Ecrire le corps qui change

Elisabeth-Charlotte du Palatinat (Liselotte), Duchesse d’Orléans, en a des choses à dire sur son corps dans ses 5000 lettres : du corps malade, à l’exercice physique en passant par l’ingestion de nourriture et les effets corporels de la prière… Elle n’a aucun tabou ; une de ses préoccupations principales semble être les traces que les soucis et l’âge laissent sur son corps et sur son visage, les répercussions de la mélancolie sur son état physique. Il semble important pour elle de partager les détails de son apparence (sa beauté, son visage, sa corpulence) à sa famille et à ses ami(e)s proches resté(e)s dans le Palatinat. Décrire ce qu’ils ne peuvent plus voir permet de se rendre physiquement présente dans ses lettres et par là même de préserver une certaine intimité avec eux.

Si Liselotte met son corps en mots, c’est aussi pour l’observer avec attention, en noter les changements avec une certaine distance, tenter d’expliquer pourquoi le corps actuel n’est plus ce qu’il était, ce qui a fait de lui un objet méconnaissable. Mettre à distance pour mieux accepter, mettre en mots pour dire la résignation.

Liselotte von der Pfalz, frühes Porträt @Wikicommons

Liselotte von der Pfalz, frühes Porträt @Wikicommons

Les effets de la mélancolie

Un des thèmes qui revient le plus souvent dans les lettres allemandes est celui de la mélancolie et de ses effets sur la santé et l’apparence de Liselotte. On sait que sa vie à La Cour de France a été difficile. Selon Liselotte, c’est le chagrin, causé par les intrigues, l’indifférence de son mari et sa situation d’étrangère à la Cour, qui la rend malade.

Das macht mich reveux und grittlich, und wenn ich grittlich bin, geschwillt mein milz, und wenn es denn geschwollen bin schickt es mir dämpf in kopf, so mich trauerig machen, wenn ich trauerig bin, werde ich krank[1]. Cela me rend rêveuse et mesquine et lorsque je suis mesquine, ma rate enfle et lorsqu’elle est enflée, cela envoie des vapeurs dans ma tête qui me rendent tristes, et lorsque je deviens triste, je tombe malade.

Liselotte décrit le processus par lequel la mélancolie altère sa santé. Ses considérations s’inspirent de la médecine antique et de la théorie des humeurs[2]. La rate s’emplie de bile noire (humeur qui est à l’origine de la mélancolie) lorsqu’elle se sent mesquine. Cette humeur qui se répand dans le corps est à l’origine de toutes sortes de maladies.

Les émotions et les tourments que subit l’esprit peuvent avoir des conséquences particulièrement graves. On se souvient de la volonté de Thomas Platter un siècle et demi plus tôt de préserver la santé de sa femme en l’éloignant de la cause de sa tristesse au décès de leur premier enfant. Partir à Zurich était véritablement une question de survie. A plusieurs reprises, Liselotte se considère elle-même comme assez robuste pour ne pas mourir de tristesse, qualité dont les autres ne seraient pas toujours dotés. Ainsi le chagrin aurait eu raison de la santé de Mademoiselle la Dauphine.

Man bringt sie aus traurigkeit umbs leben. Man tut alles was man kann, umb mich auch in selbigen stand zu bringen, allein ich bin eine härtere nuss, als die Mad. La Dauphine, und ehe mich die alte weiber werden aufgefressen haben, mögen sie wohl etliche zähne verlieren, denn ob man mich zwar in alles sucht zuch chagrinieren und (ich) sehr übel vom König durch alter hexen bosheit und bösen officien tractieret werde, so nehme ich dich bald mein partey und gehe meine wegs fort und habe grosse sorge for meine gesundheit, umb sie toll zu machen[3]. La tristesse qu’on lui inflige la tue. On fait tout ce qu’on peut pour me mettre dans le même état, seulement je suis plus dure à cuire[4] que Mademoiselle la Dauphine et avant que les vieilles femmes[5] ne m’aient complètement dévorée, elles auront perdu quelques dents car bien qu’on tente de toutes les manières possibles de me chagriner et que je sois maltraitée par le roi en raison de la méchanceté et des mauvaises actions des vieilles sorcières[6], j’en prends bientôt mon parti et ai grand soin de ma santé pour les rendre folles.

La Princesse Palatine, victime de la malveillance de son époux et de Mme de Maintenon, a très peu de champ d’action. Elle décide de faire de sa bonne santé son arme absolue. Préserver sa santé à tout prix pour faire enrager ses ennemis, voilà ce qui motive sa lutte contre la mélancolie. Elle suppose que ses ennemis voudraient la voir disparaître : sa bonne santé est le symbole de sa résistance.

Malgré ses tentatives pour conserver une santé à toutes épreuves, Liselotte tombe parfois malade. Elle attribue une fois encore sa maladie à l’abattement qu’elle ressent constamment à la Cour. Les conséquences du chagrin ne sont pas toujours les mêmes, mais semblent toujours modifier sa corpulence. En 1721 (elle a alors 69 ans, un an avant son décès), elle affirme qu’elle a considérablement maigri à cause de la tristesse qu’elle ressent. Cette « maigreur » serait à l’origine de son affaiblissement récent.

Ich bin abscheulich mager geworden und auch schwach ; was mich noch schwächer macht ist, dass ich nachts noch sehr schwitze. (…) Meine Krankheit ist nichts anderst, als eine melancolische galle, so mich schier ganz verbrennt hat. Man hat mich oft purgiert und endlich viel vertrieben. Gott weiss, was weiter werden wird ; denn lustiger werde ich wohl nicht werden, denn es ist ohnmöglich ; nichts kann mich erfreuen ; in dem fall kann ich sagen, dass es mit mir aus ist. Viel sachen können mich noch betrüben, aber ich kann nichts erdenken, so mich erfreuen könnte, also muss mein Milz sich mit der zeit wohl wieder mit der bösen schwarzen galle füllen, so mir endlich den garaus machen wird[7]. Je suis devenue affreusement maigre et également faible ; ce qui me rend encore plus faible, c’est que je transpire encore beaucoup la nuit (…) Ma maladie n’est rien d’autre qu’une bile mélancolique qui m’a presque entièrement consumée. On m’a purgée souvent et enfin beaucoup fait évacuer. Dieu seul sait ce qu’il va encore advenir ; car je ne serai pas plus joyeuse à l’avenir, car cela est impossible ; rien ne peut plus me réjouir ; à ce sujet, je peux dire que c’en est fini de moi. Beaucoup de choses peuvent encore m’attristée, mais je ne peux rien imaginer qui puisse me réjouir, alors ma rate s’emplira inévitablement de la mauvaise bile noire, ce qui va me conduire à ma fin.

Liselotte fait une fois de plus référence à la théorie des humeurs, selon laquelle la bile noire, présente en excès chez les tempéraments mélancoliques, envahirait son corps. La tristesse ne ferait qu’accentuer cet état de fait. A la fin de sa vie elle n’aurait plus les moyens de lutter contre le chagrin.

 

Toutes ces années, Liselotte semble avoir tenté de lutter contre la mélancolie par un humour mordant où se mêlent les moqueries et les bons mots. Avec le rire, les humeurs néfastes se dissiperaient. C’est par l’activité épistolaire que la guérison de la mélancolie peut ponctuellement arriver, puisque dans son quotidien, elle trouve rarement matière à rire.

Wollte gott, Ihr könntet mir was schreiben, so mich könnte zu lachen machen ! Denn das lachen wird seyder etlichen jahren her sehr rar bey mir, entwehne es schier ganz und ganz und mein milz befindt sich nicht besser dabey[8]. Dieu veuille que vos écrits me fassent rire ! Car le rire est depuis quelques années très rare chez moi, j’en ai presque perdu l’habitude et ma rate ne s’en sent pas mieux.

Si elle a perdu le goût de rire, Liselotte réussit toujours à provoquer au moins un sourire chez ses lecteurs. Dans une lettre de 1696, elle n’hésite pas à pratiquer l’autodérision. Un de ses sujets favoris est une fois de plus sa corpulence. Elle montre comment elle s’accommode de sa prise de poids conséquente, soulignant que cela ne l’empêche pas de pratiquer ses loisirs favoris, au prix de quelques aménagements.

Ob ich zwar dick bin, so hindert mich doch noch nicht an jagen ; ich reite grosse Pferde, so mich wohl tragen können. Ich bin gott sei dank nun in vollkommener gesundheit[9]. Que je sois grosse ne m’empêche pas d’aller à la chasse ; je montre de grands chevaux qui peuvent bien me porter. Dieu merci, je suis en parfaite santé.

Quelques années plus tard, elle imagine les réflexions de sa tante si elle la revoyait après de nombreuses années. Sa corpulence est encore une fois l’objet de ses propres moqueries

Aber ich denke alleweil, dass, wenn E. L. meine viereckete Figur sehen sollten mit meinem dicken bauch und allen citationen von Sprichwörtern, würden sie meinen, Liselotte seye in Sancho panca verwandelt[10]. Mais je pense que si ma chère tante devait voir ma silhouette carrée avec mon gros ventre et tous ces proverbes que je cite, elle penserait, Liselotte s’est transformée en Sancho Panza.

Quand la maladie change l’apparence : la variole

Contractée alors qu’elle avait 41 ans, la variole a laissé des marques sur le visage de Liselotte jusqu’à la fin de sa vie.

Die blattern haben mich sehr marquiert, aber doch im geringsten nicht geendert ; welches jedermann wunder nimbt. Je alter ich werde, je hesslicher muss ich wohl werden, aber mein humor und gemüte können nicht mehr endern[11]. La variole m’a beaucoup marquée mais ne m’a pas changée le moins du monde, ce qui étonne tout le monde. Plus je deviens vieille, plus je dois devenir laide, mais mon humour et mon esprit ne peuvent plus changer.

Encore une fois, Liselotte ne semble pas prêter grande attention à son apparence et se résigner à ce nouveau visage. Elle signale ce changement à ses lecteurs qui ne la voient plus depuis plusieurs années. Le portrait de Liselotte ne montre pas de grosses cicatrices. La sincérité dont Liselotte fait preuve, le grand nombre de détails qu’elle fournit lorsqu’elle décrit son corps laissent penser que la variole n’a en effet pas ravagé son visage et qu’elle reste reconnaissable.

Elle écrit encore

Weilen ich noch so rot bin, ob es zwar schon 6 jahr ist, dass ich die blattern gehabt habe, so werde ich wohl mein leben so bleiben ; bins ganz getröst, denn es incommodiert mich in nichts. Ich piquiere mich von keine schönheit nicht, und wenn ichs gewesen were (so wohl als ichs nicht gewesen bin), müsste ich doch in diesem alter, wo ich nun bin, endern ; also nichts dran gelegen, ob ich bleich oder rot bin, will auch lieber eine hessliche haut haben und in die luft gehen, als weisser sein und langeweil in der kammer haben, oder durch ein masquen mich incommodieren[12]. Comme je suis encore rouge alors que j’ai eu la variole il y a 6 ans déjà, il semble que je doive le rester ma vie durant ; je suis tout à fait consolée car cela ne m’incommode en rien. Je ne me pique pas d’être belle et si je l’avais été (sachant que je ne l’ai pas été), à cet âge-là auquel je suis, je changerais ; donc ne pas accorder d’importance au fait d’être pâle ou d’être rouge, je préfère avoir une peau laide et aller prendre l’air plutôt que d’être plus blanche et de l’ennuyer dans ma chambre ou de me laisser incommoder par un masque.

Face à la maladie, du moins aux traces qu’elle a laissées, Liselotte se montre stoïque. Elle se console en affirmant que son grand âge (elle a alors 47 ans) la dispense d’avoir à être belle et que même sans ces cicatrices, elle commencerait à décliner. Ce qui lui importe, c’est de tenter de vivre sa vie comme elle l’entend et de profiter des loisirs qui lui sont offerts (comme la chasse). Elle qui brise de nombreux tabous dans ses lettres, ne craint pas de montrer son nouveau visage.

Le portrait comme miroir

Dans le recueil que j’ai étudié, Liselotte commence à se plaindre des modifications de son apparence sept ans après son arrivée en France, elle a alors vingt-six ans. Elle évoque ces changements à l’occasion des différents portraits qu’elle fait faire d’elle.

Ich bin stolz, dass E. L. mich Hübscher finden als mein Contrefait, das auch an Frau von Harling geschickt habe, allein es ist jetzt 7 Jahr, dass E. L. mich gesehen haben, und wenn mich E. L. jetzt sehen sollten, würden sie vielleicht ganz contrari judicieren. Die Jagden aber machen mich nicht so alt und hesslich, als die cabale, welche mich seyder die 7 jahre her so viel runzellen hatten ziehen machen, dass ich das gesicht ganz voll davon habe[13]. Je suis fière que ma chère me trouve plus belle que mon portrait, que j’ai envoyé aussi à Madame de Harling, seulement cela fait maintenant sept ans que ma chère ne m’a pas vue et si ma chère devait me voir, elle aurait peut-être un jugement différent. Les chasses ne me rendent pas aussi vieilles et laides que les cabales qui ont depuis sept ans fait apparaître tant de rides que mon visage en est couvert.

Cette lettre est la première (du moins dans le recueil de lettres allemandes que j’utilise) à faire part des changements physiques que provoquent les soucis. Après sept ans passés à la Cour, le vieillissement de son visage lui paraît démesuré.

En 1699, elle est peu satisfaite de ses portraits qui ne lui ressemblent pas. Elle se livre alors à une description minutieuse de son allure. Cela lui permet sans doute de procéder à un examen approfondi de sa silhouette pour en constater l’évolution, mais c’est également une manière de maintenir un lien avec sa chère tante Sophie. Puisque l’image peinte n’est pas fiable, elle décide de faire davantage confiance aux mots.

Kein einziges von allen meinen contrefaiten gleicht mir so wohl ; mein fett hat sich gar übel placiert, muss mir also wol übel anstehen : ich habe einen abscheulichen met verlöff hintern, bauch und Hüften und gar breite axlen, hals und brüste sehr platt, bin also die wahrheit zu bekennen, gar eine wüste hessliche figur, habe aber das glück, gar nichts darnach zu fragen, denn ich begehre nicht, dass jemandes verliebt von mir sein solle, und ich bin persuadiert, dass die, so meine gute freunde seind, nur mein gemüte und nicht meine figur betrachten werden[14]. Aucun de mes portraits ne me ressemble vraiment ; ma graisse s’est très mal placée et ne me va pas : j’ai – pardonnez-moi – un derrière, un ventre et des hanches affreux, des épaules et un cou très larges, des seins plats, je suis donc, pour tout dire, une silhouette laide et grossière, j’ai cependant la chance de pas en faire état, puisque je n’aspire pas à ce que quelqu’un tombe amoureux de moi et je suis persuadée que ceux qui sont mes bons amis ne considèreront que mon esprit et non pas ma silhouette.

Elle termine la description de son corps véritable (par comparaison avec ses portraits) en soulignant le peu de cas qu’elle fait de son allure, certaine que son esprit est davantage apprécié. A plusieurs reprises, Liselotte affirme que la beauté intérieure primerait, pour elle, sur la beauté extérieure.

Liselotte s’efforce de ne pas se soucier des choses du monde et de leurs vanités. Avec l’âge, elle devient une fervente défenseuse de la beauté intérieure. Ainsi, elle livre à une jeune correspondante, sa demi-sœur Luise, une réflexion sur les bienfaits de la beauté intérieure qui aurait davantage de valeur que l’apparence corporelle

Mir gebürts nicht, nach andere Leute zu sehen, ob sie hesslich oder schön sein, nachdem mich der allmächtige so gar hesslich hat sein lassen ; aber ich bin jetzt in einem alter, wo man sichs desto leichter zu getrösten haben kann, indem wenn ich schon schön gewesen were, müsste ich doch jetzt schon hesslich geworden sein, geht also mit einem hin ; freylich halte ich mehr von innerlicher, als äusserlicher schönheit[15]. Je ne veux pas regarder si les gens sont laids ou beaux après que le Tout-Puissant m’a rendue si laide ; mais je suis maintenant à un âge où l’on peut se consoler plus facilement dans la mesure où, si j’avais été belle, je serais de toute façon devenue laide aujourd’hui, je m’y fais, donc ; certainement, je donne davantage de valeur à la beauté intérieure qu’à la beauté extérieure.

Elle affirme que l’âge confère une certaine sagesse sur ce point puisque la vieillesse enlaidirait de toute façon : à son âge, il n’y a plus aucun regret à avoir. Liselotte joue ici le rôle de l’aïeule qui conseille les plus jeunes. Malgré tout, comme le sujet de ses déconvenues face à sa silhouette vieillissante revient régulièrement, il est possible d’affirmer que cette beauté intérieure qu’elle défend tant n’est pas son unique préoccupation.

Le corps vieillissant

Charlotte Elisabeth, Hyacinthe Rigaud, 1719 @WikiCommons

Charlotte Elisabeth, Hyacinthe Rigaud, 1719 @WikiCommons

Liselotte observe les changements de son corps au fur et à mesure des années qui passent. Elle informe sa demi-sœur, Luise, sur ce qui cause des rides.

Die lust runzelt eben so sehr, als der chargin, und wenn man oft in die sonn und in den wind geht, runzelt man ohnfelbar ; das lachen runzelt eben so sehr, als das weinen[16]. Le plaisir donne autant de rides que le chagrin et lorsqu’on va souvent au soleil et dans le vent, on a des rides, immanquablement ; le rire donne autant de rides que les pleurs.

Elle a changé d’avis depuis sa lettre de 1678, le chagrin n’est plus le seul responsable de ses rides. Ces dernières ne sont en réalité que le résultat des émotions variées que provoque tout simplement la vie.

La vieillesse est rendue visible par d’autres signes que les rides ; Liselotte s’attarde sur toutes les parties de son corps qui semble avoir subi des changements.

Wie E. L. Dero Liselotte gesehen und sie wohl laufen und springen konnte, war sie leicht und Jung ; nun bin ich alt und schwer, das gibt grosse verenderung. (…) Meine verrunzelte augen, meine hengende grosse backen, meine schneeweisse haar, meine höhle zwischen den Ohren und backen und mein gross doppel kinn würde E. L. gar nicht an Liselotte erinnern. Ich gleiche mir selbsten in nichts mehr, mein langer hals ist ganz kurz worden, habe nun dicke breyte schulteren, abscheuliche dicke hüften ; meine bein seind mehr als dick, denn sie seind sehr geschwollen. Da sehen E. L. wohl, dass sie mich in dieser figur gar nicht kennen würden. Wenn ich den mund auftue, seind meine zähn auch sowohl in einem elenden stand ; einer ist gebrochen, der ander ist schwarz, die überigen seind zerbrochen ; summa : überall ist elend in meiner ganzen person. Aber was will man tun ? man muss wohl sein partie nehmen in was nicht zu endern stehet[17]. Qand ma chère tante a vu Liselotte et qu’elle pouvait courir et sauter, elle était jeune et légère ; maintenant je suis vieille et lourde, cela fait un grand changement (…) Avec mes yeux entourés de rides, mes grosses joues pendantes, mes cheveux blancs comme neige, les creux entre mes oreilles et mes jours, et mon gros double menton, ma chère tante ne reconnaîtrait pas rien de Liselotte. Je ne ressemble en rien à moi-même, mon long cou est devenu court, j’ai maintenant des épaules grosses et larges, des hanches affreuses et grosses ; mes jambes sont plus que grosses car elles sont très enflées. Ma chère tante voit bien qu’elle ne reconnaîtrait pas cette silhouette. Lorsque j’ouvre la bouche, mes dents sont également dans un état lamentable ; l’une est cassée, l’autre est noire, les autres sont brisées. En somme, toute ma personne n’est que misère. Mais que faire ? on doit bien en prendre son parti de ce qui ne peut être changé.

La description du corps de Liselotte est très précise de la tête aux jambes avec une attention particulière pour les dents. Pour se définir elle-même, elle prend comme référence un moi jeune, qu’elle appréciait peut-être. La vieillesse l’a rendue étrangère à elle-même. Mais fidèle à sa résignation néostoïcienne, elle conclue ce long paragraphe sur les ravages de la vieillesse par une forme d’acceptation de sa situation.

 

Liselotte décrit avec lucidité ce que son corps devient lorsqu’il est confronté à la mélancolie, la vieillesse, la variole. Elle ne manque pas d’humour, un humour qui semble parfois un peu amer. Ses mots laissent transparaître une certaine résignation correspondant aux normes de son époque qui encouragent au détachement des choses matérielles (dont la beauté fait partie) ; paradoxalement elle vit aussi à la Cour de France, où les apparences sont particulièrement soignées. C’est peut-être là que se situe l’ambiguïté des lettres de Liselotte, dire la vanité de ce qui relève du corps tout en le rendant omniprésent.

 

[1] Helmuth Kiesel, Briefe der Liselotte von der Pfalz, Insel Verlag : Frankfurt am Main 1981, An die Herzogin Sophie, St. Germain, 19. Februar 1682, p. 48

[2] Voir l’article de Fabrice Roussel, le concept de mélancolie chez Aristote, in : revue d’histoire des sciences 41 (1988), p. 299-330

[3] An die Herzogin Sophie, Versailles, 8. Februar 1690, p. 83.

[4] litt. « une noix plus dure »

[5] Elle désigne ainsi Madame de Maintenon, non nommée explicitement à cause de la censure à laquelle sa correspondance est soumise.

[6] Même remarque que pour la note 5.

[7] An die Raugräfin Louise, paris, 6. Februar 1721, p. 238.

[8] An die Raugräfin Amalie Elisabeth, Marly, 6. Februar 1699, p. 123.

[9] An Frau von Harling, St. Cloud, 15. April 1696, p. 113.

[10] An die Kurfürstin Sophie, Versailles, 27. Januar 1709, p. 166.

[11] An die Kurfürstin Sophie, Versailles, 12. Dezember 1693, p. 99.

[12] An die Kurfürstin Sophie, Paris, 1. November 1699, p. 129.

[13] An der Herzogin Sophie, paris, 14. November 1678, p. 44.

[14] An die Kurfürstin Sophie, Fontainebleau, 10. Oktober 1699, p. 128.

[15] An die Raugräfin Louise, Marly, 4. Juli 1698, p. 122.

[16] An die Raugräfin Amalie Elisabeth, Fontainebleau, 4. November 1701, p. 142.

[17] An die Kurfürstin Sophie, Versailles, 10. Dezember, 1712, p. 182-183.

pour citer cet article: Stéphanie Chapuis-Després, "Ecrire le corps qui change", Prendre corps, 05/06/2015, https://corpsgir.hypotheses.org/211.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Joel Rysanek dit :

    Great post, thank for the interesting read.

  1. 04/04/2017

    […] Le carnet Prendre corps https://corpsgir.hypotheses.org/ s’appuie sur de nombreuses archives de l’intime pour proposer une histoire du genre et du quotidien du XVIIe siècle. Voir notamment les lettres de Liselotte, duchesse d’Orléans :https://corpsgir.hypotheses.org/211  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *