Réformer les vêtements féminins. Contributions d’Anna Fischer-Dückelmann

Dans la première partie du livre d’Anna Fischer-Dückelmann sur les pratiques de santé, elle consacre un chapitre à l’habillement du corps féminin, à l’organisation de l’appartement et à l’aménagement du lit. Je me suis intéressée à ses propositions sur la réforme des vêtements féminins qui se placent dans une réflexion plus large à cette époque puisqu’il existe des ligues pour la réforme des vêtements des femmes, des expositions de mode moderne qui défendent les mêmes principes de libération du corps. Ces mouvements existent dans toute l’Europe – même en France, ce qui suscite la surprise de certains journalistes puisque les stéréotypes sur les Françaises font état d’un soucis d’élégance et de toilettes extravagantes qui ne correspondent pas aux principes des réformes vestimentaires[1] – ainsi qu’aux États-Unis à la même période.

La bataille contre le corset

Anna Fischer-Dückelmann, comme beaucoup d’adeptes de la Réforme de la vie, critique longuement le corset qui semble la cause de beaucoup de maux corporels féminins[2]. Elle s’élève en particulier contre l’habitude de faire porte des corsets à des jeunes filles de 12 ou 14 ans dans le but de former leur corps à des normes corporelles dangereuses. En effet, le corset serait à l’origine de déformations graves. Elle modère cependant son propos dans la mesure où tous les corsets ne se valent pas et toutes les manières de porter le corset ne seraient pas toutes préjudiciables. En effet, elle déplore la mode des corsets trop serrés, destinés à donner une taille de guêpe (Wespentaille) à celles qui les portent. Ils infligeraient des dommages considérables à l’estomac et au foie. Elle ajoute que porter un corset de manière constante depuis le plus jeune âge peut entraîner des déformations de l’utérus jusqu’à rendre les jeunes filles stériles. En évoquant des problèmes de fertilité, elle s’assure de l’attention de ses lectrices bourgeoises et citadines de qui ont attend principalement une descendance nombreuse et en bonne santé.

Afin d’ajouter du poids à ces considérations médicales détaillées à l’aide d’illustrations anatomiques, Anna Fischer-Dückelmann fait appel au vécu de ses lectrices et explique leurs éventuelles faiblesses corporelles par un port excessif et prolongé d’un corset inadapté. Elle souligne que les moqueries des hommes quant au manque d’adresse ou d’endurance des femmes ne sont pas à attribuer à une faiblesse imaginaire du sexe féminin, mais bien aux vêtements que la société leur fait porter.

Si les femmes ne se plaignent pas constamment de douleurs au niveau de la poitrine et du ventre et si elles acceptent facilement de porter ces « carapaces » (« Panzer »), c’est, selon Anna Fischer-Dückelmann, parce qu’on s’habitue bien à ne plus ressentir la pression du corset sur la cage thoracique. Pour elle, la preuve que les corsets compressent le corps de manière excessive réside dans les marques rouges que l’on peut observer aux points de pression lorsque le corset est retiré. Dans une optique d’instruction, elle en profite pour expliquer à ses lectrices l’importance de la circulation du sang et du système lymphatique pour bénéficier d’une bonne santé. Cette compression du corps, si elle est extrême et continue, peut devenir insupportable et explique les évanouissements plus courants chez les femmes que chez les hommes[3]. Encore une fois, elle démonte l’idée reçue selon laquelle les femmes seraient physiquement plus faibles que les hommes et d’après laquelle on déduit, à cette époque – comme dans les époques antérieures – une infériorité sociale et juridique de la population féminine.

Cependant Anna Fischer-Dückelmann affirme que les dommages infligés par le corset peuvent être contrecarrés par un corps suffisamment solide et musclé, capable d’endurer les fortes pressions et par de longues plages horaires dans la journée et dans la nuit pendant lesquelles les femmes ne portent pas de corset. Elle cite l’exemple des robustes femmes de la campagne qui travaillent au champ sans corset et ne le portent que lors des grandes occasions, ce qui n’a pas pour effet de déformer leur corps. Pour l’autrice, le problème du corset concerne donc surtout les jeunes citadines affaiblies par la vie dans les métropoles dont l’air est vicié et dont le corps n’est pas capable de supporter d’être ainsi compressé[4]. En effet, les femmes des villes ne savent pas respirer correctement, elles n’utilisent pas entièrement leurs capacités pulmonaires et arrêtent par moment tout bonnement de respirer. Pour Anna Fischer-Dückelmann, comme pour bon nombre de tenants de la Réforme de la vie, c’est l’origine de la plupart de leurs problèmes de santé. Elle propose de faire des exercices de respiration (Lungengymnastik) sans corset afin de leur faire ressentir les entraves que provoque cette accessoire de mode au quotidien.

Pour appuyer son propos, Anna Fischer-Dückelmann inclue dans son ouvrage une digression sur les modes passées qui est assez divertissante pour les lectrices de par ses jolies illustrations et vise à enrichir leur culture générale. Cette partie a également pour objectif d’appuyer l’argumentation de l’autrice en démontrant l’absurdité et la lourdeur de certaines tenues et en valorisant la mode antique. Elle permet de situer les problèmes liés au corset à la fin du XVIIe siècles.

Pour terminer, Anna Fischer-Dückelmann a bien conscience des obstacles dans sa lutte contre le corset. Elle reconnaît les avantages esthétiques de cet accessoire et affirme comprendre les femmes qui font le choix de le porter puisqu’il fait ressortir les attraits féminins que sont les seins et les fesses, garants, dans cette société, d’une fertilité satisfaisante. Elle écrit cependant : « tant que nous nous efforcerons d’apparaître comme des créatures sexuées, il ne faudra pas nous étonner de ne pas être considérées par l’homme comme ayant une quelconque valeur intellectuelle mais d’être évaluées en fonction de nos avantages physiques »[5].

 

Principes pour la création de vêtements réformés

Anna Fischer-Dückelmann énonce une série de principes qui doivent présider à l’introduction et à la création de vêtements réformés. On notera que ces principes sont assortis de conseils pratiques pour ajuster certains vêtements et de recommandations de commerçants à même de vendre les produits recherchés, comme Schönherr à Cologne (commerce de lin), Heinrich, dans la Grunaerstrasse, à Dresde ou encore Mme Fleischer-Griebel qui vend la Juno-Gürtel à Berlin[6].

  • Rechercher le « naturel »

Elle critique les modes passées en évoquant l’amoncellement de couches de vêtements sans aucune réflexion sur leur praticité ou sur son effet sur les corps, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Ce sont des modes absurdes (« unsinnige Moden ») qui entraînent la mauvaise santé chronique des femmes. Dans la perspective d’améliorer la santé publique, elle soutient un mouvement pour la réforme des vêtements féminins qu’elle décrit comme inédit, inimaginable vint ans auparavant.

Le premier principe qui régit la création de ces vêtements et l’évaluation de leurs effets sur la santé des femmes est leur caractère « naturel ». Cela signifie qu’ils ne doivent pas entraver ou contraindre le corps au point de lui faire prendre une posture « non-naturelle » qui entrainerait des conséquences néfastes. Ainsi, elle propose des soutiens-gorge qui peuvent apporter un soutien confortable aux poitrines opulentes sans pour autant être aussi serrés que les corsets.  Anna Fischer-Dückelmann précise cependant qu’une bonne éducation physique assortie à une bonne posture et un corps mince (qu’elle voit comme l’expression de la bonne santé) rendent l’utilisation d’un soutien-gorge inutile. En effet, si celui-ci n’est pas nécessaire pour des raisons de confort ou de problèmes corporels, il vaut mieux l’éviter car il tient chaud et gêne lors des bains de soleil. Par ailleurs, les soutiens-gorge contribueraient à déformer les seins et à leur faire perdre leur fermeté, donc seraient à fuir si possible, notamment chez les plus jeunes.

  • Libérer le mouvement

Les vêtements réformés visent à libérer les mouvements des femmes. Dans son argumentation contre le corset, l’autrice a déjà souligné que les vêtements des femmes du début du XXe siècle étaient responsables de leurs faibles capacités physiques et de leur maladresse. Les vêtements réformés visent à réparer cela. Leur côté pratique est particulièrement mis en avant. Ainsi elle décrit par exemple une sorte de culotte fermée particulièrement adaptée à la pratique du vélo[7]

Elle montre des exemples de tenues de gymnastique légères et amples. 

Il s’agit d’encourager les femmes à se déplacer de manière autonome et à pratiquer des sports variés, ce que ne permet pas la mode de son époque : en effet, les longues jupes étroites entravent les femmes au quotidien. En trainant par terre, elles ne font qu’amasser de la poussière (« Staubfänger »). Anna Fischer-Dückelmann affirme qu’une fois qu’on a goûté au plaisir de porter un costume de bain et de pratiquer le naturisme, il est tout simplement impossible de supporter la lourdeur de la jupe et des jupons[8].

  • Favoriser la bonne santé

Le fait de porter des tenues réformées devrait donc, on l’a compris, libérer les femmes et favoriser leur bonne santé. Certaines pièces permettraient même d’améliorer la posture des femmes, comme la ceinture de Junon (Junogürtel). Il s’agit d’une ceinture orthopédique qui permet de soutenir les ventres en cas de muscles affaiblis ou distendus et de descente d’organes, sans pour autant avoir les inconvénients du corset.

Cette réflexion autour de la santé par l’habillement comporte tout un volet sur les matériaux les plus appropriés pour confectionner des vêtements adaptés. Ainsi, Anna Fischer-Dückelmann préconise surtout l’usage du coton qui est léger, permet à la peau de respirer (encore un précepte très important au sein de la Réforme de la vie), est facile d’entretien et provoque peu d’irritations de la peau. Le lin semble également conseillé par l’autrice pour des raisons analogues.

Toujours dans l’idée de favoriser le bien-être physique, mais aussi psychique, des lectrices, Anna Fischer-Dückelmann s’attarde sur le choix des couleurs des vêtements. Dans une logique qui évoque la chromathérapie, elle considère ainsi que se vêtir de noir n’est pas adapté puisque ce serait une couleur qui rend particulièrement nerveux. En cela, elle considère que la mode masculine n’est pas vraiment bénéfique non plus à la santé des hommes, presque exclusivement vêtus de noir[9].

Les chaussures sont aussi un point d’attention de l’autrice. Elle critique la mode des chaussures étroites qui compriment les pieds. Elle écrit ainsi : « le pied ne doit ni sentir mauvais, ni transpirer, ne pas montrer d’excroissances ou d’infirmité, il doit être « appétissant » et beau comme la main »[10]. Comme elle a déjà conseillé aux parents de laisser les filles libres de leurs mouvements, sans corset, elle recommande également de laisser les enfants marcher pieds nus afin que leurs pieds grandissent conformément à la « nature ». Quand c’est nécessaire, elle conseille de porter des chaussures légères et respirantes ; l’idéal serait, selon elle, de porter des sandales à la maison et de se laver les pieds très souvent. En cela, elle se rapproche de l’idéal de l’abbé Sebastian Kneipp qui promouvait en 1891 la marche pieds nus ou en sandales (les « sandales Kneipp » existent encore aujourd’hui) Kneippsandalen, Kneippmuseum

 

Inspirations grecques et romaines

Pour les sandales, comme pour la robe et les sous-vêtements, c’est l’Antiquité grecque et romaine qui se présente comme la référence[11]. Ainsi, Anna Fischer-Dückelmann recommande les robes plissées qui tombent parfaitement sur le corps en mettant en valeur ses atouts, dissimulant les imperfections et permettant une grande liberté de mouvement. La jupe doit être ample, être fixée aux épaules et non pas à la taille. Le modèle antique est visible également dans les illustrations de l’ouvrage puisqu’on peut voir le modèle d’un corps sain sous l’apparence de la Vénus de Milo. 

Si l’Antiquité est la référence, la base du vêtement réformé, les femmes peuvent ensuite adapter leur tenue en fonction du temps qu’il fait, de l’occasion, de leurs besoins et de leur goût[12]. Il ne s’agit pas en effet de revenir à la mode antique, de faire revivre l’Antiquité, ou d’un retour en arrière, mais de retrouver des bases saines pour adopter une nouvelle façon de vivre. 

 

Que la femme reste une femme

Pour terminer, Anna Fischer-Dückelmann refuse une uniformisation des sexes dans la mode moderne. En cela, elle se défend probablement de critiques énoncées à l’encontre des vêtements réformés que l’on a pu qualifier de tristes et peu engageants. Elle écrit ainsi « L’idée que les hommes et les femmes, les jeunes et les vieux, tous sans exception devraient porter des pantalons foncés est certainement peu séduisante ; en effet,  la conséquence regrettable de cela en serait un certain appauvrissement des apparences en raison de la monotonie des formes et des couleurs et de l’accent porté sur le côté pratique et d’une austérité de l’allure et des vêtements devenue générale »[13].

Si Anna Fischer-Dückelmann est contre le fait d’étendre la mode masculine aux femmes, c’est aussi parce qu’elle la trouve particulièrement laide et non-hygiénique pour les femmes – il faut en effet que l’air puisse circuler sous les jupes. Ainsi, elle ne recommande pas aux femmes de porter un pantalon étroit. Pour elle, les femmes doivent porter des robes ou des jupes ou des pantalons amples pour les activités sportives.

 

Pour conclure, la mode apparaît bien pour la docteure en médecine Anna Fischer-Dückelmann comme une préoccupation sanitaire. En modifiant les choix vestimentaires des femmes, il serait selon elle possible d’améliorer leur santé puisque l’on pourrait éviter des déformations graves portant préjudice à leur propre corps et à celui de leurs enfants, il serait également possible d’améliorer leur condition physique et d’éviter des maladies qu’Anna Fischer-Dückelmann attribue à la vie dans les grandes villes et directement liées à la modernité. Par ailleurs, la réforme des vêtements est également un enjeu féministe puisqu’elle permettrait aux femmes de s’émanciper, de sortir de leur condition de femmes enfermées chez elles et dans des vêtements contraignants.

[1] Bozner Nachrichten, 23/09/1904

[2] À noter que les débats autour du corset et du corps rigide datent du milieu du XVIIIe siècle et ne sont donc pas nouveaux. Cependant les médecins de cette époque ne militaient pas pour la disparition de ces accessoires vestimentaires, mais plutôt pour leur assouplissement. Anna Fischer-Dückelmann, quant à elle, semble plutôt pencher en faveur de leur abolissement, même si son discours reste mesuré et nuancé par endroits. V. le mémoire de master 2 de Laurie Barao, Corps et corsets du milieu du XVIIIe à la fin des années 1820, soutenu en 2019 sous la direction de Natacha Coquery (Lyon 2) : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02335125/document.

[3] Anna Fischer-Dückelmann, Die Frau als Hausärztin, 1902, 135.

[4] Idem, p. 137.

[5] « So lange wir uns immer noch bemühen, als Geschlechtswesen hervorzutreten, dürfen wir uns nicht wundern, vom Manne in erster Linier nicht nach unserem geistigen Wert, sondern nach unseren körperlichen Vorzügen gemessen zu werden », idem, p. 152.

[6] Il y a tout un commerce qui gravite autour des pratiques de la Réforme de la vie, des vêtements réformés aux aliments spécifiquement végétariens. Cela a été en partie étudié par Florentine Fritzen  Gesünder leben. Die Lebensreformbewegung im 20. Jahrhundert, Franz Steiner Verlag: Stuttgart 2006.

 

[7] A. Fischer-Dückelmann, Die Frau, p. 155.

[8] Idem, p. 131.

[9] Idem, p. 146.

[10] « Der Fuss muss geruchlos sein, schweissfrei, ohne auswüchse und Verkrüppelungen, „appetitlich“ und schön wie die Hand », idem, p. 148.

[11] Voir aussi à ce sujet : Michael Hau, The Cult of Health and Beauty in Germany : A Social History, 1890-1930, University of Chicago Press, Chicago et Londres, 2003.

[12] Idem, p. 158.

[13] « die Vorstellung, dass Männer und Frauen, alte und junge Menschen ausnahmslos in dunkelfarbige Beinkleider gesteckt werden solle, hat sicherlich nicht viel Anziehendes ; ja, eine gewisse Verarmung in den äußeren Lebenserscheinungen würde durch Eintönigkeit in Form und Farbe und durch eine allzu starke Betonung der praktischen Zwecke, sowie der allgemein gewordenen Nüchternheit in Stimmung und Kleidung die beklagenswerte Folge sein. Diese Richtung soll unser Buch keineswegs bestärken! », idem, p. 133.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search