Le Peuple des femmes. Un tour du monde féministe – Fabienne Brugère et Guillaume Le Blanc

Ce texte est un compte-rendu de l’entretien de Nicolas Truong, journaliste au Monde et Fabienne Brugère et Guillaume Le Blanc, duo d’auteurs du Peuple des femmes. Un tour du monde féministe publié cette année chez Flammarion. Cet entretien a été réalisé le 24 juin dans le cadre de l’Université d’été de l’espace Malraux à Chambéry et a eu lieu, comme celui de Johann Chapoutot, à la Base.

Nicolas Truong a commencé par présenter l’ouvrage de Fabienne Brugère, professeure de philosophie et présidente de l’université Paris Lumières et de Guillaume Le Blanc, professeur de philosophie politique et sociale à l’université Paris-Diderot. L’ouvrage propose un tour du monde qui permet de découvrir ce que les femmes font aujourd’hui pour lutter contre la domination masculine. L’Argentine apparaît, par exemple, comme un épicentre des luttes féministes. Les deux auteurs avaient déjà publié ensemble La Fin de l’hospitalité. L’Europe, terre d’asile ? en 2017 chez Champs Essais, qui interroge les politiques d’hospitalité en Europe.

Un tour du monde féministe

La première question qui a été posé aux invités a été celle de l’origine de leur ouvrage. Pourquoi après avoir produit des théories sur le champ féministe, entre autres (on pense au livre On ne naît pas femme, on le devient, chez Stock en 2019), ont-ils peu envie de se pencher sur cette géopolitique du féminisme ? Fabienne Brugère a répondu que la philosophie avait aujourd’hui à faire avec un aujourd’hui qui nous met parfois mal à l’aise, avec un monde instable. Les philosophes sont pour elle dans un présent qui les appelle, sur lequel ils s’interrogent. Avec le livre sur l’hospitalité (cité plus haut), il y avait déjà une réponse à l’appel du présent. La question des pratiques leur a semblé très importante. Depuis quelques années, on assiste à un retour du féminisme chez les jeunes qui en appellent à une justice de genre. Le mouvement #metoo n’a pas été uniquement le fait de quelques stars hollywoodiennes. Il a essaimé dans d’autres pays, comme la France, comme on le sait, mais aussi le Sénégal, le Maroc, la Grèce, le Danemark. Elle rappelle qu’elle s’intéressait aussi déjà beaucoup aux question de soins, à l’assignation des femmes au care (L’éthique du « care », Presses Universitaires de France – PUF, coll. « Que sais-je? », février 2011). C’est aussi cet angle de recherche qui l’a intéressé en écrivant ce livre.

Guillaume Le Blanc explique que les questions de vulnérabilité dans leur ensemble donnent quelque chose à penser. Leurs laboratoires de recherche (Laboratoire d’études de genre et de sexualité – UMR 8238 pour F. Brugère et Laboratoire du changement social et politique pour G. Le Blanc) travaillent sur les mouvements sociaux et c’est aussi dans ce cadre qu’ils ont collecté des données sur différentes formes de soulèvement des femmes. L’idée d’un tour du monde fait référence à Jules Verne sans le côté colonial et masculiniste. Il y a des revendications d’une justice de genre dans différentes parties du monde qui montrent des points communs et des différences qu’ils se sont attaché à relever.

Nicolas Truong montre au public qu’il y a en effet une carte dans l’ouvrage qui recense toutes les actions des femmes qui sont ensuite évoquées dans l’ouvrage. Il demande si les chercheurs ont punaisé tous ces événements sur une carte et organisé ainsi leur tour du monde.

G. Le Blanc confirme qu’ils se sont acheté une grande carte du monde et qu’ils ont relevé tous les lieux où « cela bougeait ». Ils ont voulu faire une enquête sur les pratiques en mettant un peu les théories de côté. Ils ont constaté une grande inventivité des femmes, le côté joyeux de ces nouvelles pratiques. Ce tour du monde n’a pas eu lieu en 80 jours, il n’a jamais été linéaire. Les deux chercheurs se sont perdus dans des Suds multiples. On pouvait avoir la vision d’un féminisme informé par certaines populations occidentales du Nord. Mais cette vision des féminismes est complètement battue en brèche par l’inventivité des pratiques qu’ils ont rencontrées ailleurs.

N. Truong demande aux chercheurs de leur présenté un lieu qui les beaucoup intéressés.

G. Le Blanc évoque non pas un lieu mais une attitude qui l’a marqué. Il s’agit d’une jeune fille d’origine algérienne en région parisienne qui se voyait imposer un mariage avec un cousin en Algérie. La veille du départ, elle a entrepris de se raser les cheveux pour ne plus être considérée comme mariable. C’est une attitude d’émancipation, mais qui se situe dans un schéma complexe de loyauté, à la fois envers sa famille et envers elle-même. Il évoque ce geste comme un geste d’à côté qu’on ne voit pas, des attitudes frappantes à notre porte.

F. Brugère cite également le groupe des colleuses qui agissent à Paris, mais aussi dans d’autres villes françaises (les colleuses à Chambéry ont un compte instagram) Ce sont quelques femmes qui décident d’occuper l’espace public et de mettre en avant le scandale des féminicides. Elle rappelle d’ailleurs que l’origine du terme féminicide est à chercher en Amérique du Sud. Elle évoque à cet égard les actions et l’œuvre de l’anthropologue argentine, Rita Segato. Le terme de féminicide permet de penser une spécificité. Il est d’ailleurs intéressant de relever les créations linguistiques qui permettent de revisiter des termes antérieurs pour dire des situations particulières, des violences faites aux femmes. On a aussi le terme de matrimoine qui date du Moyen Âge et qui permet de créer un pendant au patrimoine. Il s’agit de monter comment les inventions de concepts, de mots dans ces mouvements permettent de rendre visibles les situations d’oppression.

« On se lève et on se barre ! », réactualisation des catégories de Hirschmann

Le livre présente en effet une typologie des mouvements féministes à travers le monde. N. Truong explique que les chercheurs ont utilisé les catégories d’analyse de l’économiste Albert Hirschmann développées dans Défection et Prise de parole (1970) selon lequel les modalités d’action des groupes publics se trouvent soit dans la défection (il faut sortir de l’institution pour pouvoir s’exprimer), soit dans la prise de parole au sein même de l’institution critiquées. Il demande aux chercheurs d’expliciter ce choix théorique original.

G. Le Blanc différencie d’abord deux périodes dans leur travail de recherche : avant le covid, ils ont eu la possibilité de parcourir le monde pour identifier des voix féministes ; après le covid, cette recherche a pris un tour plus virtuel par la force des choses. Il compare cette recherche à la recherche de diamants : une fois qu’ils en avaient identifié quelques-uns, ils ont pu remonter la veine qui avait engendré ces diamants et en trouver d’autres. La typologie d’Hirschmann est venue après. Il y a en fait 3 catégories d’analyse : Voice, Exit and Loyalty. Hirschmann les emploie pour rendre compte de la fidélité ou non d’un groupe d’individus à un objet de consommation. Comment réagissent ceux qui sont mécontents de ce produit ? Soit ils restent et s’expriment (Voice), soit ils n’y adhèrent plus du tout (Exit), soit ils continuent malgré tout à l’acheter par loyauté à la marque (Loyalty). Ce sont trois attitudes que l’on retrouve dans le féminisme (mais aussi dans beaucoup d’autres mouvements sociaux, dans les partis politiques). L’exit par exemple, consiste à quitter le monde des hommes, et permet l’expression d’une nouvelle voix également. Ainsi, il y a au Kenya (mais pas seulement) des femmes qui s’assemblent pour vivre entre elles, un peu comme les béguines en Europe au XIIe siècle. Elles cherchent à faire monde entre elles.

N. Truong trouve une expression de l’exit dans le geste d’Adèle Hennel à la cérémonie des Césars en 2020 qui avait été commenté par Virginie Despentes dans Libération par « on se lève et on se barre ! »

F. Brugère explique qu’ils ont pensé à ces trois catégories justement avec ce texte de Virginie Despentes. Quand tout devient insupportable, on sort du cadre. C’est un exemple très parlant. La sortie du monde masculin, c’est aussi une pratique que l’on retrouve dans les groupes de parole des années 1970. Quand le cadre ne convient plus pour prendre la parole, on en sort pour pouvoir mettre en œuvre un programme féministe, pour sortir de l’oppression.

L’Amérique du Sud, épicentre du féminisme

Pour F. Brugère, on a sur le continent américain un paysage féministe très contrasté. D’un côté, dans un pays très catholique, comme l’Argentine, les femmes obtiennent l’avortement libre et gratuit. De l’autre coté, on a les États-Unis qui sont en train de révoquer ce droit à l’avortement. Les choses bougent beaucoup ! En Argentine, ce qui est intéressant, c’est que le processus féministe perdure dans le temps. On a d’abord les Mères de la Place de Mai qui viennent réclamer leurs fils disparus. Puis, il y a les femmes argentines qui reviennent d’Europe et des États-Unis et qui veulent importer l’avortement. Dans les années 2015-2016, on a le mouvement « Ni una menos »  qui lutte contre les violences faites aux femmes dans un pays qui compte le plus de féminicides. Il s’y développe un féminisme radical avec des marches, des assemblées, des grèves féministes qui circulent entre la Pologne, l’Argentine, l’Espagne. Le féminisme en Argentine, c’est un véritable programme politique de lutte contre le capitalisme néolibéral. Il est associé à des mouvements écologistes qui proposent une nouvelle société. Le modèle argentin est fort, c’est un programme politique ouverte.

Un peuple empêché et manquant

N. truong revient sur le titre de l’ouvrage : pourquoi utiliser l’expression « Peuple des femmes » ? qu’est-ce qu’un peuple de femmes ?

G. Le Blanc rappelle que ce peuple est aussi trans, non-identifié, etc…Il fait référence à la Chasse aux Sorcières quand il souligne que les femmes ont toujours été empêchées de s’assembler entre elles dès qu’elles détenaient un peu de pouvoir, de savoir. Dès que les femmes cherchent par ailleurs à s’assembler avec les hommes, elles sont rapidement évacuées. C’est donc d’abord un peuple empêché. Ensuite c’est un peuple manquant car chaque année 87 000 femmes meurent assassinées dans le monde. Les assemblées de femmes cherchent à éviter que les femmes manquent ! Elles essaient de refaire assemblée, de diffuser leurs savoirs, de faire entendre leur voix, de montrer leurs mobilisations, enfin de constituer une solidarité entre femmes, qui peut être établie sur d’autres bases, sans un culte du chef, par exemple. On a un féminisme d’en-bas, qui entraîne une nouvelle conception du peuple.

Les grèves de 2017 à Varsovie, à Buenos Aires, puis en Italie ont été relayées sur les réseaux sociaux conduisant à un débordement des frontières. On a donc des mouvements internationaux.

Les violences faites aux femmes en préfigurent souvent d’autres. Avant la guerre en Ukraine, il y a eu en Russie une guerre contre les femmes puisqu’on a dépénalisé les violences faites aux femmes dans l’espace familial sous prétexte qu’elles n’étaient de toute façon pas pénalisées dans la rue.

N. Truong aborde la question du consentement. Il rappelle que les chercheurs présents semble avoir un regard critique sur le consentement, comme Geneviève Fraisse (Du consentement, Seuil, 2017). Un des diagnostics posés sur le féminisme par F. Brugère est qu’on a affaire à un féminisme de mouvements qui s’est radicalisé, dans le sens où on a l’idée qu’une autre société, un autre modèle politique est possible et que le féminisme est un élément qui va aider à ce changement. Dans les luttes écoféministes, on construit par exemple des parallèles entres les violences faites aux femmes et celles qui sont faites à la Terre. Là aussi, on imagine qu’une autre société plus respectueuse des femmes et de l’environnement est possible. Avant, on croyait que le féminisme d’État allait permettre d’établir une justice de genre. Force est de constater que ce n’est pas le cas. On assiste donc à une révolution des femmes.

Les féminismes aujourd’hui

N. Truong revient sur Hirschmann et demande aux chercheurs comme ils ont développé et adapté ses théories.

F. Brugère cite une nouvelle catégorie qu’ils ont élaborée, celle de la nouvelle loyauté. Ainsi, les activités domestiques et de soin sont aujourd’hui considérées comme un véritable travail. Les revendications féministes vont moins dans le sens d’un salaire domestique, comme cela a pu être le cas par le passé, que dans celui d’une nouvelle conception du travail qui n’est pas vu uniquement comme productif mais aussi comme reproductif et qui amène à reconsidérer le partage du travail. On a également une attention portée au soin de la Terre et des sols qui permet de sortir de la logique capitaliste. Enfin, les femmes bouleversent complètement l’injonction à la reproduction. Elles se réapproprient la sexualité en suivant de nouvelles logiques.

G. Le Blanc évoque le dernier chapitre de l’ouvrage qui présente une sorte de « big bang du genre », un grand moment théorique que nous vivons actuellement et qui expose mille manières de faire le genre et de faire parallèlement exister la question du plaisir. Cela explique également la violence de la restauration conservatrice issue de l’alliance de plusieurs forces que nous vivons. Que va-t-il émerger aujourd’hui aux États-Unis ? Enfin, la loyauté est une injonction qu’on a faite aux femmes, mais elles l’ont subvertie. Elles ont subverti le travail domestique et le soin en en faisant une alternative aux sociétés néolibérales. Tout devient possible, c’est ça la nouvelle loyauté.

N. Truong cite les exemples de Vladimir Poutine et de Donald Trump pour illustrer la manière dont la réaction masculiniste s’incarne aujourd’hui et demande ce qu’il est possible de faire pour freiner cela.

F. Brugère cite quelques exemples de mouvements féministes qui cherchent à changer la société. Ainsi le mouvement des Sans-Terres au Brésil qui tente de préserver des terres mises en commun. Il y a des projets écoféministes qui défendent des économies de subsistance, même si les femmes pauvres ne parlent pas de féminisme, mais plutôt d’émancipation des femmes. Il est faux de croire que la question de l’oppression des femmes est issue de la classe moyenne et de la bourgeoisie. C’est quelque chose que l’on vit dans son corps quelle que soit la classe sociale. Le patriarcat est une affaire systémique.

G. Le Blanc exprime sa surprise d’avoir constaté que le peuple est souvent en avance sur le monde politique sur ces sujets. En Tunisie, par exemple, beaucoup réclament une réforme du droit de succession. Actuellement les femmes reçoivent la moitié moins de biens que les hommes. Cette réforme a été plusieurs fois à deux doigts de se faire, mais au dernier moment, ce sont les députés qui ont freiné le processus. Beaucoup de Tunisiens ont donc faire des donations à parts égales de leur vivant pour contourner la loi.

Le mouvement #MeToo est en fait partir du Bronx en 2007 où la travailleuse sociale Tamara Burke a créé, après avoir accueilli le récit d’une jeune fille noire violée par un policier blanc, une « communauté de survivantes » composée de femmes ayant subi des violences policières. La naissance de #MeToo se situe donc dans un quartier populaire !

Questions du public

  • Et les hommes là-dedans ? Qu’est-ce qu’ils font pour le féminisme ?

G. Le Blanc rappelle tout ce que les hommes ont à perdre avec le féminisme. Mais c’est un livre écrit à deux qui montre que tout le monde doit s’y mettre. On peut passer à une masculinité féministe. Cependant les hommes ne peuvent pas prendre la voix des femmes. Il souhaite que les hommes deviennent des « Amaz’hommes » : qu’ils ne prennent pas la place des Amazones mais particpent à un ensemble de luttes et à se dégenrer.

F. Brugère est assez optimiste en raison des différences qu’elle observe entre les générations. Chez les moins de 25 ans, on a une prise de conscience de l’importance de l’égalité de genre. Les mouvements de lutte se retrouvent dans les programmes politiques. Il y a des associations entre lutte anticapitaliste et écologique qui permettent d’aller plus loin. Mais tout cela prend du temps. Il faut rappeler constamment que la justice de genre est aussi importante que la justice de classe.

  • quelle a été votre méthodologie sur le terrain ?  y a-t-il une prise en compte des différences villes/campagnes ?

F. Brugère explique que dans leur étude, les grandes villes ne sont pas les seules mentionnées. En France par exemple, on a différentes ruralités, de nouvelles ruralités « écologiques », « queer » qu’il faut analyser, qui peuvent créer des problèmes avec les autres ruraux, d’ailleurs. Ces analyses ont été menées en lien avec leurs équipes de recherche composées de spécialistes de la question.

G. Le Blanc rappelle qu’ils ont pris en considération la ville comme espace genré, comme lieu de violences de genre. Il veut également mentionner que la colonisation de l’Afrique a été un point d’attention. Les femmes avaient, avant la colonisation, un pouvoir d’agricultrices important. Ce pouvoir leur a été enlevé par les colonisateurs qui l’ont transmis à des hommes. Elles ont systématiquement été disqualifiées.

Il ajoute que l’ouvrage est écrit par des philosophes. Ils ont cherché à formuler des concepts qui ont certes une charge descriptive mais aussi une force transformatrice, utopique.



Citer ce billet
Stéphanie Chapuis-Després (2022, 28 juin). Le Peuple des femmes. Un tour du monde féministe – Fabienne Brugère et Guillaume Le Blanc. Prendre corps. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n64m

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search