorte de self made man, en somme.

Thomas Platter commence son autobiographie en signalant qu’il n’a pas été allaité, ni par sa mère dont la poitrine était trop douloureuse, ni par une nourrice. Il situe dans ce manque l’origine de tous ses malheurs (« das was mins ellentz ein anfang »). Force de la nature, il survit à une alimentation presque exclusivement au lait de vache jusqu’à ses 4 ou 5 ans. Cela peut sembler un détail mais en réalité cette anecdote prend tout son sens si on lit également les traités de puériculture de cette époque. Avec le lait maternel était transmis l’amour. Thomas souligne donc qu’il a été un enfant délaissé.

Cette impression s’accentue avec l’évocation de son père mort de la peste alors qu’il n’était encore qu’un petit enfant, si bien qu’il ne se souvient pas de son apparence tandis qu’il écrit ses mémoires.

Il est placé par sa mère s’est remariée et a eu des enfants d’un second mariage chez un cousin de son père. L’objectif est de lui apprendre à lire et à écrire en vue d’en faire un ecclésiastique. Mais Thomas est battu par cet homme cruel. Il décide alors de s’enfuir avec un garçon plus âgé que lui, écolier itinérant ou vagabond. Au Moyen Âge, on rencontre partout ces écoliers qui se déplacent de ville en ville pour suivre les enseignements (souvent très succincts) dispensés dans les écoles. Dénués de tout, les plus petits sont contraints de mendier leur pitance et celle des écoliers les plus âgés qui se sont imposés comme chefs de troupe.

Hans Holbein; d. J. und Ambrosius Holbein, Aushängebild eines Schulmeisters (1516).

Hans Holbein; d. J. und Ambrosius Holbein, Aushängebild eines Schulmeisters (1516).

Après cinq ans sans la voir et sans donner de nouvelles, Thomas retourne voir sa mère qui ne lui asséne que des reproches.

kam zuo iren ; was das erst wort, das sy zuo mier sagt : « hatt dich der tüfel aber zuoher getragen ? » antwurtet ich : « e nein, muotter, der tüffel hatt mich nit zuoher tragen, sunder mine fuess ; ich will üch nit lang überlägen sin. » Sprach sy : « Du bist mier nit überlägen ; alein verdrüsst mich, das du so hin und wider schlumpest, an zwifell nütt lernest ; lartest du werchen, wie din vatter sälig ouch than hatt ! Du wirst doch kein priester ; ich bin nit so sälig, das ich ein priester erzieche[1]« .  J’arrivai chez elle ; le premier mot qu’elle me dit fut : « Est-ce que c’est le diable qui t’amène ici ? » Je répondis : « eh non, mère, ce n’est pas le diable qui m’amène ici, mais mes pieds. Je ne te dérangerai pas longtemps. » Elle me dit : « Tu ne me déranges pas ; seulement je suis contrariée de voir que tu vagabondes ça et là et que tu n’apprends sans doute rien ; si tu avais appris quelque chose, comme feu ton père ! Tu ne deviendras pas prêtre. je n’aurai pas la chance d’avoir élevé un prêtre[2]« .

Le discours de la mère de Thomas laisse transparaître non pas l’inquiétude maternelle pour l’avenir de l’enfant, mais toute sa déception exprimée sur le ton du reproche. J’ai beau cherché, je ne trouve dans l’enfance de Thomas aucune trace d’un quelconque amour parental. Son récit donne l’impression qu’il est livré à lui-même dès son plus jeune âge sans que les adultes ne se préoccupent pas vraiment de son devenir.

Les amours de Thomas Platter

Néanmoins, il se trouve des protecteurs grâce auxquels il se construit un réseau. Il épouse ainsi la servante de son maître, Anna. Il raconte dans le détail leurs premières années de mariage et leurs hésitations au début de leur vie conjugale ; j’avais déjà évoqué cela ici. Voici le passage exact où il mentionne que leur pudeur était telle qu’ils ne se touchèrent pas pendant plusieurs semaines.

Nachdem bleib ich ein will Zürich by dem herren Miconio und studiert. Do ried er mier wie ouch die muotter, ich solt sin Anni, die iungfrowen, nen und nit mer wandlen ; so welten sy uns zuo erben machen. (…)Do nam ich mier vor, das seiler handwerch zuo triben und schuol darnäbent zhan. Zoch wider gan Zürich ; was noch 6 Wuchen do, das ich min wib nie beruort, das Myconius zuo mier seit : « wen wiltu by dim Anni ligen ? es were nun zyt ; mit der zyt wirstu dich riemen by dem iungen volk, wie du dich so lang habest enthalten, so ander lüt so bald zamen schlieffen. » Wier fragten bede nütz darnach, dan wier waren bede schamhafftig[3]. Après avoir passé un moment à Zurich et étudié chez Maître Myconius, celui-ci et sa femme me conseillèrent de prendre pour épouse Anna, la servante et de ne plus vagabonder ; ainsi ils feraient de nous leurs héritiers. (…) j’eus alors le projet d’embrasser la profession de cordier et de me rendre parallèlement à cela à l’école. Je retournai à Zurich. J’y restai 6 semaines, période pendant laquelle je ne touchai jamais ma femme, si bien que Myconius me dit : « Quand prévois-tu de coucher avec Anna ? il serait temps ; avec le temps tu vas être la risée des jeunes si tu es abstinent aussi longtemps alors que les autres gens couchent ensemble tout de suite. » Nous n’en parlions pas à ce sujet car nous étions tous les deux pudiques.

Anna apparaît dans toute l’autobiographie comme la compagne idéale : pudique, travailleuse, bonne mère. Son seul défaut est d’avoir été régulièrement malade. D’affection entre les époux, il n’est jamais question. Même chose pour sa seconde épouse avec qui il s’unit alors qu’il est déjà vieillard mais avec qui il aura tout de même encore six enfants.

 Thomas Platter, gravure de l'édition de 1840.

Thomas Platter et ses enfants

J’en arrive au sujet qui m’intéresse particulièrement en ce moment : les enfants.

  • Le père protecteur

La naissance de sa première fille ne se passe pas très bien. Cependant, il craint davantage pour son épouse que pour son enfant. Dans ses mémoires, il souligne qu’il assiste à la naissance, coutume de sa région d’origine[4].

Il se présente comme un père protecteur qui se soucie du bien-être de sa famille dans une anecdote qui se déroule alors que son enfant, premier né, a six mois et que la famille est sur les routes. Alors que tout le monde fait une halte, il va acheter du vin sur un marché.

Den win trunken ich und min wib mit manchem zank ; den als wir kein trinkgschir hatten dan ein angster zum ersten, giengen wier mit dem angster in keller ; darob triben wier einander. Ich sprach : « drink du ; du muost söügen. » so sprach min frow : « drink du ; du muosst studierren und in der schuoll übell zyt han ». Ma femme et moi bûmes le vin en nous querellant ; car comme nous n’avions pas de gobelet, nous avions uniquement une choppe qu’il nous fallait emporter dans la cave ; nous nous coupions le chemin. Je dis : « toi, bois, tu dois allaiter », et ma femme me dit : « toi, bois, tu dois étudier et passer un moment difficile à l’école ».

Dans ce passage Thomas montre qu’il prend soin de ménager les forces de son épouse et par là même qu’il est attentif à ses besoins et à ceux de son enfant. En cela, il se comporte comme un bon père de son époque. Sa femme apparaît également totalement dévouée et pleine d’abnégation. On a affaire à un couple modèle où chacun joue son rôle à la perfection. (N’oublions pas qu’il s’agit d’une autobiographie, une mise en scène de soi…)

  • La douleur de la perte et l’inquiétude

La mort de leur premier enfant fait l’effet d’un cataclysme sur le couple.

Als wier nun zwelff wuchen do waren und unser kindlin uff eim abendt hatt lernen fünff drittlin gan, stiess (es) pestilentz an, und starb am dritten tag, und (als) die geycht hatten es ouch angestossen, das wier grosser marter an im miessten sächen. So es verschied, weinten wier bede von leid und ouch freid, das es der marter ab was kummen. Do hatt im die muotter ein hüpsch Krentzlin gemacht und der Schuolmeister zuo Brunnentrutt hinder S. Michell vergraben. Als wier nun bede trurig waren und min hussfrow nit mer wie vormals frölich (sin) und singen mocht, sprach der herr : « din wib ist nit mer frölich, und förchtet sich min wib, die will sy so trurig ist, min wib oder dine mecht pestilentz (die dozmall zuo Brunnendrutt regiert) ouch anstossen ; ich riette dier, du fuortest sy hinweg » das datt ich, fuort sy gan Zürich[5]. Alors que nous étions là depuis douze semaines et que notre enfant avait un soir réussi à faire cinq pas, il attrapa la peste et mourut trois jours plus tard et lorsque les crampes le saisirent, nous vîmes qu’il souffrait le martyr. Lorsqu’il trépassa, nous pleurâmes de douleur mais aussi de joie parce qu’il ne souffrait plus. La mère lui a fabriqué une jolie couronne et c’est le maître d’école de Brunnentrutt qui l’a enterré derrière l’église Saint Michel. Comme nous étions tous deux tristes et que ma femme ne retrouvait pas sa gaité d’antan et ne voulait plus chanter, mon maître dit : « ta femme n’est plus joyeuse, et la mienne craint à la voir si triste qu’elles ne contractent également la peste (qui sévissait à Brunnentrutt à cette époque-là) ; je te conseille de l’éloigner d’ici » C’est ce que je fis et je l’emmenai à Zurich.

Le couple apparaît comme anéanti par la tristesse. Cependant, c’est Anna qui semble être davantage marquée par cette perte. Elle ne rit plus, ne chante plus. Thomas endosse alors à nouveau ce rôle de protecteur. Il est celui qui réagit le premier. Ne pas s’effondrer n’est alors pas qu’une question d’usage ou d’apparence, c’est aussi une question de survie. Selon les théories médicales de l’époque (qui valent depuis l’Antiquité), la mélancolie est dangereuse, car elle affaiblit le corps qui devient alors la proie de toute sorte de maladie. Ne pas céder à la tristesse ne prouverait donc pas une certaine indifférence vis-à-vis du décès de l’enfant mais peut être interprété comme une condition de la survie personnelle.

Lorsque tout se passe bien, il ne consacre que quelques lignes à la naissance de ses enfants. Voici comment est évoquée la naissance de sa deuxième enfant qui s’appellera comme la première Margarete.

In der zyt, als ich corrector was gsin, Ward mier das ander kind Margretlin ; gnass sy in dem huss, da slang (und noch) der schuolmeister zuo S. peter hatt ingehept ; der schuolmeister do zmall hiess Antonius Wild (was ein münch gsin). Ich zoch darnach in das huss darnäbend ; do gnass sy aber eins meitlins ; das nampt man Urselli. Das weri auff ein tag zuo dem venster usfegallen, hette mans nit bey den fiesslinen erwitz, namlich Marx Wolff, welcher do zuo mall min tischgenger was und das kindlin under dem fenster hatt[6]. A l’époque où j’étais correcteur, ma deuxième enfant Magretlin vint au monde ; elle est née dans la maison dans laquelle vivait (et vit encore) le maître d’école de Saint Pierre ; le maître d’école de cette époque-là s’appelait Antonius Wild (il avait été moine). Ensuite je déménageai dans la maison d’à côté. Là naquit une fille que l’on appela Ursula. Un jour, elle se serait tuée en tombant par la fenêtre si elle n’avait pas été rattrapée par Marx Wolff qui était mon locataire à cette époque et qui récupéra l’enfant sous la fenêtre.

Ce qui a marqué Platter, c’est moins la naissance de ces enfants que l’accident domestique qui a frappé sa troisième fille. Même si elle en est sortie indemne, ce sont les événements tragiques qui semblent dessiner le souvenir des enfants.

Ses trois filles sont décédées. Les morts des enfants suivants sont évoquées avec beaucoup de moins détails que pour le premier enfant.

Mier starbe ouch min lieb kind Margretlin an der pestelentz : das sagt man, es were ein hüpsch kind ; was, wie ich mein, by 6 jar alt worden[7]. Ma chère enfant Margarete est morte de la peste : on dit que c’était une jolie enfant qui, je crois, a eu 6 ans.

Les marques d’affection sont là (« ma chère enfant », « une jolie enfant ») mais aucune trace de la tristesse des parents, de l’effondrement de la mère. Est-ce que cette enfant était moins aimée, est-ce que cet événement, succédant au premier décès, devient banal ? Difficile de s’imaginer cela. Dans cette partie du livre, Thomas parle de ses affaires en tant qu’imprimeur. Peut-être que la narration n’appelle pas à s’épancher, mais reste sur le ton des affaires.

  • rudesse paternelle

Les enfants travaillent avec leur père. Le travail décrit par Thomas apparaît comme difficile, voire dangereux pour les enfants. Mais le père ne s’en inquiète pas. C’est une situation normale, favorable à ses affaires.

Nach dem ich nun die hüser koufft und zalt hatt, fuor ich mit der trukery für, und hatten übell zyt, ouch min wib und kind : dan, die kind hand offt papyr gestrichen, das inen die fingerlin bluotten. Aber es gieng mir wol ; dan alein mit der trukery mocht ich alle jar 200 fl.[8]. Après avoir acheté les maisons, je dirigeai l’imprimerie et la période fut difficile, pour ma femme et les enfants aussi ; car les enfants manipulaient si souvent le papier que leurs petits doigts saignaient. Mais j’allais bien car rien qu’avec l’imprimerie, je gagnais 200 florins par an.

Le père semble avoir eu quelque préférence pour Felix, le seul enfant issu de son premier mariage ayant survécu. Il exprime une joie particulière à sa naissance. Peut-être parce que c’est un fils, peut-être parce qu’il est heureux rétrospectivement que ce fils soit encore vivant et qu’il puisse lui dédier ses mémoires.

Do gab mier gott minen lieben sun Felix ; mich bedunkt nit, das ich grosser freid hette mögen han. Den toufft mier doctor Paulus Phrigio, pfarher zuo S. Peter ; dominus Symon Gryneus aber und Johannes Walterus, typographys, waren götti und Machariii Nussboums fro gotten. Als der herr Grynäus mit mier uss der kilchen gieng, sprach er zuo mier : « du hast in recht Felicem genempt ; dan, oder all min sin triegend mich, er wirt felix werden[9] » Alors Dieu me donna mon cher fils Felix ; je ne pense pas que j’aurais pu ressentir une plus grande joie. Dr. Paulus Phrigio, curé de Saint Pierre, le baptisa. Maître Symon Gryneus et Johannes Walterus, typographe, furent ses parrains et la femme de Macharius Nussboum sa marraine. Lorsque Sieur Gryneus sortir de l’église avec moi, il me dit : « tu as bien fait de l’appeler Felix ; car si mes sens ne me trompent pas, il sera felix (heureux) »

Avec lui aussi, il a cependant été particulièrement dur, comme le relate Felix lui-même dans son autobiographie. Par trois fois, son père le bat rudement principalement pour des bêtises d’enfant : jet de pierres sur les tuiles du voisin, dessins à la craie sur des murs, et enfin parce qu’il n’a pas compris une leçon de grec. A cette occasion, il est fouetté. Or, la férule atteint son visage alors que le père visait son dos.

Ich geschwal im angesicht und blutet an ettlichen orten, das man mich nit über die gassen lossen kont, bis under dem imäsz führt man mich verhuellet heim. Mein muter erschrack seer, that gar lesz über mein vatter, welchem es auch leidt war[10]. Mon visage gonfla et se mit à saigner par endroits, si bien qu’on ne put me laisser aller dans la rue et qu’on m’accompagna à la maison caché. Ma mère fut très effrayée et se fâcha contre mon père qui était aussi désolé.

La mère est indignée[11]. Cet événement change l’attitude de Thomas vis-à-vis de son fils. Choqué par sa propre violence, il cesse subitement de le battre.

L’indignation de la mère ne l’empêche pas d’avoir, elle aussi, des réactions violentes face à son fils. Emmanuel Le Roy Ladurie constate que la mère sort de ses gonds dès qu’il est question d’argent. Ainsi Felix reçoit des gifles pour avoir perdu une pièce lorsqu’il avait 7 ans, par exemple[12].

Les parents avaient cependant une affection sincère pour Felix. Les preuves de l’affection paternelle se multiplient par la suite, notamment dans les lettres qu’il lui envoie lors de son séjour à Montpellier. La mère de Felix aurait prononcé ces paroles alors qu’elle se croyait à l’agonie :

Ich besorg, mein sun, so sich stirb, du werdest etwan, so man nit acht uf dich hatt, eb du kum recht erwagsest, wie unsere Studenten thun, ein schlummpe, die kein hauszhalterin sey, zum weib nemmen, so bist du verdorben und wirt nichts ausz dir, dan etwan ein armer, verachter dropf und etwan deins vatters provisor, oder ein schlechter dorffpfaff[13]. Je suis inquiète, mon fils, que, comme nos étudiants, tu prennes pour une femme une souillon qui ne soit pas une ménagère si je meurs, si on ne prend pas garde à toi et si tu n’as pas un bon jugement, et que cela te gâte et que tu ne deviennes personne si ce n’est un pauvre hère méprisé comme le professeur de ton père, ou un mauvais curé de campagne.

Si on peut y lire un certain manque de confiance envers son fils, cela marque également une véritable inquiétude pour son avenir (la différence de ton entre les propos de la mère de Thomas et ceux de la mère de Felix est perceptible). A un siècle d’écart, c’est également ainsi que Liselotte von der Pfalz montrait son amour pour ses enfants.

Ainsi Thomas s’est inquiété de la santé de son fils lorsque ce dernier a fait une indigestion de friandises[14].

Selon Emmanuel Le Roy Ladurie, l’amour parental s’exprime également dans les jolis vêtements dont l’enfant est paré[15] ainsi que dans la solide éducation religieuse qui lui est dispensée, par le biais notamment d’une prédication domestique régulière.

Felix n’est pas le seul enfant qui bénéficie de cet amour. Felix mentionne ainsi une lettre dans laquelle son père lui annonce la nouvelle du décès de sa soeur Ursula suite à une épidémie de peste. L’amour d’un père pour sa fille s’exprime encore une fois dans la perte.

Les six autres enfants nés du second mariage de Thomas ne sont mentionnés que très rapidement. On ne lit ainsi que l’année de leur naissance et les noms de leurs parrains et marraines. Il ne faut pas en déduire qu’il les aimait moins. Simplement, Felix les a connus. Il semblait probablement inutile à Thomas de redonner des informations à leur sujet qui était déjà connues du destinataire des mémoires.

 

Les lecteurs et lectrices d’aujourd’hui voient certainement dans ces pratiques éducatives de la violence, une certaine indifférence à la période de la petite enfance. En réalité, cette éducation correspond aux normes du début de l’époque moderne. Si les pédagogues recommandaient d’éviter de blesser (trop) l’enfant, le recours au châtiment corporel ne faisait pas exception. Il témoigne d’une vision de l’enfance qu’il faudrait corriger. Or, corriger, c’est ici montrer son amour. C’est laisser grandir sans règles strictes, voire sans coups qui est perçu comme une violence. Cela signifierait que l’on ne se préoccupe pas de l’avenir de sa progéniture. Les manières d’exprimer l’amour parental varient.

Et pour revenir au sujet principal de ce carnet, le corps, duquel j’ai un peu dévié avec les deux derniers billets en date, il me semble que ce qui prédomine quand Thomas parle de ses enfants, et quand Felix décrit son éducation, c’est bien le corps. L’apprentissage passe par des coups. Ce qui est pris en compte par les parents, c’est moins le ressenti et l’intelligence de l’enfant que sa matérialité : sa survie, son apparence, ses gestes. Il me semble que ce n’était pas aussi marqué dans la correspondance des Paumgartner. Mais il me semble que le corps de l’enfant serait un objet d’étude à approfondir.

[1] Alfred Hartmann, Thomas Platter/ Lebensbeschreibung, Basel 1944, p. 58. J’ai travaillé avec une ancienne édition. Mais il en existe une nouvelle (la troisième) qui date de 2006. Par ailleurs les deux autobiographies sont éditées et consultables ici (1840).

[2] Les traductions sont de moi.

[3] Hartmann, 1944, p. 86.

[4] Ibidem, p. 94.

[5] Ibidem, p. 99.

[6] Ibidem, p. 119.

[7] Ibidem, p. 128.

[8] Ibidem, p. 129.

[9] Ibidem, p. 121.

[10] D. A. Fechter, Thomas Platter und Felix Platter. Zwei Autobiographien. Ein Beitrag zur Sittengeschichte des XVI. Jahrhunderts, Basel 1840, p. 122.

[11] Emmanuel Le Roy Ladurie, Le siècle des Platter, 1499-1628, Tome 1: le mendiant et le professeur, Paris: Fayard, 1995, p. 137.

[12] Ibidem, p. 136.

[13] Fechter, 1840, p. 129.

[14] Ibidem, p. 133.

[15] Ibidem.

pour citer cet article: Stéphanie Chapuis-Després, "La parentalité brusque. Pratiques de l’éducation au XVIe siècle", Prendre corps, 20/05/2015, https://corpsgir.hypotheses.org/179.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/06/2015

    […] Sur le blog Prendre corps, deux billets traitent de la question de l’amour parental à l’époque moderne: “La princesse qui aimait ses enfants… à sa façon” et “La parentalité brusque. Pratiques de l’éducation au XVIe siècle“. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *