[Nouveau projet de recherche] Les pharmacopées domestiques

L’histoire du corps, la construction des représentations corporelles, des identités sexuées et genrées m’intéressent depuis longtemps. Depuis quelques temps, mes recherches se dirigent insensiblement vers l’histoire de la médecine à travers les traités de gynécologie et d’obstétrique et les évolutions qui concernent la profession de sage-femme dans le Saint-Empire romain germanique. Un corpus en particulier m’intrigue depuis que j’ai travaillé sur ma thèse, celui des Hausapotheken (pharmacopées domestiques). Il s’agit de livres qui décrivent les différents remèdes à utiliser dans le cadre d’une médecine familiale.

J’ai commencé à travailler sporadiquement sur ce corpus l’année dernière : j’avais postulé avec ce sujet à une bourse de la Haus der Abgeordneten à Berlin qui n’a malheureusement pas eu de suite. Qu’à cela ne tienne ! Ce sujet qui a besoin d’être affiné et développé m’intéresse vraiment, je ne veux pas le laisser tomber car je suis sûre qu’il est possible de tirer des informations intéressantes de ce corpus.

Dans mon projet initial, je voulais étudier des ouvrages de la Staatsbibliothek de Berlin. Mais finalement, je vais effectuer un séjour d’une quinzaine de jours à Wolfenbüttel en juillet à l’occasion du colloque international sur le baroque : cela me permettra une première plongé dans ce corpus et une première récolte de sources. Il s’avère en effet que parmi les trésors conservés dans cette bibliothèque, il y a un nombre considérable de pharmacopées domestiques, de livres de remèdes, de manuels de cuisine contenant également des recettes de médicaments, de traités sur les plantes… Je me limiterai aux ouvrages en langue vernaculaire (l’allemand) puisque ce sont ceux qui étaient adressés à un public non-initié, probablement urbain – donc je continue à travailler sur une population que je commence à bien connaître. Outre ces livres, j’aimerais voir si la bibliothèque possède également des feuilles volantes proposant des remèdes. Ces feuilles volantes, dont j’avais déjà parlé ici, permettaient de diffuser des informations à un coût relativement bas, ce qui en fait un moyen d’information de plus en plus utilisé. J’ai pu étudié ce type de sources de manière ponctuelle au cours de mes recherches de doctorat. Malgré les nombreuses études qui existent déjà sur les feuilles volantes en général, les inclure à une recherche sur les pharmacopées domestiques constitue un angle d’approche original.

En ce qui concerne les bornes chronologiques de cette recherche, je ne veux pour l’instant pas me limiter. Je vais donc explorer des ouvrages publiés du XVIe au XVIIIe siècle. J’espère que des évolutions se feront jour qui me permettront de réduire un peu le champ d’investigation.

Voici un petit aperçu des premières idées que j’avais sur ce sujet, idées que j’avais développées (en partie) dans le projet de recherche présenté l’année dernière.

 

  • Etat de la recherche

Depuis la seconde moitié du XVIe siècle, les livres en langue vernaculaire se multiplient dans le Saint-Empire romain germanique. Parmi eux, les livres de cuisine, les livres contenant des remèdes et les traités sur les plantes tiennent une bonne place en raison de l’intérêt des lettrés puis de la population pour les régimes de santé et l’anatomie.

Si l’histoire de la médecine n’est pas nouvelle, l’étude des pharmacopées familiales reste assez négligée. L’ouvrage ancien de Wilhelm Ludwig Schreiber semble un incontournable[1]. Certains livres du corpus ont fait l’objet d’un travail important d’édition pour être étudiés d’un point de vue d’analyse du discours au début des années 1990[2].

 

  • Problématiques

Il est bien évident qu’il faudra laisser les sources parler. J’affinerai mes axes de recherche en fonction de ce que les ouvrages livreront. Mais je voudrais déjà orienter un peu mes lectures sous peine de ployer sous le poids des informations.

 

  • Histoire du corps et de la médecine

Concernant l’histoire du corps et de la médecine, il s’agira de déterminer les influences de la médecine antique et les progrès de la iatrochimie de Paracelse qui contrevient à la théorie des humeurs alors en vigueur : en effet, alors que la médecine hippocratique voyaient la bonne santé comme un équilibre des humeurs, le médecin ayant alors pour tâche de les rééquilibrer en cas de maladies par l’environnement et la nourriture, la iatrochimie, défendue par Adrian von Mynsicht[3] et Johannes Zwelfer[4], propose l’usage de médicaments chimiques obtenus après distillation en laboratoire. Il s’agira de voir si et comment les dernières hypothèses et découvertes en matière de médication se diffusent dans les foyers. Si les sources le permettent, j’aimerais aussi essayer de suivre l’évolution du métier de pharmacien.ne (peut-être à travers l’étude de la pharmacienne Maria Andreae, née Moser, pharmacienne de la cour de Stuttgart fin XVIe et début XVIIe siècle)

Abraham Bosse, Pharmacien préparant un remède pour un malade, 1632-1635 @WikiCommons @LiveJournal

Abraham Bosse, Pharmacien préparant un remède pour un malade, 1632-1635 @WikiCommons @LiveJournal

Par ailleurs, la manière dont les maladies et les remèdes sont envisagés diffuse une image spécifique du corps qui le présente comme étant en contact avec le monde et le cosmos. C’est aussi cette image du corps qu’il s’agira de redéfinir, éventuellement en fonction des derniers progrès de la médecine prémoderne. Il faudra également nuancer cette image en fonction du sexe, de l’âge et peut-être de la classe sociale, donc distinguer entre le corps des hommes, des femmes, des enfants, des vieillards…

 

  • Histoire du genre

Ma perspective d’étude est différente de celles qui ont été proposées jusqu’ici puisqu’elle se situe dans le cadre des études sur le genre. La médication est le domaine des femmes au sein de la famille, premières infirmières de la famille. Les femmes, responsables du care, sont alors celles qui doivent être capables de soigner les époux, les enfants, leurs propres parents. Dans les familles de la bourgeoisie urbaine, on peut donc imaginer que les livres contenant des recettes de médicaments étaient en priorité à destination des femmes, en particulier les livres de recette qui, conformes aux préceptes traditionnels, proposent d’abord de soigner par l’alimentation.

La plupart des ouvrages sont écrits par des hommes (une exception étant cependant le livre de recette d’Anna Wecker New köstlich und nutzliches Kochbuch, 1597) pour les femmes. Je voudrais étudier les discours masculins sur les remèdes lorsqu’ils s’adressent à des femmes, s’ils tiennent des propos sur les femmes soignantes et quelle image de ces femmes est alors esquissée. Il est évident que les ouvrages qui traitent spécifiquement de la gynécologie tiendront une place importante dans mon corpus du fait de la situation d’énonciation particulière : des hommes qui tiennent une partie de leurs connaissances pratiques d’autres femmes et s’adressent en priorité à des femmes – bien que les hommes fassent également partie du lectorat. La question de la contraception et de l’avortement pose un vrai problème discursif : les auteurs ne sont pas autorisés par les représentants des Églises à en faire la promotion, mais il existe une véritable demande sur ces sujets au sein de la population[5]. Il faudrait donc voir quels moyens rhétoriques les auteurs utilisent pour contourner les interdits pour transmettre des recettes.

 

  • Iconographie/ Arts visuels

Dans l’hypothèse où les fonds de la bibliothèque de Wolfenbüttel contiendraient des feuilles volantes traitant des remèdes et ayant un rapport avec les pharmacopées domestiques, il serait fructueux d’étudier les rapports entre les textes et les images dans ce type de document. Est-ce que les feuilles volantes se faisaient les réceptacles du savoir traditionnel ou bien étaient-elles le véhicule des idées nouvelles en matière de médication ? Par ailleurs, quelle image diffusent-elles des femmes soignantes (je ne parle pas ici des guérisseuses mais des mères de famille en charge de la bonne santé de la famille) ?

 

Je vous tiendrai au courant de l’avancée de cette recherche : le mois prochain, je vous ferai un compte-rendu assez libre du catalogue de l’exposition de 1982[6]. À terme, je voudrais avoir assez de matériel pour produire deux ou trois articles en 2017, ou lancer un projet beaucoup plus vaste, tout dépend de ce que je trouverai et de l’emploi que j’occuperai à la rentrée. Sur le carnet, vous pourrez suivre ma recherche en train de se faire avec les questions, les trouvailles… Bref un travail qui prend corps.

[1] Wilhelm Ludwig Schreiber, Die Kräuterbücher des 15. und 16. Jahrhunderts, Stuttgart 1924 (Ndr. 1982).

[2] Peter Seidensticker et al. (Hrsg.), Corpus herbariorum, Frühneuzeitliche deutsche Kräuterbücher, Lahr 1990

[3] Adrian von Mynsicht, Aureum Seculum redivivum, Das ist : die uhralte entwichene Güldene Zeit, 1621 und ders., Thesaurus et Armamentarium Medico-Chymicum, Lugduni, 1670.

[4] Johannes Zwelfer, Pharmacopolia Augustana Reformata et Eivus Mantissa : Cum Animadversionibus, Goudae, 1653.

[5] Voir la monographie de John Riddle, Eve’s Herbs. A History of contraception and Abortion in the West, 2nd ed., Cambridge/London 1998

[6] Joachim Telle (Hg.), Pharmazie und der gemeine Mann. Hausarznei und Apotheke in der frühen Neuzeit, Zweite verbesserte Auflage, Weinheim 1988 (1. Auflage : 1982)

pour citer cet article: Stéphanie Chapuis-Després, "[Nouveau projet de recherche] Les pharmacopées domestiques", Prendre corps, 27/01/2016, https://corpsgir.hypotheses.org/316.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *