Quelques réflexions sur la pudeur, le regard et le genre à l’époque moderne

Adam und Eva - Lukas Cranach der Ältere, 1531

Adam und Eva – Lukas Cranach der Ältere, 1531 (WikiCommons)

Le précédent billet sur Christoph Völter et son refus de regarder la parturiente ainsi que la réception dudit billet ont suscité chez moi un certain nombre de questions. Est-ce que les femmes considéraient les médecins comme des hommes comme les autres, i.e. devant qui il ne fallait pas se dévêtir ? Les médecins voyaient-ils le corps de leur patiente comme celui d’une femme donc qui pouvait être séduisant, tentateur ? Völter, l’accoucheur à tâtons, est-il vraiment un cas isolé ? Est-ce que réellement une femme de l’époque moderne pouvait ressentir une pudeur telle que le bon déroulement de l’accouchement en serait perturbé ?

Le nez dans mes archives, je n’avais pas réalisé à quel point ce sujet est actuel, à quel point il pouvait faire écho à des histoires personnelles du XXIe siècle qui pourraient peut-être fausser la compréhension des motivations de Völter. Voici les quelques réflexions qui ont suivi mes interrogations et qui pourront aider à se replacer dans le contexte de l’époque.

  •  La pudeur, un phénomène historique

Sur la question de la pudeur en général, l’ouvrage de N. Elias qui a travaillé sur la société de cour en France est incontournable[1]. Pour lui, la pudeur, marqueur du processus de civilisation de la société occidentale, est un sentiment qui est apparu avec la naissance de l’intime et la prise de conscience du corps. Il a été durement critiqué par Hans-Peter Dürr[2] qui affirme entre autres que la pudeur n’a rien à voir avec une quelconque évolution vers la civilisation, preuve en serait le grand succès du naturisme depuis une cinquantaine d’années.

Je me suis replongée dans les ouvrages de J-C Bologne[3] à la recherche d’informations plus complètes sur la pudeur féminine aux XVIe et XVIIe siècles. Certes, les deux ouvrages ne traitent pas de l’Allemagne mais envisagent parfois la pudeur dans un cadre européen et certaines remarques générales font écho à ce que j’ai pu lire dans mes sources. Cependant force est de constater que pour les deux siècles qui m’intéressent, la récolte d’informations s’est révélée assez décevante, notamment dès que l’on aborde ce que Bologne appelle les « pudeurs médicales[4] », c’est-à-dire la pudeur que pourrait ressentir le médecin et le/la patient.e dans le cadre d’une relation de soin.

De ces ouvrages, comme de mes sources, il ressort que la pudeur, loin d’être naturelle, est un phénomène historique (j’entends par là que les raisons de la pudeur et ses formes varient en fonction de l’époque à laquelle on les observe), que ce sentiment ne concerne pas les hommes et les femmes de la même façon au cours des siècles, et principalement pendant la période qui m’intéresse.

  • La pudeur dans les sources des XVIe et XVIIe siècles : la nature forcée

Dans les documents du for intérieur (mémoires, autobiographies, lettres, v. celles des Paumgartner), j’ai rarement vu une évocation de la pudeur. On peut en trouver un exemple peut-être unique (?) dans les mémoires de Thomas Platter[5]. Ce dernier vient de se marier et n’ose pas consommer le mariage car lui et sa femme seraient trop pudiques pour aborder cette question et parce qu’ils ne sauraient pas comment s’y prendre. La lecture de ce passage des mémoires de Thomas Platter peut prêter à sourire, tant la naïveté des époux semble improbable. Le récit de Thomas Platter est en fait très sérieux. C’est une réécriture libre et transposée dans la région de Bâle de l’histoire biblique de Tobie et Sarah, jeunes époux contraints de faire preuve d’abstinence pendant les trois jours qui suivirent leurs noces afin d’éviter qu’un démon n’assassine le marié. Prenant exemple sur le couple de l’Ancien Testament, les Platter sont présentés aux générations futures à qui les mémoires sont destinées comme des personnes particulièrement pieuses et chastes (puisque peu au fait des pratiques sexuelles). La pudeur apparaît donc comme une norme positive, mise en avant lorsqu’il s’agit de faire un portrait laudatif.

Rien d’étonnant à cela puisque toutes les sources normatives de l’époque moderne valorise la pudeur, la présentant à la fois et de manière assez paradoxale comme une vertu naturelle aux femmes et comme le fruit d’une bonne éducation. Au Moyen Âge la notion de pudeur se confond avec celle de honte : la honte que l’on pouvait ressentir à être nu était expliquée par le Péché Originel. L’homme et la femme devaient donc se couvrir, comme Adam et Eve. Mais la nudité était vraisemblablement moins problématique au Moyen Âge. Bologne note qu’à cette époque la nudité est courante (au bain, au lit…), même si dévoiler certaines parties du corps au sexe opposé peut être à l’origine des tentations ou d’un certain dégoût[6].

A l’époque moderne, le rapport à la nudité évolue : tout le bas du corps (principalement féminin) doit être dissimulé parce qu’il est le siège de désir sexuel et des besoins biologiques[7]. De manière générale, le corps nu évoque la pulsion sexuelle qu’il faudrait réprimer (il est fortement déconseiller de dormir nu.e par exemple). Tout ce qui s’échappe inexorablement du corps – principalement féminin – (excréments, urine, pets, sans parler des menstrues) est considéré avec écœurement[8]. La pudeur est alors envisagée sous le signe de la maîtrise de son propre corps.

Comment comprendre cette injonction paradoxale qu’est la pudeur ? En réalité, dans tous les écrits de l’Europe de l’époque moderne, la pudeur s’avère naturalisée, plus que naturelle. Selon des auteurs comme Aegidius Albertinus, conseiller catholique à la cour de Bavière, la pudeur serait ainsi une manifestation naturelle chez la femme, être pudique par essence, tout en devant faire l’objet d’une éducation particulière si elle devait ne pas être évidente[9].

Encore une nouveauté de l’époque moderne : la pudeur devient une vertu spécifiquement féminine qui va bien au-delà du simple fait de couvrir son corps et ses attraits en public. Il s’agit pour elles non seulement de dissimuler leur corps, mais aussi d’adopter un mode de vie chaste et de contrôler leurs pensées. Ainsi la femme pudique rougira de propos inconvenants tenus en sa présence. La pudeur fait partie de l’habitus des femmes honnêtes de l’époque moderne. Elle joue un rôle essentiel dans la différenciation (polarisation) de sexes (et des genres) à l’époque moderne. Les hommes peuvent faire montre de leur virilité par des braguettes démesurées sans que cela choque autant les moralistes qu’un décolleté. Ce qui heurte la pudeur, ce n’est pas le fait que les hommes se dénudent, mais plutôt que des femmes puissent les voir.  On ne s’attend donc pas des hommes qu’ils ressentent de la pudeur tandis que les femmes devraient détourner pudiquement les yeux.

  •  La pudeur dans le monde médical : une question de regard

La question du regard, des yeux impudiques, de la concupiscence que la vue peut engendrer est centrale dans les sources germaniques de l’époque moderne. On pourrait ajouter que c’est le regard du sexe opposé qui pose problème. La pudeur ne semble pas exister à l’époque moderne dans une communauté de femmes, mais plutôt dans la relation entre les sexes. La question de la pudeur dans le cadre de l’accouchement ne se pose à l’époque moderne que lorsque les hommes sont amenés à examiner des  endroits du corps féminin habituellement parfaitement dissimulés.

La question de la pudeur dans le contexte médical est débattue depuis l’Antiquité par les médecins qui pestent contre le malaise des patientes néfaste au bon déroulement de l’examen et du traitement[10]. C’est pour cette raison que les touchers vaginaux sont ainsi exclusivement pratiqués par la patiente elle-même, par sa mère, une amie, une nourrice ou une sage-femme à cette époque et jusqu’au XVIIe siècle, au moins[11].

Les moralistes ne se sont pas intéressés à la relation particulière entre le regard du médecin et le corps (dénudé) de la patiente alors que les médecins en font parfois état et que les patientes rapportent un sentiment de gêne. Cela n’empêche pas les médecins de se préoccuper de morale : au XVIe siècle, en France, ils contribuent à faire fermer les étuves et à contrôler les pratiques sexuelles[12]. En territoire germanique, ils tentent de faire adopter aux femmes un comportement moral en le justifiant par des arguments médicaux[13]. Au XVIIIe siècle, en France, des médecins commencent à s’insurger contre les accoucheurs qui seraient des êtres lascifs heurtant la pudeur des accouchées[14]. Le Français Jacques-Pierre Maygrier propose en 1822 d’examiner les femmes sous leur robe[15].

Le grand problème semble ainsi résider dans le fait de devoir regarder le corps nu. Le regard lui-même est, depuis le Moyen Âge considéré comme un lieu de concupiscence. Bologne écrit ainsi : « dans la mentalité antique et médiévale, l’œil est actif. Pour l’amoureux, c’est l’hameçon du regard qui va pécher le cœur de sa proie. Le sorcier croit à la fascination ; le médecin à la transmission d’esprits animaux ; le chroniqueur à l’empoisonnement par le regard[16]. » Le regard fait prendre conscience de la nudité et rend l’homme pécheur à cause de la femme dévêtue[17], lui conférant un statut de voyeur.  De plus, si cette situation était considérée comme dangereuse pour l’âme masculine, on craignait qu’elle fût fatale pour la parturiente, qui pourrait succomber à un accouchement difficile si par pudeur, elle refusait de suivre les consignes du médecin ou si elle cédait à la panique de devoir se dénuder devant un homme.

Est-ce que la pudeur pouvait conduire à une telle fin ? Je n’ai pas lu de procès-verbaux faisant état de ce genre de chose. Mais on ne peut comprendre pourquoi cette question se pose que si l’on a bien saisi l’importance pour une femme des XVIe et XVIIe siècle d’être pudique. L’impudence peut avoir de graves conséquences (la mise à nu partielle ou totale était d’ailleurs une peine infâmante encore pratiquée çà et là pendant la Première Modernité). Les femmes qui montreraient volontairement leurs parties intimes, leur sexe ou leur poitrine, risqueraient de perdre leur honneur, ce dernier étant étroitement lié au corps. Cela peut entrainer, une exclusion de la communauté, l’impossibilité de trouver un emploi, l’abandon de la famille, des amis ou des proches pourtant indispensables à la survie dans la société de l’époque moderne.

 

Alors que penser de l’ouvrage de Völter ? 1) Le médecin accoucheur est un pionnier de la pudeur masculine qui sera de plus en plus répandue à partir du XIXe siècle, puisqu’il affirme vouloir cacher les parties honteuses de la parturiente afin d’épargner son imagination et de limiter sa gêne – et celles des jeunes garçons qui pourraient assister à l’accouchement. Par ailleurs, il devance bien les reproches de lascivité que pourraient lui faire des maris jaloux ou d’autres médecins à une époque où le métier d’accoucheur est encore peu répandu.

2) Völter semble considérer que la pudeur est une donnée universelle à toutes les femmes, comme les œuvres moralistes de son temps le suggèrent. Il apparaît comme un précurseur dans la dissimulation du corps féminin dans la médecine obstétrique qui sera pratiquée pendant tout le XIXe et le début du XXe siècle. En cela, il semble faire montre d’un respect du corps féminin ou du moins de la pudeur féminine qui n’est pas partagé par tous ses confrères.

3) Mais il me semble qu’il contribue également à répandre cette discipline du corps que la pudeur impose aux femmes. Je me rends compte que c’est ce qui m’a vraiment surprise la première fois que j’ai lu son ouvrage et surtout vu l’image que je ne peux malheureusement pas reproduire ici. Elle me semblait participer de cette « disciplinarisation » du corps féminin observée par ailleurs dans les sources luthériennes et catholiques (sermons, traités d’éducation, essais sur le mariage, sur le veuvage).  Il s’agissait en effet de mettre le corps sous contrôle  en  engageant la femme à se maîtriser. Pour l’y « aider » les hommes (autorités religieuses, civiles, médicales) usaient de moyens éducatifs mais aussi répressifs.

Ce médecin imprégné de la culture de son époque pense bien faire en prenant en compte sa pudeur et celle de ses patientes. Mais ce faisant, on peut considérer qu’il dépossède les femmes de leur corps à une époque où le contrôle auquel elles sont soumises se durcit. Elles ne sont plus en mesure de prendre des décisions les concernant directement comme la position qui leur conviendrait le mieux pour accoucher, ou encore le besoin (ou pas) de se cacher aux yeux des autres. Völter apparaît comme une instance décisionnaire vis-à-vis du corps féminin et c’est ce qui est nouveau. Les médecins accoucheurs font leur entrée dans la vie des femmes, pour leur bien, parfois, mais pas toujours.


[1] Norbert Elias, Über den Prozess der Zivilisation. Soziogenetische und psychogenetische Untersuchungen. Band 1 : Wandlungen des Verhaltens in den weltlichen Oberschichten des Abendlandes, 4. Auflage, Frankfurt am Main : Suhrkamp, 1997 (1e : 1939) (Trad française La Civilisation des Moeurs par Pierre Kamnitzer, Paris : Calmann-Levy, 1991).

[2] Hans-Peter Duerr, Der Mythos vom Zivilisationsprozeß, Band 1 : Nackheit und Scham, Frankfurt am Main : Suhrkamp 1988, (trad. Française : Nudité et pudeur. Le mythe du processus de civilisation, Paris : Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1998); Band 2 : Intimität, Frankfurt am Main : Suhrkamp, 1990; Band 3 : Obzönität und Gewalt, Frankfurt am Main : Suhrkamp, 1993; Band 4 : Der erotische Leib, Frankfurt am Main : Suhrkamp 1997; Band 5 : Die Tatsachen des Lebens, Frankfurt am Main : Suhrkamp, 2002.

[3] Jean-Claude Bologne, Histoire de la pudeur, Paris : Seuil, 1986 et Pudeurs féminines. Voilées, dévoilées, révélées, Paris : Seuil 2010.

[4] Bologne, Histoire, p. 104.

[5] B. Kuhn / P. Tschudin, (Hrsg.), Thomas Platter. Lebenserinnerungen, Basel 1999, p. 86.

[6] Bologne, Pudeurs, p. 108.

[7] Bologne, Pudeurs, p. 159.

[8] Ibidem, p. 176.

[9] Aegidius Albertinus, Hortulus Muliebris Quadripartitus, Das ist Weiblicher Lustgarten, in vier vnterschiedene Theil abgetheilet, Leipzig, 1611.

[10] Bologne, Pudeurs, p. 95.

[11] Ibidem.

[12] Bologne, Histoire, p. 123.

[13] Jacob Ruff, par exemple, essaie de convaincre les femmes enceintes de ne plus pratiquer de danses inconvenantes (Das Hebammenbuch, Franckfurt am Mayn 1563, réédition de Grünwald : Kölbl, 1964)

[14] Philippe Hecquet, De l’indécence aux hommes d’accoucher des femmes, 1708. Cité par Bologne, Histoire, p. 134.

[15] Jacques-Pierre Maygrier, Démonstrations d’accouchement, 1822, cité par Bologne, Histoire, p. 134.

[16] Ibidem, p. 103.

[17] Bologne, Histoire, p. 85.

pour citer cet article: Stéphanie Chapuis-Després, "Quelques réflexions sur la pudeur, le regard et le genre à l’époque moderne", Prendre corps, 22/01/2015, https://corpsgir.hypotheses.org/66.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Incarnare dit :

    Merci pour ces réflexions intéressantes, qui suscitent quelques réactions à chaud :

    1. Vous dites que la pudeur est un « phénomène historique (j’entends par là que les raisons de la pudeur et ses formes varient en fonction de l’époque à laquelle on les observe) ».
    De fait, les * manifestations * de la pudeur prennent des formes historiquement différentes : certains peuples primitifs des régions tropicales vivent plus ou moins nus. De nombreux faits concernant leurs mœurs prouvent que la nudité ne s’identifie pas pour eux à l’impudeur. C’est le fait de couvrir certaines parties du corps qui est pour eux précisément une marque d’impudeur.
    Est-ce à dire, pour autant, que ce n’est pas le même mécanisme qui est en jeu ?

    2. Vous gagneriez à distinguer encore plus la pudeur de la honte. Ou du moins, à ne pas attacher à cette dernière une connotation immédiatement négative. On ne peut simplifier le problème outre mesure en affirmant qu’on ne cache que ce qu’on tient pour un mal ; nous avons souvent « honte » du bien aussi, par exemple d’une bonne action. Il se peut que, dans ce cas, la pudeur concerne moins le bien lui-même que le fait d’extérioriser ce qui devrait rester caché : c’est cette extériorisation qu’on éprouve comme un mal.

    3. Il faut, je crois, également à distinguer la pudeur comme norme (comme impératif imposé de l’extérieur), de sa dimension morale intérieure (ce n’est pas forcément une contrainte externe qui en fait percevoir la nécessité) et enfin comme phénomène psychologique, dans un premier temps étranger à la morale.
    Il me semble que l’analyse perd en précision dans l’assimilation trop rapide de la pudeur et de la chasteté, notamment avec l’exemple de Tobie. Cet exemple amène précisément à réfléchir sur le lien entre les deux : Tobie, par la maîtrise de lui-même, montre que sa femme n’est pas un objet pour lui, dissolvant pour ainsi dire la pudeur. La chasteté se trouve ainsi à l’opposé de la pudeur, du moins en tant qu’elle est honte. La pudeur se révèle donc, à la fois comme une expérience négative (face à une menace) et positive (qui tend à raccrocher les valeurs sexuelles de la personne à la personne elle-même).

    4. Votre analyse part du Moyen-âge… en remontant un peu plus tôt, vous trouveriez dans l’époque moderne des échos du rejet stoïcien/manichéen du corps.

    5. La médecine prétend jeter sur le corps un regard strictement technique, analytique, fonctionnel. Pour elle, la pudeur n’aurait donc pas de place dans la relation médecin-patient.
    Cela peut sans doute être vrai : mais il suffit qu’il y ait un doute (et le procès, dans les années 1990, de ce gynécologue abusant de ses patientes suffit à montrer que ce doute peut être fondé, ce qu’affirment également les débats actuels sur le TV) pour que la pudeur s’installe et soit revendiquée, non comme une norme sociale mais comme un instinct de protection individuel.
    Völter manifeste peut-être simplement sa conscience de cette possibilité. Mais sans doute lie-t-il, lui aussi, trop rapidement moralité (interne) et normalisation (externe) en recommandant que tous fassent comme lui. La causalité « possibilité de convoiter » => « pudeur » doit sans doute être questionnée et inscrite dans une dynamique plus complexe, où la pudeur excessive elle-même cause cette convoitise.

    6. Vous trouverez sans doute de l’intérêt dans la lecture de phénoménologues (Scheler, Sawicki) sur cette question de la pudeur, ainsi qu’une relecture de ces auteurs dans une perspective catholique par Wojtyla (Amour et responsabilité, Partie III, ch. 6)

    • Stéphanie Chapuis-Després dit :

      Bonjour, Merci d’avoir lu aussi attentivement ce billet et de porter votre attention sur ce tout jeune carnet. Une remarque avant de répondre à quelques points: ce carnet ne propose pas des articles scientifiques fouillés mais propose surtout des pistes de réflexion ou des présentations de sources peu connues en France.
      1) Je n’ai pas de connaissances en anthropologie et en ethnologie. mais il faudrait aller voir si ces peuples connaissent véritablement la notion de pudeur ou si on ne plaque pas là des concepts propres à la société occidentale. Peut-être s’agit-il d’un sentiment complètement différent, d’un concept qui n’a rien à voir avec la pudeur/l’impudeur.
      2) Ces réflexions générales que vous proposez paraissent en effet justes. Elles ne contredisent pas vraiment ce que j’expliquais. J’ai parlé de honte surtout pour la période médiévale. Pour l’époque moderne, cela semble différent. Par ailleurs, je ne sais pas si votre définition de la pudeur comme extériorisation de ce qui est caché peut s’appliquer aux textes allemands de cette époque. Par exemple, on peut y lire que les jeunes filles devraient avoir des pensées pudiques. Nul besoin de les extérioriser dans ce cas. Il s’agit d’une pudeur intérieure et personnelle.
      3) Ce qui m’amène à votre 3e point. Merci pour votre analyse plus précise du livre de Tobie. mes connaissances théologiques ont leur limite. je n’en rends que ce que mes sources transmettent. Leur interprétation est parfois simpliste, puisqu’elle doit servir leur argumentation.
      Ainsi j’ai étudié des sources normatives dans lesquelles la dimension psychologique est presque totalement ignorée. Pour la dimension morale intérieure, oui, les auteurs la supposent chez leurs lecteurs (et surtout leurs lectrices), tout en craignant qu’elle ne soit pas assez présente.
      4)bien sûr, cet article pourrait être étoffé avec des considérations sur l’antiquité. Mais le temps et l’énergie m’ont manqué. Peut-être pourriez-vous compléter?
      5)la phrase d’introduction de ce point là ne correspond pas vraiment à la vision des médecins de l’époque moderne. Au XVIIe siècle, on voit apparaître progressivement cette dissociation entre corps vécu par le patient et corps considéré par le médecin. Mais on est encore loin du « regard technique » qui ne s’impose qu’au XXe siècle.
      Mais sinon, oui, on pourrait approfondir sur cette question.
      6) Merci pour les références.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *