Les lettres des Paumgartner : entre public et privé. 4/4

A quelle catégorie d’archives appartiennent réellement les lettres des époux Paumgartner ? Ces lettres peuvent être considérées comme des documents du for intérieur ou écrits du for privé qui nous donneraient à voir l’intime de la vie de couple des Paumgartner et qui ne seraient pas destinés à être rendus publics. En allemand, on parle à la suite de Winfried Schulze d’Egodokumente[1], documents de l’ego, catégorie très vaste qui regroupe aussi bien les mémoires, autobiographies, correspondances, mais aussi les procès-verbaux et comptes-rendus d’interrogatoires…

Cette vision des choses demande en fait à être nuancée. Certains passages dévoilent certes des aspects intimes de la relation entre les époux, comme la lettre du 24 octobre 1582 que Balthasar envoie à Magdalena, où il évoque son amour pour sa jeune fiancée en des termes très personnels (v. 1/3). Les émotions sont présentes dans les lettres : on peut y lire des signes de colère, de tristesse, la plupart du temps causés par le retard des lettres, voire l’absence de réponse. Ainsi, Balthasar écrit à Magdalena qui s’offusque de la longue période pendant laquelle elle est restée sans nouvelle de Balthasar :

Wöllen demanch den Zorn zwischen unns zugleich aufgehen lassenn ! Que l’on oublie à l’avenir la colère qui règne entre nous !

La détresse des époux au moment du décès de leur fils est exprimée de manière très personnelle. Le désespoir de Magdalena se lit ligne après ligne. On peut supposer que des mots si poignants ne sont destinés qu’à un entourage proche devant lequel il importe moins de garder la face que de trouver un certain réconfort (v. 3/4). Tout cela parle en faveur d’une classification de cette correspondance parmi les ego-documents.

Si l’on a accès à certains sentiments ou ressentiments que les époux nourrissent l’un envers l’autre, il n’en reste pas moins que de nombreux aspects de leur vie, notamment de leur rapport intime au corps reste quasiment absent des lettres. A quoi cela est-il du ? A la nature des lettres, à la personnalité des époux, au contexte de leur élaboration ?

A plusieurs reprises, Magdalena annonce à Balthasar qu’elle lira sa lettre à des amis ou à des proches. Elle demande parfois à Balthasar de ne pas lire un passage à ses compagnons de voyage. Lors de sa grossesse par exemple, elle explique avoir été effrayée par un début d’incendie dans le voisinage et demande à son mari de ne pas lire ce passage à ses amis. La jeune femme semble avoir honte de ne pas savoir suffisamment se maîtriser, surtout dans son état, puisqu’elle risquerait, selon les discours médicaux, de l’époque de nuire à son futur enfant :

Herzeter schaz, las den prief nitt liehen vor iemundt : schem mich sunst[2]. Cher trésor, ne lis cette lettre à personne, j’aurais trop honte.

Les lettres n’étaient en effet pas adressées aux seuls époux mais aussi à leur famille et à leur entourage. Le caractère strictement privé de ces lettres que l’on supposait un échange intime dans le cadre de la vie conjugale peut alors être remis en question. Il devient évident que certains détails de la vie intime et physiologique ne peuvent pas trouver leur place dans des documents lus à un cercle de personnes, même proches.

L’étude des lettres et ego-documents du XVIe siècle en a parfois conclu que le sentiment de l’intime est né à la fin XVIIe siècle. Il me semble que c’est aller un peu vite en besogne. Au XVIe siècle, l’intime et le corporel sont davantage de l’ordre de l’oral que de l’écrit et l’échange épistolaire n’a pas ici le caractère intime qu’il aura à partir du XVIIe siècle[3]. La lettre en elle-même est un objet de communication communautaire plus que privé, même si l’intime y est présent. Ecrire une lettre permet ainsi de maintenir le lien avec le/la conjoint(e), mais aussi à travers l’autre avec la famille, les proches et les partenaires commerciaux. La correspondance contient quelques éléments d’intimité qui devaient être tus en public. Pour comprendre la correspondance des époux Paumgartner, il me semble que l’on pourrait reprendre le titre de l’article de Laurence van Ypersele « entre parole publique et intimité du dire » même si son article fait référence à des sources du XIXe siècle[4]. Dans les lettres des Paumgartner, il existe un « contrat de confiance[5] » qui stipule que les époux ne liront aux autres que ce que l’auteur(e) de la lettre autorise.

Cependant, même ces passages qui décrivent des sentiments personnels ou des indications corporelles qui devraient être tus ne sont pas nombreux. Peut-être est-ce dû au fait que les questions du corps et de certains de ses mécanismes intimes, comme la sexualité, et dans une certaine mesure la grossesse, sont encore tabous à cette époque – ce qui ne signifie pas qu’ils ne sont pas objets de discussions entre proches, souvent du même sexe.

Peut-être également que les auteurs estiment que tout ce qui relève du corps ne mérite tout simplement pas d’être consigné par écrit et surtout pas de risquer d’être transmis aux générations suivantes. Seule la question de la santé de Balthasar est abordée avec de nombreux détails. Pourquoi ? Peut-être parce que de sa santé dépend la subsistance de la famille, ou parce que répondre à ses soucis de santé est le rôle socialement reconnu de Magdalena.


[1] Winfried Schulze, « Ego-Dokumente. Annäherung an den Menschen in der Geschichte ? Vorüberlegungen für die Tagung Ego-Dokumente », in : ibidem (Hrsg.) : Ego-Dokumente. Annäherung an den Menschen in der Geschichte. (Selbstzeugnisse der Neuzeit 2), Berlin 1996, p. 11- 30.

[2] Steinhausen, Briefwechsel, Lettre du 1er juillet 1584, p. 48sq.

[3] V. Paul Servais, Laurence van Ypersele, La lettre et l’intime. L’émergence d’une expression du for intérieur dans les correspondances privées (17e-19e siècles), Louvain-La-Neuve 2007.

[4] Laurence Ypersele, « entre parole publique et intimité du dire », in : ibidem, p. 123-137.

[5] Ibidem, p. 137.

pour citer cet article: Stéphanie Chapuis-Després, "Les lettres des Paumgartner : entre public et privé. 4/4", Prendre corps, 13/11/2014, https://corpsgir.hypotheses.org/46.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *