Luges et boules de neige à Nuremberg (1579)

Pour préparer ma communication sur l’occupation de l’espace urbain par les garçons et les filles aux XVIe et XVIIe siècles, je suis retournée fouiller dans les archives collectées en 2006 alors que je faisais un master 2 d’histoire qui portait sur le contrôle social des domestiques féminines à Nuremberg au XVIe siècle. Comme toujours, j’avais rapporté des archives, des sources qui n’ont pas directement servi à mon étude, mais qui m’avaient paru drôles ou intéressantes. Onze ans plus tard, ces décrets me sont revenus à l’esprit et trouvent leur place dans une communication.

[Petit conseil aux débutants : ne jetez pas tout cela, sauvegardez bien ces petites notes qui vous semblent sans intérêt, un jour, elles vous serviront !]

En 1579 le Sénat de Nuremberg publie un décret interdisant aux jeunes hommes de semer l’agitation dans les rues la nuit1. Les reproches et de ce fait les interdictions du Sénat sont nombreux et variés.

C’est d’abord le tapage nocturne qui est évoqué, notamment quand des « étrangers » sont de passage dans la ville. Les modalités de ce tapage nocturne sont énumérées : il s’agit de cris, de moqueries, de jurons, et de mots inconvenants.

Par ailleurs, nous sommes le 12 janvier et le décret s’attarde sur un problème propre à la saison : il est interdit de faire de la luge dans les rues de la ville parce que les piétons, les personnes en carrosse et les cavaliers seraient incommodés par les plaisantins sur leurs luges. Ces derniers causeraient en outre des dégâts et des accidents.

Winterlandschap met schaatsers, Hendrick Avercamp (1608) @WikiCommons

Le décret précise que les jeunes hommes incriminés (apprentis, compagnons et valets – nous avons toujours affaire au même groupe social dans les ordonnances de ce type) n’ont jusqu’à présents pas du tout prêté attention aux réprimandes des « Stadtknechte », une sorte de policiers peu formés et mal payés, chargés de maintenir l’ordre. Le Sénat souligne qu’ils perturberaient ainsi le sommeil des malades et des jeunes accouchées et présente donc comme le protecteur des faibles. Les jeunes hommes rappelés à l’ordre par la maréchaussée ont fait davantage qu’ignorer les représentants de l’ordre, ils les ont bombardés de boules de neige. Cela est représentatif de la difficulté à faire respecter la loi dans les villes du début de l’époque moderne : bien que les décrets réglementant tous les aspects de la vie quotidienne se multiplient, il est rare qu’ils soient véritablement appliqués. Le Sénat juge un tel comportement bien sûr inadmissible, car selon lui, il ne nuit pas seulement au Sénat, à la ville et à ses habitants, il déplaît également à Dieu. En effet, en se rebellant contre l’ordre social établi par une puissance divine, les jeunes auraient une attitude impie qu’il faudrait absolument corriger.

Puisque les policiers ne peuvent pas faire appliquer la loi, le Sénat en appelle, comme souvent dans ce type de décret, à l’autorité des pères de famille et aux maîtres artisans. Ils sont sont encouragés à surveiller les jeunes hommes vivant chez eux, fils, apprentis et valets, nuit et jour afin qu’ils se comportent de manière décente : leurs mots et leurs gestes doivent être convenables et surtout, précise le Sénat, il serait de bon ton qu’ils cessent de bombarder les personnes et les biens de pierres ou de boules de neige.

Les peines encourues sont de l’ordre des coups (de fouet ou de bâton); dans les cas les plus graves,les jeunes hommes risquent la prison. Les pères et les maîtres négligents seront également punis.

Pour terminer le décret, le Sénat interdit à tout le monde de se déplacer en traîneau d’apparat2 après les vêpres et ce jusqu’à deux heures du matin. Les domestiques n’ont quant à eux pas du tout le droit de se déplacer avec ce type de véhicule de nuit comme de jour. S’ils le faisaient, ils devraient payer la somme exorbitante de 10 florins – ce qui représente environ deux fois le salaire annuel d’une servante dans une bonne maison.

Quel est l’intérêt de ce genre de décrets ?

pour l’histoire du genre et des masculinités : l’occupation de l’espace urbain par les jeunes hommes est perçue comme bruyante. Les jeunes hommes et les garçons sont comme des éléments qui pouvaient déstabiliser l’ordre social, et donc divin. Il fallait donc les surveiller et les contraindre à respecter la loi, pour le bien de tous.

pour l’histoire des relations entre Etat et individu : pour une histoire des relations entre jeunesse et forces de police mais aussi pour une histoire des liens entre autorités parentale et domestique et l’État.

pour l’histoire du climat : le décret se situe à une période appelée le « petit âge glaciaire3 » pendant laquelle l’Europe a connu des hivers très rudes. Il illustre les problématiques de ce temps et témoigne de la vie quotidienne en ville en hiver.

1StaatsAN, Reichsstadt Nürnberg, AStB, Mandate, Band D, Fol. 228

2Le Germanisches Nationalmuseum qui se trouve à Nuremberg a exposé en 2006-2007 une magnifique collection de traîneaux richement décorés qui témoigne de l’importance de ce genre de véhicules dans le Sud du Saint-Empire.

3W. Behringer, Kulturgeschichte des Klimas, München 2007.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.