Anna Fischer-Dückelmann : médecine naturelle et Réforme de la vie

Il y a quelques temps, je cherchais à explorer un nouveau sujet de recherche. Ce n’est pas que les XVIe et XVIIe siècles me lassent, mais plutôt c’est plutôt ce grand écart permanent entre mes recherches et mes (nombreux) cours qui commençait à m’épuiser. Je me suis mise en quête d’un sujet de recherche qui prendrait toujours en compte les études de genre et l’histoire du corps, mais qui dévierait peut-être un peu de l’époque moderne.

Et je suis tombée sur Anna Fischer-Dückelmann, une femme médecin de la toute fin du XIXe et du début du XXe siècle, partageant les préceptes de la Réforme de la vie et défenseuse d’une autonomie féminine en matière de santé. Sa vie, son best-seller, La Femme, médecin du foyer (Die Frau als Hausärztin) m’ont tout de suite intéressée (au point de dépenser une petite fortune en achetant un volume de 1902…). Ce livre a été la porte d’entrée vers le mouvement de la Réforme de la vie, l’intérêt de cette époque pour la vie naturelle et a pour l’instant fait l’objet d’un cours de civilisation en Master 1 LEA, d’un article scientifique et d’une proposition de communication dans le séminaire d’humanités environnementales de l’Université Savoie Mont Blanc (prévue pour le 8.04). Je ne vous propose ici qu’une courte ébauche de ce sujet de recherches qui va être amené à s’étoffer au fil du temps.

  1. La Réforme de la vie

Le contexte est celui de la Lebensreform, ou Réforme de la vie. Dès la fin du XIXe siècle, des voix s’élèvent dans l’Empire allemand contre l’industrialisation galopante et la « modernité » qui corromprait la santé des Allemandes et des Allemands. Ces préoccupations se situent dans un contexte de prise en compte croissante de « maladies nerveuses » et de la question sociale qui souligne les conditions de vie déplorables et la mauvaise santé des ouvriers. Hommes et femmes issus le plus souvent de la bourgeoisie recherchent alors des moyens de vivre plus « sainement », plus naturellement. Des préceptes de médecine antique, comme la théorie des humeurs sont remises au goût du jour : pour guérir, il s’agit alors de retrouver un équilibre corporel perdu. Des établissements de médecine naturelle, des sanatoriums qui proposent des bains d’air et de soleil, promettent un retour à la santé sans médecine « chimique ». On se construit des refuges dans la campagne en Saxe ou en Suisse, modifie son alimentation pour préférer un régime végétarien, on pratique la gymnastique suédoise et des exercices de respiration proches du yoga ou de la méditation pour « retrouver » un lien avec le monde naturel. Certaines branches du mouvement à tendance völkisch aboutissent dans les années 1930 à des prises de position communes (l’idée d’une régénération de la « race » allemande, par exemple), voire des alliances avec le parti nazi.

La Réforme de la vie est un mouvement vaste hétéroclite, ici résumé de manière peut-être un peu trop courte. La recherche sur cette période est riche aussi bien en Allemagne qu’en France[1]. Le but de ce court article n’est pas de proposer une bibliographie exhaustive, mais simplement de tracer les contours de ce sujet de recherche.

  1. Anna Fischer-Dückelmann, femme-médecin qui écrit pour les femmes

Née en 1856 en Galice, Anna Fischer-Dückelmann a entrepris des études de médecine à Zurich à 34 ans. A cette époque, elle ne pouvait pas étudier en Allemagne, les études de médecine n’étant alors pas autorisées pour les femmes. Les raisons avancées à cette interdiction sont d’ordre pseudo-scientifiques (les capacités intelectuelles et physiques des femmes ne pourraient pas supporter des études aussi longues et aussi difficiles) et morales (l’étude du corps, de l’anatomie ne conviendrait pas à la pudeur « naturelle » des femmes). Descendante d’une lignée de médecins du côté paternel et maternel, Anna Fischer-Dückelmann poursuit donc sa vocation en Suisse, tout en ayant la charge de trois enfants en bas âge. En 1895, après avoir soutenu une thèse sur la fièvre puerpérale, elle obtient un titre de médecin qu’elle ne peut pas faire valoir en Allemagne où elle exerce donc une forme de médecine naturelle, à la fois par conviction, mais également parce que cela s’avère une « niche » lui permettant d’exercer la médecine.

Elle travaille dans un premier temps dans l’établissement du célèbre docteur Friedrich Eduard Bilz où elle se forme également au massage thérapeutique. Ce médecin avait publié Das Neue Naturheilverfahren (Le nouveau traitement par la naturopathie) qui a été vendu à 3,5 millions d’exemplaires, a connu 18 éditions entre 1888 et 1900[2] et qui a probablement servi de modèle au livre principal d’Anna Fischer-Dückelmann. Puis, elle ouvre un cabinet à Dresde, en Saxe, centre allemand de la médecine naturelle, où elle achète une maison bourgeoise (Artushof) dans un quartier prisé.

Parallèlement, alors qu’elle avait déjà prouvé ses qualités d’autrice via des brochures sur les vêtements féminins et la cuisine végétarienne, elle publie plusieurs ouvrages conséquents destinés aux femmes, dont un sur la vie sexuelle (Das Geschlechtsleben des Weibes, 1900) et l’autre sur la médecine domestique (Die Frau als Hausärtzin, 1901). Ses ouvrages obtiennent un grand succès. Les journaux berlinois en font la réclame en vantant leur justesse et leur simplicité.

  1. Die Frau als Hausärztin

C’est cet ouvrage qui a retenu mon attention et que je prévoie d’étudier en détails. Il comporte 875 pages dans son édition de 1902, la 2e édition augmentée[3] parmi lesquelles se trouvent des planches de dessins et de photographies de bonne qualité. L’édition de 1911 est numérisée ici. Ce livre a été réédité jusque dans les années 1980 en Allemagne tandis que le contenu était adapté aux avancées scientifiques (notamment en ce qui concerne la vaccination des enfants) mais aussi au goût du jour[4].

Couverture de l’édition de 1902 et 1905, WikiCommons

Une première partie vise à donner des informations sur l’anatomie du corps humain ainsi que des soins spécifiques à apporter au corps féminin pour lui permettre une santé et une beauté optimales (les deux allant de paires dans le système de pensée de la Réforme de la vie en général et d’Anna Fischer-Dückelmann en particulier). Une deuxième partie liste par ordre alphabétique divers maux qui peuvent l’accabler et propose des remèdes naturels. Une dernière partie d’environ 200 pages décrit par le menu tout ce qui touche à la grossesse, à l’accouchement et aux soins des enfants.

Les sujets abordés sont variés mais ont comme point commun de faire partie de la réflexion hygiéniste engagée par la Réforme de la vie. Ainsi, les méfaits de l’alcoolisme sont soulignés à l’aide d’illustrations représentatives de la dégénérescence du corps qu’il engendre. Elle souligne également les problèmes sanitaires et sociaux qu’entraine la consommation excessive de viande ainsi que le mode de vie sédentaire des bourgeois. Dans la partie sur l’éducation des enfants, elle encourage l’alimentation végétarienne, la motricité libre, les exercices physiques en plein air.

L’autrice est également résolument féministe : ses combats pour une autonomie des femmes en matière de santé se situent dans la continuité des revendications féministes de son époque. Elle se prononce ainsi contre le corset qui déforme les corps et le rend infirme. Elle propose des sous-vêtements qui permettent aux femmes d’être plus libres de leurs mouvements, milite en faveur de la robe réformée (Reformkleid) et de tenues de sport féminines.

Déformation du corps induites par le corset (édition de 1911) Wikicommons

Reformkleid, édition de 1911 (image déjà présente dans l’édition de 1902) Wikicommons

Elle s’exprime en faveur du sport féminin qu’elle considère bien plus à même de corriger certains défauts corporels et de renforcer le corps des femmes rendu plus faible que celui des hommes par des choix de société et non pas par nature. Elle définit ainsi précisément les sports les plus adaptés aux femmes, avec des choix parfois surprenants pour son époque, puisqu’elle conseille non pas la pratique de la danse, qu’elle ne juge pas saine, puisque pratiquée en intérieure, mais plutôt l’aviron, le patin à glace et la gymnastique à l’aide d’appareils de musculation.

Okklusiv-Pessar, Dr. Mensiga (illustration qui se trouve dans l’édition de 1902)

 

 

Anna Fischer-Dückelmann avance que les naissances devraient être limitées si un couple ne peut pas prendre en charge un grand nombre d’enfants et afin d’épargner le corps des femmes épuisés par les grossesses rapprochées. À cet effet, elle entreprend un inventaire précis des moyens de contraceptions à disposition des femmes assorti d’illustrations et de modes d’emploi (on y voit la manière de poser un diaphragme, une éponge. Ce chapitre ainsi que ceux qui se prononcent en faveur des bains d’air et de soleil (donc du naturisme) et ceux qui décrivent l’appareil génital féminin et la reproduction humaine ont valu des critiques acerbes des milieux catholiques envers l’ouvrage. Anna Fischer-Dückelmann, si elle donne des moyens fiables d’éviter des grossesses à ses lectrices, les met cependant en garde : le fait de pouvoir éviter des grossesses risquerait selon elle d’asservir les femmes à la sexualité masculine.

 

 

 

[1] Le spécialiste germanophone des écrits d’Anna Fischer-Dückelmann est le médecin P. Bochmann, Frauen in der Naturheilkunde: Anna Fischer-Dückelmann und Klara Muche. ihre Lebenswege, medizinischen und insbesondere frauenheilkundlichen Auffassungen, Verlag Dr. Kovac, Hamburg 2018. On peut également consulter avec profit sur la Réforme de la vie en général: M. Hau, The Cult of Health and Beauty in Germany: A Social History, 1890-1930, University of Chicago Press, 2003, E. Barlösius, Naturgemässe Lebensführung. Zur Geschichte der Lebensreform um die Jahrhundertswende, Campus Verlag, Frankfurt am Main, New York 1997 et en France: M. Cluet – C. Repussard (éd.), « Lebensreform ». Die soziale Dynamik der politischen Ohnmacht. La dynamique sociale de l’impuissance politique, Francke Verlag, Tübingen 2013. On pourra également écouter l’émission sur Monte Verità sur France Culture : P. Kevran – M. Cluet, Monte Veritá, une réforme de la vie sur la montagne, (2/1/2018) [https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/4-experiences-de-retour-a-la-nature-24-monte-verita-une-reforme-de-la-vie-sur-la-montagne], consulté le 24/12/2020

[2] Bernd Wedemeyer-Kolwe, Aufbruch. Die Lebensreform in Deutschland, Darmstadt, Philipp von Zabern, 2017, p. 88.

[3] La première date de 1901.

[4] On notera qu’il y a eu un changement majeur sous le IIIe Reich avec l’ajout d’un chapitre sur l’hygiène raciale. Voir D. Oels, Ein Bestseller der Selbstsorge Der Ratgeber „Die Frau als Hausärztin“, «Zeithistorische Forschungen/Studies in Contemporary History,», 10 (2013).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search