Faire de la recherche sur la Première Modernité en LEA ? Un travail d’équilibriste…

On m’a souvent fait remarquer, lors de discussions quotidiennes avec des collègues ou dans les comités de recrutement, que mes recherches n’ont absolument aucun rapport avec ce que j’enseigne… qu’il faudrait peut-être songer à me « moderniser » un peu pour mieux coller aux attentes des étudiant.es.  Si parfois, cela m’agace, cela me pose également question .

1. Les Langues Étrangères Appliquées et le monde contemporain

On pourrait croire dans un premier temps que les préoccupations de mes étudiant.es sont bien loin du Saint Empire Romain Germanique. En LEA , les cours de communication sont en prise directe avec l’actualité tandis que les cours de civilisation concernent presque exclusivement l’histoire contemporaine. Alors, pourquoi s’obstiner à faire de la recherche sur une époque qui n’intéresse plus grand monde et à publier avec un certain acharnement sur la question ?

En fait, la quasi absence de références à la période avant 1945 en allemand LEA vient de plusieurs présupposés. Les étudiant.e.s n’auraient d’une part pas « besoin » d’en savoir davantage sur les pays de langue allemande étant donné qu’ils auront un usage de la langue plutôt « pratique ». D’autre part, aborder l’étude de périodes plus anciennes peut s’avérer ardu pour des étudiant.e.s de LV2 en raison de la complexité de la langue et de l’absence de connaissances préalables en français sur le sujet.

A-t-on « besoin » de connaître le Saint-Empire romain germanique pour faire du commerce international ? Je répondrais « et pourquoi pas ? » Certes, les sources peuvent être difficiles à appréhender. Il faudrait davantage de temps aux étudiants pour assimiler cette langue ancienne qui a une drôle d’allure, des concepts qui leur sont étrangers, temps que nous n’avons que bien rarement. Il est vrai par ailleurs que l’angle géopolitique et militaire ne semble pas les passionner.

Mais, la première Modernité, c’est surtout l’éparpillement du Saint-Empire romain germanique, la naissance du protestantisme, bref autant d’éléments qui ont façonné l’Allemagne actuelle… Difficile de comprendre le fédéralisme sans cet arrière-plan, difficile de comprendre l’importance de la religion protestante sans cette histoire.

Ainsi, pour moi, la Première Modernité a encore sa place dans l’enseignement de l’allemand en LEA. Peut-être faut-il adapter le discours et les thèmes abordés à des étudiants dont les intérêts sont autres que celles et ceux qui suivent la filière LLCER, par exemple, en rattachant ces faits historiques, parfois obscurs à l’actualité, dans la mesure du possible, donner davantage une perspective diachronique à des faits d’actualité qui peuvent sembler sinon sortis de nulle part. Enseigner la civilisation en LEA revient ainsi à faire l’équilibriste entre différentes époques, jongler d’un siècle à l’autre, trouver des liens, des rappels à travers le temps.

2. De l’adéquation de la recherche et de l’enseignement

J’ai vu passer plusieurs fois des fiches de poste exigeant du futur enseignant de faire des recherches directement utiles en LEA. C’est une demande compréhensible. Mais je m’interroge tout de même sur la notion d’utilité et son évaluation. Comment juger directement de l’utilité de certaines informations ? Travailler sur les XVIe et XVIIe siècles ne rend pas incompétent pour enseigner l’Allemagne contemporaine. Au contraire, cela permet une profondeur historique originale, « utile », elle aussi.

Les questions politiques, sociales, culturelles peuvent toutes être traitées d’un point de vue diachronique. Si je prends l’exemple de mes recherches : la construction d’un genre féminin qui serait inférieur au genre masculin, est un phénomène qui s’inscrit dans la durée. Le façonnement du corps féminin pour le faire correspondre à des normes est également un phénomène qui peut s’observer sur le temps long et ne date pas uniquement des premiers magazines de mode – et ces normes varient, c’est précisément ce qui est intéressant.

Il est également possible de s’insérer dans des projets diachroniques au sein des laboratoires abordant spécifiquement des projets estampillés LEA. C’est dans cette optique que j’ai organisé un colloque en histoire des femmes avec deux autres collègues de mon laboratoire.

Mes projets de recherche sont également adaptables aux questionnements des étudiants. Il est possible de les faire circuler davantage sur le temps long. C’est probablement ce que je vais commencer à faire dans les mois qui viennent parce que c’est une demande de mon institution, parce que mon profil de recherche actuel a du mal à se justifier par quelques incartades sur des époques plus anciennes, qui, si elles ne manquent pas d’intérêt ponctuellement, ne peuvent malheureusement pas faire l’objet d’un cours entier en LEA.

Me voilà donc à faire l’équilibriste entre plusieurs siècles non seulement en cours mais aussi en recherche en conservant mes thèmes de recherche de prédilection sur l’époque que je connais bien et en faisant des incursions chez les collègues d’histoire et civilisations contemporaines.

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Tassanee Alleau dit :

    C’est justement ce qui m’a manqué en LLCE, des cours d’histoire moderne en civilisation anglophone… les cours sont majoritairement orientés sur le XIXe s. à nos jours et puis peut-être 1 CM de 2 séances sur la renaissance italienne et 1 CM sur le Moyen Âge en littérature française ! … Et après la fac d’anglais je me suis dirigée ver une fac d’histoire, spé moderne. Trop de passion pour cette période.

    • Stéphanie Chapuis-Després dit :

      Je comprends! Quand je suis partie 3 ans en Allemagne, je suivais majoritairement des cours sur l’époque moderne parce que je n’avais eu qu’un CM et un TD en France sur le sujet. Peu de facs proposent davantage de cours sur cette période en langue… C’est dommage. Probablement une question de coût et de « rentabilité »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search