L’accoucheur qui ne voulait pas regarder l’accouchée.

Christoph Völter (1616-1682) est un chirurgien et obstétricien probablement de confession luthérienne qui a exercé sa profession dans le Wurtemberg. Il publie en 1679 un ouvrage d’obstétrique, Neu eroeffnete Heb=Ammen= Schuhl[1] dans lequel il décrit ses propres pratiques en matière d’accouchement, pratiques qu’il considère comme exemplaires.

Un médecin dans l’air du temps

Cet ouvrage frappe l’esprit par son originalité. D’abord, le médecin donnent aux femmes des recommandations en matière d’accouchement. Il faut noter qu’il s’agit d’une nouveauté au XVIIe siècle à plusieurs titres. Dans la population bourgeoise urbaine et rurale du XVIe siècle – je ne parle pas du monde des cours princières qui bénéficient les premières des derniers « progrès » de la médecine -, ce sont les sages-femmes, ou matrones, qui assistent les femmes lors des accouchements. Tout au long du XVIe siècle, on voit se multiplier les décrets en tout genre pour réglementer leur activités ainsi que les ouvrages de médecins critiquant leur incompétence qui serait à l’origine de l’importante mortalité infantile. On ne fait appel au médecin, ou au chirurgien, que lorsque l’accouchement prend un tour dramatique. Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle que les médecins deviennent des référents incontournables dès qu’une naissance se profile. Völter fait donc partie de ce nouveau corps de médecins qui décident littéralement de « prendre en main » les naissances.

Son livre fait état d’une seconde nouveauté : l’accouchement allongé sur le dos. Jusque là, les parturientes accouchaient debout ou assises sur ce type de chaises :

chaise d'accouchement

wikicommons : photo Claude Truong-Ngoc.

Musée alsacien de Strasbourg, chaise du XIXe siècle.

 L’accouchement allongé devait non seulement de faciliter la naissance (sic !) mais aussi (surtout) le travail du médecin.

Völter ou la cécité volontaire

Völter ajoute à ce chapitre un commentaire qui mérite d’être cité dans son intégralité :

[…] ich [entbloesse] die Gebaehrende im wenigsten wie wan 10. oder mehr personen zugegen, weder ich noch jemand Anders, nicht wol einen entbloesten Fusz, weniger etwas Anders sehen werden, […] dann erstlich kan ein jeder gedencken, dasz wann eine ehrliche Matron sich (wie etliche gantz vnverschaemter Weisz im Brauch haben) nackend auff einen Tisch legen, vnd einen Mann solcher gestalten vnd in Gegenwart vieller anderer, ja oeffters wie ich berichtet worden, mit Zusehen der Buben oder Jungen, mit ihr procediren lassen musz, ob die Schamhafftigkeit oder der Schmertz einer solchen ehrlichen Frauen weher thue : zum andern kombt bey der Entbloessung einem bald dieses bald jenes (will von einer oder der andern seltsamen Postur so sich etwa ereignet nicht reden) vor vnd unter die Augen, welches nichts als ein vnnuetz – vnd vnziemliches Gaffen oder Nachgedencken causirt vnd verursacht ; da in gegentheil, wann ich als ein Bnder die Operation verrichte, alle meine Gedancken, Finger, Hand vnd Instrumenta beysamen behalten, vnd nach Belieben verfahren kan[2]. […] Je [dévêtis] la parturiente le moins possible car quand bien même il y aurait dix personnes ou plus, ni moi ni personne d’autre ne verrait ne serait-ce qu’un pied nu. […] d’abord chacun peut s’imaginer que lorsqu’une honnête mère de famille se couche sur une table totalement nue (comme certaines ont l’habitude de le faire avec une grande impudence) et doit laisser un homme opérer de cette façon en présence de beaucoup d’autres, et plus souvent encore, comme on me l’a dit, en présence de gamins et de jeunes hommes, est-ce la pudeur ou la douleur qui la tourmente le plus ? Ensuite lorsqu’elle est dévêtue il arrive que l’on laisse voir tantôt ceci, tantôt cela (je ne veux pas évoquer l’une ou l’autre des postures étranges qu’elle peut prendre), ce qui est non seulement inutile, mais cause également des coups d’œil ou des pensées inconvenantes. Si, au contraire, j’opère comme un aveugle, je garde la maîtrise de mes pensées, de mes doigts, de ma main et de mes instruments, et je peux agir comme je le souhaite.

Völter revendique donc une pratique des accouchements « à l’aveugle ». Il invoque, pour justifier cet étonnant savoir-faire, la pudeur des femmes, suggérant que ces dernières souffriraient davantage de se montrer nue que des douleurs de l’accouchement. Il assure ainsi prendre en compte le corps féminin d’un point de vue à la fois médical et moral puisqu’il entreprendrait de sauver non seulement la vie mais aussi la moralité de la parturiente. Il s’agit pour lui d’une mesure de protection envers les femmes qui ne sont alors pas seulement considérées comme des corps à accoucher mais comme des êtres pourvus de sentiments et de sens moral.

Afin de convaincre ses confrères, il justifie ce choix par des arguments très concrets. Cela rendrait ainsi la pratique médicale plus efficace pour deux raisons. D’abord, les femmes, débarrassées de l’inconfort que provoque la nudité en public – rappelons que les accouchements se déroulaient à la vue des proches et du voisinage – pourraient davantage se concentrer sur la naissance et écouter les conseils du médecin. Ensuite, il avoue avoir eu des pensées inconvenantes alors qu’il pratiquait des accouchements. Pour éviter que la vue des parties intimes de la femme en plein travail ne vienne faire vagabonder son esprit, il préfère donc travailler à tâtons, ce qui permettrait une plus grande concentration tout en préservant sa propre moralité. Même si ces propos peuvent laisser pantois, on peut reconnaître à Völter une certaine honnêteté et une relative inventivité.

Völter assortit ce passage d’une gravure où on le voit effectuer un accouchement sur une femme recouverte d’un drap et habillée d’une chemise. Le coût de l’insertion de gravures dans les ouvrages du XVIIe siècle laisse penser que cette pratique lui tenait particulièrement à cœur. Je n’ai pas trouvé d’autres exemples de l’accouchement à tâtons dans les autres livres d’obstétrique consultés. Il semblerait que l’idée de Völter d’accoucher les femmes sans même les regarder n’ait pas remporté le succès escompté.


[1] Il s’agit d’une seconde publication augmentée. Cependant la date de la première édition n’est pas connue.

[2] Völter, Heb=Ammen= Schuhl, p. 48sq.

pour citer cet article: Stéphanie Chapuis-Després, "L’accoucheur qui ne voulait pas regarder l’accouchée.", Prendre corps, 18/11/2014, https://corpsgir.hypotheses.org/54.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Fille dit :

    Je vous trouve mauvais langue
    Je trouve que respecter la pudeur de la patiente est une bonne idée
    Personnellement j’apprécie les gynecos qui de conduisent de la sorte et ne regardent que ce qu’ils doivent voir

    • Stéphanie Chapuis-Després dit :

      Merci pour votre commentaire.
      Il n’y a pas à être mauvaise langue ou pas. Je vous transmets ici simplement ce que j’ai trouvé dans mes sources en essayant de comprendre les implications du discours de Völter. Les pratiques de Völter ainsi que les arguments qu’il avance se placent dans un contexte qu’il faut élucider. On ne peut pas les transposer à notre vie quotidienne.
      Völter explique qu’il ne regarde absolument rien. IL « examine » donc les femmes à tâtons. Cela relève d’une pratique de la gynécologie inédite. Pourquoi fait-il cela?
      Aux XVIe et XVIIe siècles, on pensait que la pudeur est une qualité inhérente (« naturelle ») aux femmes et que donc pour elles, le plus douloureux n’était pas l’accouchement en lui-même mais le fait qu’on puisse les voir nues (ce qui me semble discutable dans un contexte de très forte mortalité en couches). Il affirme donc agir comme un protecteur.
      Mais il souligne aussi qu’il préfère ne pas regarder le corps des femmes parce que ce dernier lui suggèrerait des pensées impures, c’est-à-dire lui inspirerait un certain désir sexuel. Il ne s’agit donc pas uniquement de protéger la moralité des femmes, il agit également dans son intérêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *